Journées d’étude autour de la question : sphère privée, sphère publique – les coulisses de l’histoire ?

L’intérêt de ce débat nous mène obligatoirement à nous interroger sur la provenance des sources utilisées dans l’écriture d’une histoire déterminée et sur le rapport que le jeune chercheur établit avec les documents dont il se sert pour construire ses sources.

Nicolas Offenstadt souligne que “les historiens apportent des distinctions entre les documents produits explicitement pour servir l’histoire et les traces de l’activité humaine qui n’avaient pas cet objectif [1]“. Offenstadt rappelle par ailleurs qu’au-delà su simple enjeu de recherche ou de vérité que l’ouverture des archives implique, on doit aussi prendre en compte les charges symboliques parfois juridiques ou politiques, émotionnelles ou sentimentales qui relèvent du statut multiple du document utilisé par l’historien comme source [2].

On peut alors formuler une opposition entre les sources intimes (relevant de la sphère privée) et les sources officielles (relevant de la sphère publique).

Si l’on tient compte des études réalisées autour de ces deux questions, on en déduit que c’est autour de la sphère publique que les acteurs [3] agissent. Il convient de rendre explicites leurs actions en faisant le diagnostique des motivations intimes et pas uniquement sociales qui se trouvent à l’origine de leurs comportements. Il appartient donc à l’historien de chercher, de scruter et de disséquer les sources relevant des deux sphères (publique et privée) pour saisir le sens des actions qui s’inscrivent dans une époque, qui ont été provoquées dans des circonstances déterminées, réalisées dans un espace social et qui ont obéit à certaines motivations.

 

Thématiques proposées :

1.      De la sphère privée à la sphère publique : La publicité des idées et des motivations intimes : le cas des correspondances privées ; les journaux intimes, les mémoires individuelles et la mémoire collective, le rôle des mass-médias.

2.      De la sphère publique à la sphère privée : La liberté de culte/ la laïcité ; la liberté d’expression/ la censure (dictatures, régimes totalitaires, interdiction des partis politiques…).

3.      L’opposition sphère publique/ sphère privée est assimilable à celle d’espace public et d’espace intime ?


Bibliographie indicative :

Stéphane Van Damme, « Farewell Habermas ? Deux décennies d’études sur l’espace public », Disponible en ligne : http://dossiersgrihl.revues.org/682#bodyftn2 : Cet article apporte une vision d’ensemble des études les plus remarquables autour du modèle historiographique proposé par le sociologue Jürgen Habermas autour de sa thèse « L’espace public » (1964). L’auteur propose d’examiner quatre tensions qui ont orienté les discussions critiques autour de ce modèle, ainsi que polariser les débats et la recherche : opinion/ espace public ; espace public/ espace privé ; espace public/ société civile ; publicité/ matérialité/ visibilité.

 

Habermas Jurgen. “L’espace public”, 30 ans après. In: Quaderni. N. 18, Automne 1992. pp. 161-191. Disponible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quad_0987-1381_1992_num_18_1_977 :  C’est la préface que Habermas a écrit pour la réédition, en 1990, de son ouvrage sur la sphère publique. Il convient de retenir que, suite à une relecture de son modèle, l’auteur précise qu’ « un espace public fonctionnant politiquement n’a pas seulement besoin des garanties offertes par les institutions de l’État de Droit, il dépend aussi du soutien de traditions culturelles, de modèles de socialisation, d’une culture politique propre à une population habitué à la liberté.

 

Brudny Michelle-Irène, « La sphère privée selon Hannah Arendt », Champ psychosomatique, 2002/3 no 27, p. 9-12. DOI : 10.3917/cpsy.027.0009. Disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-champ-psychosomatique-2002-3-page-9.htm : Dans cet article, Michelle-Irène Brundny propose une relecture du concept de sphère privé proposé par Hannah Arendt. Arendt définit le privé comme un monde nécessairement obscur et comme un esseulement opposable, non seulement à la sphère public mais aussi au foyer : « la nécessaire solitude qui est la condition d’exercice de la pensée, conversation silencieuse de soi avec soi, compagnie à soi-même » (p. 3). Pour Arendt l’avènement du social aurait entraîné la disparition de la sphère publique et de la sphère privée.  L’intimité serait une formation récente, produite par une certaine configuration historique.

 


[1] « Archives, documents, sources », In Historiographies I, concepts et débats, sous la direction de C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt, Paris, Gallimard, coll. folio histoire, 2010, p. 69.

[2] Ibid., p. 5.

[3] V. en ce sens l’article de Christian Delacroix, « Acteur », In In Historiographies II, concepts et débats, sous la direction de C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt, Paris, Gallimard, coll. folio histoire, 2010, p. 651-663. L’opposition entre les courants structuralistes dominant l’histoire dite « des mentalités » pour lesquels la notion d’acteur est celle d’un sujet passif (1950-1960) et les « retours » du politique, de l’événement, du récit pour lesquels la notion d’acteur reprend un sens de sujet actif (1970-1980).


muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

More Posts - Website

Publié par

muzcategui

Née à Mérida-Venezuela, le 25 septembre 1979. Doctorante en Histoire à Université Lyon 2. Dirigée en cotutelle par M. L. Douzou, professeur d’histoire politique à l’IEP de Lyon et M. Alfredo Ramos Jiménez, professeur de sociologie à l’école de Science politique de l’Université des Andes. - Magister Scientiae ès Science politique, le 22 février 2008. Université des Andes. Centre d’Études Politiques et Sociales de l’Amérique Latine (CEPSAL). 2004/2008. Mérida – Venezuela. - Certificat d’Etudes Politiques, le 28 juin 2002. IEP de Lyon. Université Lumière, Lyon II. Année 2001/2002. - Avocat, le 20 juillet 2001. Université des Andes. Faculté de Sciences juridiques et politiques. École de droit. 1997/2001. Mérida – Venezuela.

Une réflexion au sujet de « Journées d’étude autour de la question : sphère privée, sphère publique – les coulisses de l’histoire ? »

  1. Les thématiques soulevés me paraissent très intéressantes et s’inscrivent à mon sens dans les interrogations actuelles des historiens notamment du contemporain. En revanche, pourrais-tu m’éclairer le 3e point soulevé car je ne l’ai pas vraiment saisi.
    Je m’efforcerai de réfléchir à quelques suggestions pour la journée du 27 avril.
    Merci beaucoup Maria pour ce travail déjà abattu!
    Cindy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">