Projet : VENEZUELA : Improvisation, prospérité et contrastes

Voici l'une des œuvres exposées dans une manifestation culturelle qui devait avoir lieu initialement dans l'une des salles du Centre Culturel Tulio Febres Cordero (principal centre culturel de la ville de Mérida). Elle a été organisée par les étudiants de l'école de beaux arts de l'Université des Andes. Finalement, l'accès à la salle leur a été refusé et ils ont fait une intervention "callejera" dans l'une des principales avenues du centre ville. Le petit bonhomme que l'on voit dans ce tableau est l'image utilisé pour la commercialisation d'une marque de gâteaux pour enfants (ponqué « once » - qui traduit le chiffre onze en espagnol -). A droite du tableau on distingue le modèle original de l'image avec un révolver à la main. A gauche, la même image avec un deuxième élément: une chaîne autour du cou portant le chiffre 22 (deux fois le chiffre onze). Au milieu de la composition figure, un troisième bonhomme plus petit, qui est la copie exacte de celui qui porte le révolver. S’agit-il peut-être d’une signification allusive au personnage des bandes dessinées qui se débat entre le bien et le mal?

L’objectif est celui de présenter la notion de vénézolannité à partir de trois concepts caractéristiques de la société vénézuélienne.

Le Contexte :

Historiquement et géographiquement, le Venezuela est un pays ouvert au monde occidental et à toutes sortes d’influences. Depuis sa consolidation, il a donné naissance à une société complexe qui a fortement bénéficié de la découverte du pétrole dans la première moitié du XXe  siècle. Les deux guerres mondiales et les crises pétrolières ont contribué à provoquer des mutations d’envergure qui ont dicté le rythme d’une évolution vertigineuse, avec les avantages et les inconvénients que tout changement violent comporte. Nous avons donc vu se transformer de manière radicale et en l’espace de seulement un siècle la Capitainerie Générale du Venezuela (dont la date de création administrative se situe en 1777) en l’Etat Moderne qui existe aujourd’hui. Un Etat qui a été bâti à force de ruptures [1], tiraillant la société vénézuélienne entre une époque de guerres intérieures dirigées par les intérêts personnels et de pouvoir des « caudillos [2] » souvent imprégnés des idées des lumières et fortunés, ou tout simplement courageux et visionnaires. Par la suite, cette même société a été confrontée aux  bienfaits et aux méfaits de l’époque prospère du boom pétrolier.

Les enjeux :

La perspective européenne d’analyse socioculturelle et politique de l’Amérique latine se réfère au principe généraliste de latinité. Toutefois, souvent, par manque de ressources humaines ou financières, ou tout simplement par manque d’intérêt scientifique, cette analyse se fait en omettant de grandes variables culturelles qui différencient de manière importante un Etat latino-américain de l’autre. Il en résulte une difficile adaptation de la réalité et du contexte vénézuélien aux catégories conceptuelles proposées par les théoriciens de la pensée humaniste occidentale. Comme corollaire, les théoriciens vénézuéliens privilégient fréquemment ces mêmes catégories et les font entrer de force dans le processus d’analyse et de définition socioculturelle de leur propre pays. De toute évidence, les résultats ainsi produits ne peuvent qu’être peu satisfaisants car ils passent sous silence les éléments propres au concept évoqué plus haut : celui de « venezolannité [3] ».
Pourtant les visiteurs français ou les Français résidant au Venezuela identifient clairement le fonctionnement spécifique de leurs hôtes Vénézuéliens,  qui se caractérise par le rôle laissé à l’improvisation quelqu’en soit le domaine et par l’adaptation aux situations les plus difficiles. Ces caractéristiques ne peuvent être expliquées qu’à partir de la multi-culturalité inhérente à la société vénézuélienne, tellement contrastée qu’elle devient parfois incompréhensible pour les Vénézuéliens eux-mêmes. La difficile épreuve que le Venezuela a traversée tout au long des deux dernières décennies a fait en sorte que la population se trouve dans la nécessité de surmonter le désaccord déclenché par la confrontation des élites politiques vénézuéliennes en recourant à l’improvisation, notamment en matière d’emploi et d’obtention de ressources destinées à pourvoir à leur subsistance [4]. Durant ces dernières années, les classes politiques dirigeantes ont dû faire face à une situation  sociale caractérisée par la présence de réalités très variées. Celles-ci se trouvent à l’origine d’un certain nombre de conflits et de contraintes à première vue irrémédiables.

Le cas du Venezuela [5] constitue un cas d’espèce approprié à l’identification des éléments et des outils nécessaires pour la compréhension du vrai sens du multiculturel.

En quête d’une définition identitaire :

Pour les raisons ci-dessus données, il nous paraît donc pertinent de proposer trois concepts  à partir desquels nous pourrions proposer une première définition du multiculturel au Venezuela : improvisation, prospérité et contrastes. Ces trois concepts tentent d’offrir trois éléments typiquement vénézuéliens afin de les valoriser puisque, loin d’être déconsidérés (comme nous le croyons souvent), ils sont très appréciés par tous ceux qui découvrent la culture et la société vénézuéliennes.

En ce sens, il nous paraît nécessaire en outre de faire connaître la production artistique et culturelle du mouvement « underground » ou d’art urbain vénézuélien [6], comme un outil utile à la compréhension des trois concepts ci-dessus énoncés et, par conséquent des modes de vie de la plus grande partie de la société vénézuélienne, laquelle vit en majorité dans les villes.

Sous un autre aspect, ce genre artistique exprime la violence qui ne caractérise pas uniquement le Venezuela ou l’Amérique Latine, mais le monde moderne dans son intégralité. S’il est vrai que l’histoire définit le XXe siècle comme celui de grands conflits mondiaux, l’humanité aura fait son entrée dans un XXIe siècle imprégné du mot crise : crise économique, crise des institutions démocratiques, dégradation des conditions de vie des classes moyennes et, par conséquent, généralisation de la violence urbaine. La visuelle intitulée « Il n’y a pas de travail » (« No hay trabajo » [7]), réalisée par l’artiste Vénézuélien Vic Baszterd, à partir de son œuvre Poster vs. Poster (voir photographie ci-dessous), exposée à Buenos Aires, en février 2012, constituent de bons exemples de cette réalité.

Exposition Poster Vs Poster - Buenos Aires (Argentine)

Dans tous les cas, nous l’avons dit précédemment, cette production se suffit à elle seule pour rendre visibles les marques de ce nous avons appelé rythme du temps présent.

De même, il nous paraît utile de nous interroger sur le rôle que joue le web comme support à la diffusion et à la transmission des valeurs contenues dans l’art urbain vénézuélien.

L’étude de ces manifestation et du web comme outil de diffusion est fondamentale à la théorisation d’un des traits les plus caractéristiques de la vénézolannité: celui de vouloir être toujours à la mode, que l’on dise des Vénézuéliens qu’ils sont modernes [9]. Cette volonté même les personnes du troisième âge l’illustrent, cherchant toujours à montrer un signe de leur modernité (dans l’habillement, dans leur participation aux conversations familiales et avec le voisinage). Beaucoup d’analystes perçoivent cette question comme un effet imposé par la « société de consommation ». Nous considérons pour notre part qu’elle est inhérente à l’idiosyncrasie du Vénézuélien.
Si l’on considère que les jugements erronés sont souvent émis par méconnaissance, par omission ou par manque d’organisation, on comprend alors facilement pourquoi l’« absence de planification » du Vénézuélien est constamment remise en question, vilipendée et critiquée. Néanmoins, nous considérons que le plus grand obstacle à la construction de la vénézolannité est dû au fait que les Vénézuéliens continuent à se tyranniser eux-mêmes, sans tenter de réfléchir au chemin le plus approprié pour mobiliser leurs compétences. Dans le même temps la société vénézuélienne ne s’aperçoit pas de la portée des idées et des modes qu’elle adopte. Tout en étant elles-mêmes soumises à débat et à la critique scientifique dans leur lieu d’origine ces idées et ces modes sont adoptées et adaptées de telle manière que les Vénézuéliens réussissent à en proposer une définition renouvelée.

Notre postulat a une double une finalité : d’une part, enrichir notre perspective de recherche qui, fondamentalement, consiste à démystifier l’histoire politique vénézuélienne en dégageant, grâce à une recherche historique reposant sur l’exploitation  des correspondances politiques du corps diplomatique français en fonction au Venezuela, les effets des influences reçues durant le processus de construction et de consolidation de l’Etat moderne ; d’autre part, déterminer quels éléments rattachent le Venezuela à la latinité et comment, sur la base de ce concept de latinité, se sont opérés des rapprochements politiques entre la France et le Venezuela. Que signifie la latinité pour les Vénézuéliens ? Comporte-t-elle une signification culturelle qui a du sens pour la société vénézuélienne ? Pour répondre à ces questions, il faudra tenir compte du fait que, dans le cas du Venezuela, il s’agit d’une latinité qui n’a jamais cessé d’évoluer et qui continue à chercher un fondement théorique embrassant les contrastes les plus divers. En outre, il s’agit d’une quête qui s’accompagne  d’une recherche du bien-être social, dans un contexte où la rébellion et l’anarchie sont toujours présentes. Finalement, il en résulte une recherche constante d’un modèle politique capable de surmonter la difficulté d’inclure et de donner satisfaction aux multiples facettes de l’être vénézuélien [10].

Notes :

[1] Manuel Callero note sa préférence pour le terme fracture à la place de rupture. Il dit : « A partir de 1811, les Vénézuéliens ont connu quatre fractures : celle de 1830, celle de 1903, celle de 1928 et celle dans laquelle nous sommes immergés – se référant par là à la révolution bolivarienne-. L’année 1830 marque la fin du processus initié en 1810-1811 et le début de l’histoire du Venezuela libéral. […] Entre 1830 et 1903 la réponse politique habituelle et quasi-unique est la guerre. […] Entre 1837 et 1903, il y a eu, au Venezuela, seulement 16 ans de paix contre 50 ans de guerre civile. […] En 1903 s’initie au Venezuela le gomécisme […] : régime qui fut instauré avec la bataille de Ciudad Bolivar durant laquelle on a donné à Juan Vicente Gomez  – futur président suprême et dictateur du Venezuela, jusqu’en 1935 – les titres de Bien-méritant et Pacificateur de la Patrie. […] La fracture suivante s’est produit à partir de 1928. Il s’agit de l’apparition de la démocratie, de l’anarchie et du communisme […] ». V. Manuel Caballero, Ni Dios ni Federación. Crítica de la historia política, Caracas, Editorial Alfa, 2007, pp. 55-57.

[2] Chefs locaux.

[3] Selon que les acteurs, promoteurs inscrits dans la mouvance de la culture underground et de l’art urbain vénézuélien s’accordent pour affirmer qu’il s’agit d’une manifestation capable de mixer les éléments représentatifs des courants artistiques développés sous cette étiquette (d’abord le genre rock dans ses différentes variations, notamment, au Venezuela, le punk, et le ska ; puis le rap, le hip-hop, la drum and bass et tout récemment le reguetton), tout en gardant les motivations qui sont à l’origine de la création de ces mouvements.  V. “From Sentimiento Muerto to Vagos y Maleantes : A Social-Historical Lecture Thought The Evolution Of Tree Venezuelan Underground Bands”, Actual investigación, n° 1 (43), janvier 2011.

[4] “Implicaciones políticas del desempleo y del empleo precario sobre la salud de los individuos en Venezuela, 2000-2007” – “Political implications of unemployment and precarious employment on health in Venezuela”, MedULA, Revue scientifique de la Faculté de Médecine de l’Université des Andes, vol. 019, n° 1, enero-junio 2010.

[5] Expression référée par Manuel Cabellero dans son ouvrage Ni Dios ni Federación… op. cit., p. 59 et suivantes : « Un des forums organisés à Mérida par la Biennale de Littérature, en 1991, portait sur le thème ‘le cas du Venezuela’. Il y a quelques années, la publication d’un ouvrage collectif (Le cas du Venezuela : l’illusion d’une harmonie) a mis à la mode le fait d’appeler ainsi notre situation. Il s’agit d’un des livres les plus heureux de l’histoire de l’édition vénézuélienne… Lorsqu’il nous a été proposé de participer à ce forum, nous avons commencé, logiquement, par nous demander que diable voulait dire ce titre. Qu’est-ce qu’était le ‘cas’ ? S’agissait-il d’un cas clinique ? D’un casus belli tel que paraissait l’annoncer la composition polémique de la table ? Ou d’un cas perdu ? Finalement, nous avons préféré rejeter tout cela pour suivre plutôt le fil conducteur proposé par ce livre, et pour dire que celui du Venezuela a été, systématiquement, le cas d’une illusion ». Ibid., p. 59.

[6] Puisque les deux termes sont généralement employés indistinctement et prêtent à confusion dès lors qu’ils font référence aux manifestations artistiques nées de la rue et dans la rue, lesquelles, à un moment donné, peuvent se détourner de l’underground proprement dit, pour rentrer dans le domaine de la commercialisation.

[7] Vic Baszterd, “No hay trabajo”, febrero 2012, en: <http://vimeo.com/36871653>, (consulté le 16/02/2012 à 23:17 GMT 0).

[8] Vic Baszterd, PvP, muestra en Buenos Aires, febrero 2012, en: <https://www.facebook.com/media/set/?set=a.349225761778454.87784.100000731004869&type=1>, (consulté le 16/02/2012 à 23:20 GMT 0).

[9] Nicolás Casullo, Ricardo Forster, Alejandro Kaufman, Itinerarios de la Modernidad. Corrientes del pensamiento y tradiciones intelectuales desde la ilustración hasta la posmodernidad, EUDEBA, Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires, 1999.

[10] Dans un entretien réalisé avec Manuel Caballero, celui-ci affirme : « Je crois que le vénézuélien typique est en train de se faire aujourd’hui dans la ville et que ses principales caractéristiques sont la diversité et la complexité des apports culturels qui l’intègrent ; aussi, l’imposition d’un modèle culturel au moyen de la communication des masses », Ni dios ni federación… op. cit., p. 46.



muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

More Posts - Website

Publié par

muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">