Le PHN au Digital Humanities 2014

Le Pôle Histoire Numérique a eu l’occasion de présenter une partie de ses travaux lors du DH2014 : The Digital Humanities 2014 conference qui se déroulait à Lausanne du 7 au 12 juillet 2014. Une première communication a été faite sur l’atlas historique numérique Géo-Larhra. Vous pouvez retrouver le résumé de la présentation sur le site des DH. Le PHN a également exposé ses travaux sur le partage et la publication des données géo-historiques sur le web lors de la session des posters. Des journées riches en rencontres et partage qui ont encouragées toute l’équipe dans la poursuite des travaux entrepris pour le maintien et le développement de la plateforme numérique qu’il a mis en place.

Journée annuelle Symogih – 26 juin 2014

Le pôle Histoire Numérique du LARHRA organise une journée annuelle pour présenter le projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique, http://symogih.org/)

le 26 juin 2014

à l’Institut des Sciences de l’Homme

salle André Bollier, de 10h à 17h

SyMoGIH est un système de modélisation et une plate-forme de stockage et de publication d’informations géo-historiques. Cette journée a pour objectif de permettre aux utilisateurs de la plate-forme d’échanger et de prendre connaissance des évolutions du système. Elle servira aussi à identifier des besoins méconnus, de suggérer des améliorations et peut-être même d’envisager de nouvelles collaborations.

La première partie de la journée sera consacrée à la présentation de différents projets illustrant certains aspects particuliers du traitement des données. La deuxième partie se présente comme une série de petits tutoriels adressés aux utilisateurs afin de les introduire aux nouvelles fonctionnalités et leur donner des perspectives de travail avec leurs données.

Pour des raisons d’organisation, une inscription préalable est souhaitée. Veuillez vous adresser à severine.gedzelman@ens-lyon.fr ou à charlotte.butez@ish-lyon.cnrs.fr

Programme

Matinée : 10h à 13h

– “De la source à l’article avec la BHP” par Bernard Hours

– “De l’importation des données à la publication web : le projet des professeurs des universités en France” par Séverine Gedzelman

– “Créer un atlas géo-historique avec Symogih” par Charlotte Butez

– “Encoder en TEI : du texte à l’analyse de réseaux” par Francesco Beretta

– “Quelles nouvelles perspectives pour Symogih” par Pierre Vernus

Après-midi : 14h à 17h (réservée aux utilisateurs)

– Divers tutoriels prévus ainsi qu’un tour de table pour clôturer la journée

 

 

Parution: Le traitement des donnés avant l’histoire numérique

Parution, sous le direction de Christian Sorrel, du volume Des chiffres et des cartes… Approches sérielles et spatiales en histoire religieuse. Les “matériaux Boulard” trente ans après (Lyon, LARHRA, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n°21, 2013, 193 p.)


1982… Le premier volume des Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles voit le jour sous la direction du chanoine Fernand Boulard, disparu cinq ans plus tôt. Il concerne la région parisienne, ses prolongements normands et ligériens et pousse des antennes jusqu’au Massif central. Dans un avant-propos chaleureux, François Furet écrit : « Ce livre bourré de graphiques et de tables n’apporte sous la précision des chiffres que des mystères. Derrière les évolutions chronologiques et les frontières territoriales qu’il trace, il ne pose que des questions nouvelles : sur l’origine historique des phénomènes décrits, sur leur répartition dans l’espace, enfin sur leur interprétation, c’est-à-dire leur rapport à d’autres niveaux de la vie sociale. Le chanoine Boulard a été un inventeur de problèmes, ce qui est la manière classique de faire avancer le savoir. »

2011 … Le dernier volume est publié, couvrant un large Sud-Est, de la Bourgogne et de la Franche-Comté à la Provence, attentif aux minorités religieuses, franchissant la Méditerranée vers les diocèses algériens. Entre-temps, deux autres volumes ont été édités, l’un en 1987, tourné vers le Nord, l’Est et l’Ouest du pays, l’autre en 1992, orienté vers le Languedoc, une partie du Massif central et un grand Sud-Ouest.

Compte tenu du retard pris pour achever l’entreprise, le volume final peut apparaître comme un objet singulier, décalé, dans un paysage historiographique qui a changé de paradigme depuis trente ans. Fallait-il pour autant laisser s’achever dans le silence une entreprise qui a marqué au moins deux générations d’historiens du religieux et contribué à les faire connaître au-delà des frontières nationales ? Les responsables du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), au sein duquel le tome IV a été mis au point en 2010 par des membres de l’équipe « Religions, Sociétés et Acculturation » (RESEA), ne l’ont pas cru bon et ont programmé une journée d’étude quelques mois après sa publication. Il ne s’agissait ni de célébrer un triomphe, ni de cultiver la nostalgie, mais de porter des regards rétrospectifs et prospectifs sur les « Matériaux »

Cette journée a permis de réfléchir à l’usage que les historiens ont fait des données qu’il avait collectées et pourront encore en faire à l’avenir, alors que les paradigmes historiographiques ont changé depuis la décennie 1970 qui vit le projet des « Matériaux Boulard » prendre forme et de mettre en lumière la figure trop ignorée du chanoine Fernand Boulard (1898-1977), pionnier de la sociologie religieuse pastorale.

Journée d’information et d’échanges sur les aspects juridiques liés à la constitution et à la diffusion des corpus 24 novembre 2012

Le Consortium CAHIER (Corpus d’Auteurs pour les Humanités: Informatisation, Édition, Recherche) a organisé cette journée d’information et d’échanges partant du constat que de nombreuses difficultés, d’ordre juridique se font jour dans l’élaboration et la mise à disposition de la communauté des corpus auxquels participent les chercheurs.

Les problèmes peuvent concerner l’édition de travaux appuyés sur des résultats d’utilisation de corpus, la mise en ligne d’articles déjà publiés chez un éditeur, par l’auteur lui-même, ou en republication par un autre éditeur, des retranscriptions d’expériences impliquant des relations confidentielles, l’enregistrement de personnes physiques…

Le matin a été consacré aux droits de l’auteur scientifique et à l’utilisation de documents dans la constitution de corpus diffusés

Deux juristes étaient présentes pour répondre aux questions :

Nathalie Mallet-Poujol – ERCIM http://www.dynamiques-du-droit.cnrs.fr/spip.php?article23

Marie Cornu, Directrice du CECOJI http://www.cecoji.cnrs.fr/spip.php?article21

Droit d’auteur vs droit de l’éditeur commercial :

Le contrat d’éditeur est une cession des droits patrimoniaux de l’auteur au profit d’un éditeur.

Il est donc impératif de faire attention au contrat d’édition :

Si on ajoute du contenu multimédia à une œuvre : il s’agit d’une autre œuvre. Malgré l’avis réservé de certains juristes, le principe est défendable en justice.

Il faut demander un contrat séparé pour le numérique, ne pas s’aligner sur la durée du papier

Les contrats type mentionnent généralement la formule « la représentation par tout procédé actuel ou futur de communication au public ». Sinon, il s’agit d’une clause réputée non écrite.

S’agit-il d’une clause illégale ? On ne peut pas engager quelqu’un sur le futur… Avis divergents : on ne peut pas être engagé sur une œuvre future, mais on peut être engagé sur un procédé de diffusion .

S’il n’y a pas de signature de contrat il n’y a pas de cession des droits à l’éditeur : tout ce qui n’est pas expressément cédé n’est pas cédé. Le droit d’auteur prévaut.

La rémunération n’opère pas un transfert de droit.

Depuis 2006, s’est mis en place un nouveau droit de création des agents publics :

droit de création en toute indépendance,

droit de préférence de l’employeur

différences liés au statut des agents selon les organismes

La solution de coédition par le biais des tutelles (les labos n’ayant pas d’identité juridique) représente-t-elle une possibilité de protection face aux éditeurs commerciaux ?

Par exemple en cas de participation du labo par le biais de financement, travail d’édition , etc.

Cela implique une cession de droit par le chercheur au profit du labo à titre gratuit sur certains supports (site) ou la possibilité de ré-exploiter pour que ces droits sur l’œuvre soit retirer du contrat d’édition puisque déjà cédé.

Paris X Diderot, exige ainsi un contrat de coédition en cas d’aide à la publication versée en échange de la cession d’une partie des droits de l’auteur

Certains contrats de recherche (ANR) comportent une clause en vertu desquelles tous les droits sont cédés au programme.

Y-a-t-il des possibilités d’exploitation non couvertes par le droit d’auteur ?

Il s’agit par exemple de la question (récurente) du dépôt dans HAL. Il n’y a pas de liberté de réutilisation des pré print s’ils sont proches de la version éditée : il y a contrefaçon si l’on ne s’est pas réservé de droit dans le contrat d’édition. Par contre, c’est différent avec le draft, mais il faut rester prudent.

Une copie privée avec accès par mot de passe ne constitue pas un droit exclusif au droit d’auteur.

Il n’y pas de copie privée autorisée pour les bases de données pour éviter une récupération des données.

Le fait de posséder une image ne donne pas de droit d’auteur sur celle-ci. On parle de « copyfraude » : copyright abusif. Ainsi, les bibliothèques, musées, etc. ne peuvent pas prétendre détenir un copyright mais ils disposent droit d’utilisation fondé sur le service rendu. Le coût devant être en rapport avec le service rendu.

Il reste la « solution » du choix initial du libre accès : étant donné que le droit d’auteur ne rémunère de toute façon pas l’auteur, pourquoi les auteurs ne se tournent-ils pas vers le libre accès et l’édition ouverte plutôt que vers les éditeurs commerciaux ?

L’exploitation non commerciale du texte ne permet pas de déroger au droit d’auteur qui est un droit de regard sur la diffusion, mais l’auteur reste maître de son texte.

Le travail d’indexation réalisé à partir d’un texte n’est pas une représentation du texte.

L’exploitation est libre lorsque l’on est pas dans de la reproduction de forme : une œuvre se définit par une activité créatrice et une forme définie.

Le statut de l’œuvre collective vaut pour un ensemble (base, ouvrage, etc.) qui réunit des éléments, mais reste le droit d’auteur sur la notice sauf si l’on peut prouver un travail d’impulsion et de coordination.

En conclusion, vient la question sur la prise de risque : s’il convient de se protéger au maximum et de prendre toutes les précautions prévues par la loi, la nature même du travail du chercheur qui se doit d’être diffusé suppose une prise de risque. Tout ne peut pas être prévu dans la loi et c’est la jurisprudence qui la complète. Pour qu’il y ait jurisprudence, il faut qu’il y ait procédure…

Cas particulier des corpus

Définir juridiquement un corpus : le corpus comprend les transcriptions, les annotations et les métadonnées

Peut-on breveter un corpus ?

Celui-ci relève du domaine public ce qui implique l’accès libre et gratuit.

Le corpus relève de la propriété intellectuelle :

La propriété intellectuelle est implicite dans les droits d’auteur

droits d’auteur = droits patrimoniaux et prérogative du droit moral

La liberté d’accès = abandon des droits patrimoniaux mais la propriété intellectuelle est inaliénable

Le corpus contient-il des données personnelles ?

Tout traitement de donnée personnelle doit faire l’objet d’une déclaration à la CNIL sauf si elles sont correctement anonymisées

Bibliographie

 

Division des affaires juridiques du CNRS

www.dgdr.cnrs.fr/daj/propriete/droits/droits.htm

http://www.universites-numeriques.fr/content/protection-des-donn%C3%A9es-personnelles-et-autres-contraintes-li%C3%A9es-%C3%A0-lexploitation-dun-site

http://eduscol.education.fr/internet-responsable/ressources-originales/legamedia/droit-dauteur-des-fonctionnaires.html

http://fr.jurispedia.org/index.php/Droits_des_producteurs_de_base_de_donn%C3%A9es_%28fr%29

Anne-Laure Stérin, Guide pratique du droit d’auteur textes, photos, musique, internet, 2011, Maxima, Collection Droit Pratique (Ouvrage en consultation au LARHRA, centre de documentation secondaire, RESEA)

« From geo-spatial to geo-semantics: rebuilding the Great Britain Historical GIS »

Le pôle méthode organise le 5 juillet prochain (14H à 17H en salle Marc Bloch, à l’ISH de Lyon), en collaboration avec MUTEC (http://www.mutec-shs.fr/), une conférence d’Humphrey Southall du département de géographie de l’université de Portsmouth.
Lors de cette conférence ouverte à tous, Humphrey Southall présentera le projet Vision of Britain (http://www.visionofbritain.org.uk/) et plus particulièrement l’évolution de ce projet vers le web géo-sémantique (le pendant géographique du web sémantique)

Journées d’étude autour de la question : sphère privée, sphère publique – les coulisses de l’histoire ?

L’intérêt de ce débat nous mène obligatoirement à nous interroger sur la provenance des sources utilisées dans l’écriture d’une histoire déterminée et sur le rapport que le jeune chercheur établit avec les documents dont il se sert pour construire ses sources.

Nicolas Offenstadt souligne que “les historiens apportent des distinctions entre les documents produits explicitement pour servir l’histoire et les traces de l’activité humaine qui n’avaient pas cet objectif [1]“. Offenstadt rappelle par ailleurs qu’au-delà su simple enjeu de recherche ou de vérité que l’ouverture des archives implique, on doit aussi prendre en compte les charges symboliques parfois juridiques ou politiques, émotionnelles ou sentimentales qui relèvent du statut multiple du document utilisé par l’historien comme source [2].

On peut alors formuler une opposition entre les sources intimes (relevant de la sphère privée) et les sources officielles (relevant de la sphère publique).

Si l’on tient compte des études réalisées autour de ces deux questions, on en déduit que c’est autour de la sphère publique que les acteurs [3] agissent. Il convient de rendre explicites leurs actions en faisant le diagnostique des motivations intimes et pas uniquement sociales qui se trouvent à l’origine de leurs comportements. Il appartient donc à l’historien de chercher, de scruter et de disséquer les sources relevant des deux sphères (publique et privée) pour saisir le sens des actions qui s’inscrivent dans une époque, qui ont été provoquées dans des circonstances déterminées, réalisées dans un espace social et qui ont obéit à certaines motivations.

 

Thématiques proposées :

1.      De la sphère privée à la sphère publique : La publicité des idées et des motivations intimes : le cas des correspondances privées ; les journaux intimes, les mémoires individuelles et la mémoire collective, le rôle des mass-médias.

2.      De la sphère publique à la sphère privée : La liberté de culte/ la laïcité ; la liberté d’expression/ la censure (dictatures, régimes totalitaires, interdiction des partis politiques…).

3.      L’opposition sphère publique/ sphère privée est assimilable à celle d’espace public et d’espace intime ?


Bibliographie indicative :

Stéphane Van Damme, « Farewell Habermas ? Deux décennies d’études sur l’espace public », Disponible en ligne : http://dossiersgrihl.revues.org/682#bodyftn2 : Cet article apporte une vision d’ensemble des études les plus remarquables autour du modèle historiographique proposé par le sociologue Jürgen Habermas autour de sa thèse « L’espace public » (1964). L’auteur propose d’examiner quatre tensions qui ont orienté les discussions critiques autour de ce modèle, ainsi que polariser les débats et la recherche : opinion/ espace public ; espace public/ espace privé ; espace public/ société civile ; publicité/ matérialité/ visibilité.

 

Habermas Jurgen. “L’espace public”, 30 ans après. In: Quaderni. N. 18, Automne 1992. pp. 161-191. Disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quad_0987-1381_1992_num_18_1_977 :  C’est la préface que Habermas a écrit pour la réédition, en 1990, de son ouvrage sur la sphère publique. Il convient de retenir que, suite à une relecture de son modèle, l’auteur précise qu’ « un espace public fonctionnant politiquement n’a pas seulement besoin des garanties offertes par les institutions de l’État de Droit, il dépend aussi du soutien de traditions culturelles, de modèles de socialisation, d’une culture politique propre à une population habitué à la liberté.

 

Brudny Michelle-Irène, « La sphère privée selon Hannah Arendt », Champ psychosomatique, 2002/3 no 27, p. 9-12. DOI : 10.3917/cpsy.027.0009. Disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-champ-psychosomatique-2002-3-page-9.htm : Dans cet article, Michelle-Irène Brundny propose une relecture du concept de sphère privé proposé par Hannah Arendt. Arendt définit le privé comme un monde nécessairement obscur et comme un esseulement opposable, non seulement à la sphère public mais aussi au foyer : « la nécessaire solitude qui est la condition d’exercice de la pensée, conversation silencieuse de soi avec soi, compagnie à soi-même » (p. 3). Pour Arendt l’avènement du social aurait entraîné la disparition de la sphère publique et de la sphère privée.  L’intimité serait une formation récente, produite par une certaine configuration historique.

 


[1] « Archives, documents, sources », In Historiographies I, concepts et débats, sous la direction de C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt, Paris, Gallimard, coll. folio histoire, 2010, p. 69.

[2] Ibid., p. 5.

[3] V. en ce sens l’article de Christian Delacroix, « Acteur », In In Historiographies II, concepts et débats, sous la direction de C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt, Paris, Gallimard, coll. folio histoire, 2010, p. 651-663. L’opposition entre les courants structuralistes dominant l’histoire dite « des mentalités » pour lesquels la notion d’acteur est celle d’un sujet passif (1950-1960) et les « retours » du politique, de l’événement, du récit pour lesquels la notion d’acteur reprend un sens de sujet actif (1970-1980).

muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

More Posts - Website

Projet : VENEZUELA : Improvisation, prospérité et contrastes

Voici l'une des œuvres exposées dans une manifestation culturelle qui devait avoir lieu initialement dans l'une des salles du Centre Culturel Tulio Febres Cordero (principal centre culturel de la ville de Mérida). Elle a été organisée par les étudiants de l'école de beaux arts de l'Université des Andes. Finalement, l'accès à la salle leur a été refusé et ils ont fait une intervention "callejera" dans l'une des principales avenues du centre ville. Le petit bonhomme que l'on voit dans ce tableau est l'image utilisé pour la commercialisation d'une marque de gâteaux pour enfants (ponqué « once » - qui traduit le chiffre onze en espagnol -). A droite du tableau on distingue le modèle original de l'image avec un révolver à la main. A gauche, la même image avec un deuxième élément: une chaîne autour du cou portant le chiffre 22 (deux fois le chiffre onze). Au milieu de la composition figure, un troisième bonhomme plus petit, qui est la copie exacte de celui qui porte le révolver. S’agit-il peut-être d’une signification allusive au personnage des bandes dessinées qui se débat entre le bien et le mal?

L’objectif est celui de présenter la notion de vénézolannité à partir de trois concepts caractéristiques de la société vénézuélienne.

Le Contexte :

Historiquement et géographiquement, le Venezuela est un pays ouvert au monde occidental et à toutes sortes d’influences. Depuis sa consolidation, il a donné naissance à une société complexe qui a fortement bénéficié de la découverte du pétrole dans la première moitié du XXe  siècle. Les deux guerres mondiales et les crises pétrolières ont contribué à provoquer des mutations d’envergure qui ont dicté le rythme d’une évolution vertigineuse, avec les avantages et les inconvénients que tout changement violent comporte. Nous avons donc vu se transformer de manière radicale et en l’espace de seulement un siècle la Capitainerie Générale du Venezuela (dont la date de création administrative se situe en 1777) en l’Etat Moderne qui existe aujourd’hui. Un Etat qui a été bâti à force de ruptures [1], tiraillant la société vénézuélienne entre une époque de guerres intérieures dirigées par les intérêts personnels et de pouvoir des « caudillos [2] » souvent imprégnés des idées des lumières et fortunés, ou tout simplement courageux et visionnaires. Par la suite, cette même société a été confrontée aux  bienfaits et aux méfaits de l’époque prospère du boom pétrolier.

Les enjeux :

La perspective européenne d’analyse socioculturelle et politique de l’Amérique latine se réfère au principe généraliste de latinité. Toutefois, souvent, par manque de ressources humaines ou financières, ou tout simplement par manque d’intérêt scientifique, cette analyse se fait en omettant de grandes variables culturelles qui différencient de manière importante un Etat latino-américain de l’autre. Il en résulte une difficile adaptation de la réalité et du contexte vénézuélien aux catégories conceptuelles proposées par les théoriciens de la pensée humaniste occidentale. Comme corollaire, les théoriciens vénézuéliens privilégient fréquemment ces mêmes catégories et les font entrer de force dans le processus d’analyse et de définition socioculturelle de leur propre pays. De toute évidence, les résultats ainsi produits ne peuvent qu’être peu satisfaisants car ils passent sous silence les éléments propres au concept évoqué plus haut : celui de « venezolannité [3] ».
Pourtant les visiteurs français ou les Français résidant au Venezuela identifient clairement le fonctionnement spécifique de leurs hôtes Vénézuéliens,  qui se caractérise par le rôle laissé à l’improvisation quelqu’en soit le domaine et par l’adaptation aux situations les plus difficiles. Ces caractéristiques ne peuvent être expliquées qu’à partir de la multi-culturalité inhérente à la société vénézuélienne, tellement contrastée qu’elle devient parfois incompréhensible pour les Vénézuéliens eux-mêmes. La difficile épreuve que le Venezuela a traversée tout au long des deux dernières décennies a fait en sorte que la population se trouve dans la nécessité de surmonter le désaccord déclenché par la confrontation des élites politiques vénézuéliennes en recourant à l’improvisation, notamment en matière d’emploi et d’obtention de ressources destinées à pourvoir à leur subsistance [4]. Durant ces dernières années, les classes politiques dirigeantes ont dû faire face à une situation  sociale caractérisée par la présence de réalités très variées. Celles-ci se trouvent à l’origine d’un certain nombre de conflits et de contraintes à première vue irrémédiables.

Le cas du Venezuela [5] constitue un cas d’espèce approprié à l’identification des éléments et des outils nécessaires pour la compréhension du vrai sens du multiculturel.

En quête d’une définition identitaire :

Pour les raisons ci-dessus données, il nous paraît donc pertinent de proposer trois concepts  à partir desquels nous pourrions proposer une première définition du multiculturel au Venezuela : improvisation, prospérité et contrastes. Ces trois concepts tentent d’offrir trois éléments typiquement vénézuéliens afin de les valoriser puisque, loin d’être déconsidérés (comme nous le croyons souvent), ils sont très appréciés par tous ceux qui découvrent la culture et la société vénézuéliennes.

En ce sens, il nous paraît nécessaire en outre de faire connaître la production artistique et culturelle du mouvement « underground » ou d’art urbain vénézuélien [6], comme un outil utile à la compréhension des trois concepts ci-dessus énoncés et, par conséquent des modes de vie de la plus grande partie de la société vénézuélienne, laquelle vit en majorité dans les villes.

Sous un autre aspect, ce genre artistique exprime la violence qui ne caractérise pas uniquement le Venezuela ou l’Amérique Latine, mais le monde moderne dans son intégralité. S’il est vrai que l’histoire définit le XXe siècle comme celui de grands conflits mondiaux, l’humanité aura fait son entrée dans un XXIe siècle imprégné du mot crise : crise économique, crise des institutions démocratiques, dégradation des conditions de vie des classes moyennes et, par conséquent, généralisation de la violence urbaine. La visuelle intitulée « Il n’y a pas de travail » (« No hay trabajo » [7]), réalisée par l’artiste Vénézuélien Vic Baszterd, à partir de son œuvre Poster vs. Poster (voir photographie ci-dessous), exposée à Buenos Aires, en février 2012, constituent de bons exemples de cette réalité.

Exposition Poster Vs Poster - Buenos Aires (Argentine)

Dans tous les cas, nous l’avons dit précédemment, cette production se suffit à elle seule pour rendre visibles les marques de ce nous avons appelé rythme du temps présent.

De même, il nous paraît utile de nous interroger sur le rôle que joue le web comme support à la diffusion et à la transmission des valeurs contenues dans l’art urbain vénézuélien.

L’étude de ces manifestation et du web comme outil de diffusion est fondamentale à la théorisation d’un des traits les plus caractéristiques de la vénézolannité: celui de vouloir être toujours à la mode, que l’on dise des Vénézuéliens qu’ils sont modernes [9]. Cette volonté même les personnes du troisième âge l’illustrent, cherchant toujours à montrer un signe de leur modernité (dans l’habillement, dans leur participation aux conversations familiales et avec le voisinage). Beaucoup d’analystes perçoivent cette question comme un effet imposé par la « société de consommation ». Nous considérons pour notre part qu’elle est inhérente à l’idiosyncrasie du Vénézuélien.
Si l’on considère que les jugements erronés sont souvent émis par méconnaissance, par omission ou par manque d’organisation, on comprend alors facilement pourquoi l’« absence de planification » du Vénézuélien est constamment remise en question, vilipendée et critiquée. Néanmoins, nous considérons que le plus grand obstacle à la construction de la vénézolannité est dû au fait que les Vénézuéliens continuent à se tyranniser eux-mêmes, sans tenter de réfléchir au chemin le plus approprié pour mobiliser leurs compétences. Dans le même temps la société vénézuélienne ne s’aperçoit pas de la portée des idées et des modes qu’elle adopte. Tout en étant elles-mêmes soumises à débat et à la critique scientifique dans leur lieu d’origine ces idées et ces modes sont adoptées et adaptées de telle manière que les Vénézuéliens réussissent à en proposer une définition renouvelée.

Notre postulat a une double une finalité : d’une part, enrichir notre perspective de recherche qui, fondamentalement, consiste à démystifier l’histoire politique vénézuélienne en dégageant, grâce à une recherche historique reposant sur l’exploitation  des correspondances politiques du corps diplomatique français en fonction au Venezuela, les effets des influences reçues durant le processus de construction et de consolidation de l’Etat moderne ; d’autre part, déterminer quels éléments rattachent le Venezuela à la latinité et comment, sur la base de ce concept de latinité, se sont opérés des rapprochements politiques entre la France et le Venezuela. Que signifie la latinité pour les Vénézuéliens ? Comporte-t-elle une signification culturelle qui a du sens pour la société vénézuélienne ? Pour répondre à ces questions, il faudra tenir compte du fait que, dans le cas du Venezuela, il s’agit d’une latinité qui n’a jamais cessé d’évoluer et qui continue à chercher un fondement théorique embrassant les contrastes les plus divers. En outre, il s’agit d’une quête qui s’accompagne  d’une recherche du bien-être social, dans un contexte où la rébellion et l’anarchie sont toujours présentes. Finalement, il en résulte une recherche constante d’un modèle politique capable de surmonter la difficulté d’inclure et de donner satisfaction aux multiples facettes de l’être vénézuélien [10].

Notes :

[1] Manuel Callero note sa préférence pour le terme fracture à la place de rupture. Il dit : « A partir de 1811, les Vénézuéliens ont connu quatre fractures : celle de 1830, celle de 1903, celle de 1928 et celle dans laquelle nous sommes immergés – se référant par là à la révolution bolivarienne-. L’année 1830 marque la fin du processus initié en 1810-1811 et le début de l’histoire du Venezuela libéral. […] Entre 1830 et 1903 la réponse politique habituelle et quasi-unique est la guerre. […] Entre 1837 et 1903, il y a eu, au Venezuela, seulement 16 ans de paix contre 50 ans de guerre civile. […] En 1903 s’initie au Venezuela le gomécisme […] : régime qui fut instauré avec la bataille de Ciudad Bolivar durant laquelle on a donné à Juan Vicente Gomez  – futur président suprême et dictateur du Venezuela, jusqu’en 1935 – les titres de Bien-méritant et Pacificateur de la Patrie. […] La fracture suivante s’est produit à partir de 1928. Il s’agit de l’apparition de la démocratie, de l’anarchie et du communisme […] ». V. Manuel Caballero, Ni Dios ni Federación. Crítica de la historia política, Caracas, Editorial Alfa, 2007, pp. 55-57.

[2] Chefs locaux.

[3] Selon que les acteurs, promoteurs inscrits dans la mouvance de la culture underground et de l’art urbain vénézuélien s’accordent pour affirmer qu’il s’agit d’une manifestation capable de mixer les éléments représentatifs des courants artistiques développés sous cette étiquette (d’abord le genre rock dans ses différentes variations, notamment, au Venezuela, le punk, et le ska ; puis le rap, le hip-hop, la drum and bass et tout récemment le reguetton), tout en gardant les motivations qui sont à l’origine de la création de ces mouvements.  V. “From Sentimiento Muerto to Vagos y Maleantes : A Social-Historical Lecture Thought The Evolution Of Tree Venezuelan Underground Bands”, Actual investigación, n° 1 (43), janvier 2011.

[4] “Implicaciones políticas del desempleo y del empleo precario sobre la salud de los individuos en Venezuela, 2000-2007” – “Political implications of unemployment and precarious employment on health in Venezuela”, MedULA, Revue scientifique de la Faculté de Médecine de l’Université des Andes, vol. 019, n° 1, enero-junio 2010.

[5] Expression référée par Manuel Cabellero dans son ouvrage Ni Dios ni Federación… op. cit., p. 59 et suivantes : « Un des forums organisés à Mérida par la Biennale de Littérature, en 1991, portait sur le thème ‘le cas du Venezuela’. Il y a quelques années, la publication d’un ouvrage collectif (Le cas du Venezuela : l’illusion d’une harmonie) a mis à la mode le fait d’appeler ainsi notre situation. Il s’agit d’un des livres les plus heureux de l’histoire de l’édition vénézuélienne… Lorsqu’il nous a été proposé de participer à ce forum, nous avons commencé, logiquement, par nous demander que diable voulait dire ce titre. Qu’est-ce qu’était le ‘cas’ ? S’agissait-il d’un cas clinique ? D’un casus belli tel que paraissait l’annoncer la composition polémique de la table ? Ou d’un cas perdu ? Finalement, nous avons préféré rejeter tout cela pour suivre plutôt le fil conducteur proposé par ce livre, et pour dire que celui du Venezuela a été, systématiquement, le cas d’une illusion ». Ibid., p. 59.

[6] Puisque les deux termes sont généralement employés indistinctement et prêtent à confusion dès lors qu’ils font référence aux manifestations artistiques nées de la rue et dans la rue, lesquelles, à un moment donné, peuvent se détourner de l’underground proprement dit, pour rentrer dans le domaine de la commercialisation.

[7] Vic Baszterd, “No hay trabajo”, febrero 2012, en: <http://vimeo.com/36871653>, (consulté le 16/02/2012 à 23:17 GMT 0).

[8] Vic Baszterd, PvP, muestra en Buenos Aires, febrero 2012, en: <https://www.facebook.com/media/set/?set=a.349225761778454.87784.100000731004869&type=1>, (consulté le 16/02/2012 à 23:20 GMT 0).

[9] Nicolás Casullo, Ricardo Forster, Alejandro Kaufman, Itinerarios de la Modernidad. Corrientes del pensamiento y tradiciones intelectuales desde la ilustración hasta la posmodernidad, EUDEBA, Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires, 1999.

[10] Dans un entretien réalisé avec Manuel Caballero, celui-ci affirme : « Je crois que le vénézuélien typique est en train de se faire aujourd’hui dans la ville et que ses principales caractéristiques sont la diversité et la complexité des apports culturels qui l’intègrent ; aussi, l’imposition d’un modèle culturel au moyen de la communication des masses », Ni dios ni federación… op. cit., p. 46.


muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

More Posts - Website

Faire de la recherche au Venezuela

Les premiers paragraphes de mon billet correspondent à une proposition de communication pour des journées d’études organisées par de le Groupe d’études interdisciplinaire sur le Venezuela, créé à l’initiative des jeunes chercheurs en sciences sociales de EHESS. La fin renvoie à des conseils que je me permets de suggérer à tous ceux qui, travaillant sur le Venezuela, s’intéressent au recueil d’un corpus de sources orales pour donner une autre dimension à leur recherche. Le tout explique comment et pourquoi nous sommes passés de l’étude comparative de l’évolution historique des systèmes français et vénézuélien de sécurité sociale, à l’histoire des relations politiques et culturelles entre les deux pays de 1870 jusqu’à nos jours.
Il n’est peut-être pas le fait du hasard que toute étude de l’histoire contemporaine ou de la société d’un des pays de l’Amérique Latine, nous renvoie à l’un des épisodes du prix Nobel de littérature de 1982. L’écrivain colombien Garcia Marquez décrit en effet des personnages et des situations qui relèvent certes de la fiction, qui dépassent le réel en exagérant ses dimensions, et qui sont quand bien même bel et bien présents. Il semblerait que la maladie d’insomnie et de perte de mémoire propagée depuis l’arrivée de Rebeca Buendia à Macondo, échappe aux pages du roman et atteigne bon nombre d’institutions vénézuéliennes.
Tout Latino-Américain a, malgré lui, l’impression de vivre constamment dans un univers ancré dans le passé, dépendant des évolutions scientifiques et techniques qui lui viennent de l’extérieur, dans un temps chronométrique qui le ramène sans cesse au point de départ. Un univers que les Européens, critiques de l’art, appelèrent « réalisme magique » dans le premier quart du XXe siècle « et que le Vénézuélien Arturo Uslar Pietri utilisa le premier, en 1947, pour caractériser le « conte vénézuélien » et latino-américain depuis 1928, dans le processus de développement d’avant-garde » (Letras y hombres de Venezuela, 1948, cit. par Domingo Miliani, 2005, p. 32).
Faire de la recherche en histoire au Venezuela pourrait frapper l’esprit de certains chercheurs habitués à consulter une mémoire bien conservée par des personnes ayant été formées pour le métier d’archiviste. Car là-bas il n’en est rien. Il n’y a qu’une règle à respecter dans ce jeu qui pourrait déconcerter les plus organisés : « puisque nous, Vénézuéliens, vivons pratiquement tous au jour le jour, il faut faire avec et se débrouiller comme on peut ». Même les archives les mieux organisées se trouvent dans le plus grand désordre, classées par année, toutes mélangées et parfois dans des cartons situés beaucoup trop haut sur les étagères pour qu’une seule personne, médiocrement payée, risque sa peau en montant sur un escalier pour descendre un carton trop lourd et couvert de poussière.
De notre questionnement initial : Déterminer, au moyen d’une étude historique comparative de l’évolution des systèmes de protection sociale français et vénézuélien, si le travail constituait ou non une condition de garantie d’insertion de l’individu dans la société ; il ne reste pas grande chose. Nous avons consulté un bon nombre d’ouvrages qui, dans la matière, ont été réalisés en Europe occidentale et aux Etats-Unis.
Néanmoins, la remise en question de ce système, la lecture des analyses historiques qui ont été publiées sur la sécurité sociale et la découverte des promesses inachevées, nous a détournés du postulat sur lequel nous nous étions fondés dans un premier temps, à savoir que : à la lumière de l’étude de l’évolution du modèle de protection social français et de sa comparaison avec le modèle vénézuélien, on pouvait affirmer que les inégalités sociales avaient été amoindries par la mise en fonctionnement d’un système de protection sociale. Pour énoncer ce postulat, nous nous étions basés sur des outils professionnels purement empiriques. En effet, exerçant le métier d’avocat, nous avions effectué une première approche des parcours d’un bon nombre de travailleurs vénézuéliens et surtout, des expériences professionnelles d’un groupe de retraités réalisant les démarches d’inscription auprès de l’Institut Vénézuélien de Seguros Sociales (IVSS).
La découverte des archives régionales de la sécurité sociale en France nous a fait prendre conscience de l’éparpillement, la disparition et l’impossibilité de consultation des archives de l’IVSS. Cet inconvénient nous a conduits à reformuler notre questionnement d’une manière moins ambitieuse et plus en accord avec le critère de faisabilité. De fait, à défaut de sources documentaires au Venezuela, entreprendre une étude historique comparative des systèmes de sécurité sociale en France et au Venezuela, devenait une utopie titanesque et les possibles conclusions n’auraient pas pu dépasser le stade de simples suppositions.
Dans un travail de recherche historique ayant trait à un pays comme le Venezuela, caractérisé par la bonne disposition des gens à « parler », à entamer une longue conversation dans n’importe quel endroit, et à raconter leur vécu, la possibilité de collecte d’un corpus de sources orales et son exploitation afin de consolider les traces d’un fonds d’archives documentaires écourté et disperse, constituait une offre indéclinable. Mais il était indispensable de trouver un fonds d’archives de nature à donner un support suffisant aux sources orales recueillies ainsi qu’à un objet d’étude engageant les connaissances scientifiques et empiriques jusqu’alors acquises.
Comme l’exprime Jacques Le Goff, « au niveau métaphorique mais significatif, de même que l’amnésie est non seulement un trouble chez l’individu mais entraîne des perturbations plus ou moins graves de la personnalité, de même, l’absence ou la perte volontaire ou involontaire de mémoire collective chez les peuples et les nations peut entraîner de grands troubles d’identité collective ». Voici explicitée l’une des principales défaillances de la société vénézuélienne évoquée par la majorité des chercheurs vénézuéliens spécialistes des sciences humaines et sociales. Effectivement, comme nous dit Le Goff, « la mémoire collective a été un enjeu important dans la lutte des forces sociales pour le pouvoir. Se rendre maître de la mémoire et de l’oubli est une des grandes préoccupations des classes, des groupes, des individus qui ont dominé et dominent les sociétés historiques». L’état et la conservation des archives au Venezuela donne de la valeur à cette dernière remarque de l’auteur : « les oublis, les silences de l’histoire sont révélateurs de ces mécanismes de manipulations de la mémoire collective » (1988, p. 108-109).
La confrontation dans l’historiographie vénézuélienne entre une histoire appelée « officielle », contrôlée, centralisée, et une histoire « des oubliés », s’est traduite par une prise de conscience que son emprisonnement dans la documentation écrite l’empêchait de répondre à certaines questions, et surtout de retracer n’importe quelle histoire dans son entière dimension. Cette prise de conscience a trouvé son élan dans le courant impulsé par Mariano Picon Salas, qui, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, prônait la reconnaissance d’une histoire vénézuélienne marquée par l’hétérogénéité, la pluralité et la diversité, seulement saisissables à partir d’une notion plus large de document historique. Il était indispensable de trouver un fonds d’archives de nature à donner un support aux sources orales recueillies, ainsi qu’un objet d’étude engageant les connaissances scientifiques et empiriques jusqu’alors acquises. Les archives du Ministère des affaires étrangères s’avérèrent comme les mieux appropriées à la construction d’un nouvel objet de recherche.
Cependant, il convient d’ajouter que malgré toutes les précautions prises, le recueil d’entretiens fit une expérience vouée à l’improvisation. Il faut faire certaines remarques complémentaires aux conseils donnés par les plus remarquables auteurs Français faisant recours aux sources orales, afin que les chercheurs s’intéressant au Venezuela ne soient pas pris par le piège de notre façon d’être et de faire si naturelle. En ce qui concerne la mise en confiance des gens par l’intégration du chercheur à leur réseau et l’immersion dans la vie quotidienne des interviewés afin d’obtenir un maximum d’information, nous pourrions souligner qu’un des atouts dont nous disposions était celui d’avoir été en contact permanent avec des responsables des échanges culturels entre la France et le Venezuela, ce qui nous a permis d’obtenir facilement des contacts et de rencontrer des gens motivés à parler de leur expérience, ravis de nous en avoir fait part et de participer à la construction d’une histoire passée jusque là inaperçue.
En revanche, pour ce qui est de la concertation des rendez-vous avec les interviewés, il faut s’attendre à des annulations de dernière minute ou à des coups de téléphone inespérés de la part du témoin pour fixer une rencontre à la minute près. En ce sens, un conseil pratique, gardez toujours le magnétophone avec vous ! Et, pour ceux qui se rendent à Caracas, n’hésitez pas à prendre un moto-taxi (immatriculé et non pas pirate) pour sortir des encombrements provoqués par les fréquents embouteillages de cette ville extraordinaire. Faites-vous discrets et ne rendez pas trop visible votre ordinateur portable si vous ne souhaitez pas vous le faire piquer. Préparez-vous à expérimenter en chair et en os la signification de la phrase « jungle de béton » que les gens de Caracas utilisent pour se référer à leur ville. Evitez de monter dans le métro aux heures de pointe, mais ne traînez pas longtemps tous seuls en ville après 18 heures. Ayez toujours le sourire et demandez les choses poliment. Soyez ouvert au partage, les Vénézuéliens aiment bien se sentir en confiance, et ils apprécient les petits détails. Ne vous gênez pas pour les inviter à prendre un café, ou pour leur apporter une boîte de petits gâteaux sur le lieu de travail, pour partager avec les gens que vous allez côtoyer aux archives, dans les laboratoires de recherche ou à l’université.
Finalement, en ce qui concerne le déroulement de l’entretien, attendez-vous à ce que certaines personnes vous proposent de le faire en plein air, assis sur le banc d’une place ou dans un café.

Référence bibliographique utilisée :
Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard coll. « folio histoire », 1988.
Rómulo Gallegos, Doña Bárbara, Domingo Miliani (éditeur), Madrid, Ediciones Cátedra Letras Hispánicas, coll. « Herederos de Rómulo Gallegos », 2005, 473 p.

muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

More Posts - Website

Comment réaliser une carte avec des données géo-historiques? Les SIG

Les 29 et 30 septembre prochains (14H à 17H en salle Bollier, à l’ISH de Lyon), le Pôle méhodes propose deux séminaires de présentation des Systèmes d’information géographique (SIG).

Les séminaires seront dispensés par Claire-Charlotte Butez, dans le cadre du stage en SIG qu’elle a accompli au sein du LARHRA depuis mars dernier, ce qui permettra de présenter à tous les intéressés les solutions qu’elle a mises en place. L’objectif de ces deux journées est de faire connaitre les techniques et les outils que les SIG mettent à la disposition des sciences historiques et de présenter les ressources présentes au sein du Laboratoire. En d’autres termes, à l’aide de démonstrations concrètes, il s’agira de montrer comment on peut réaliser des cartes en utilisant des données historiques.

L’après-midi du 29 septembre sera consacré à une introduction générale aux SIG. On présentera les types de données géographiques, les outils du SIG, les systèmes de coordonnées, les bonnes pratiques, etc.

L’après-midi du 30 septembre permettra de se faire une idée, grâce à la présentation d’une application concrète, ce que permet de réaliser l’utilisation d’un SIG en sciences historiques, et quelles ressources sont disponibles au LARHRA.

Le traitement des données quantitatives : l’exemple d’Immolyon

Le mercredi 6 mai prochain, François Robert et Loïc Bonneval animeront une séance du Pôle méthodes consacrée au traitement des données quantitatives contenues dans les bases de données.

La présentation se fera à partir des données issues de la recherche “Immolyon” et abordera les différents aspects de leur traitement: extractions de la base, utilisation de logiciels de traitements, exploitation statistique proprement dite (construction de séries et d’indicateurs, analyse factorielle et méthode de classification), visualisation cartographique des résultats. La séance est ouverte à tous les membres du laboratoire et aura lieu de 14h à 17h en salle Bollier.