Parution: Le traitement des données avant l’histoire numérique

Parution, sous le direction de Christian Sorrel, du volume Des chiffres et des cartes… Approches sérielles et spatiales en histoire religieuse. Les « matériaux Boulard » trente ans après (Lyon, LARHRA, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n°21, 2013, 193 p.)


1982… Le premier volume des Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles voit le jour sous la direction du chanoine Fernand Boulard, disparu cinq ans plus tôt. Il concerne la région parisienne, ses prolongements normands et ligériens et pousse des antennes jusqu’au Massif central. Dans un avant-propos chaleureux, François Furet écrit : « Ce livre bourré de graphiques et de tables n’apporte sous la précision des chiffres que des mystères. Derrière les évolutions chronologiques et les frontières territoriales qu’il trace, il ne pose que des questions nouvelles : sur l’origine historique des phénomènes décrits, sur leur répartition dans l’espace, enfin sur leur interprétation, c’est-à-dire leur rapport à d’autres niveaux de la vie sociale. Le chanoine Boulard a été un inventeur de problèmes, ce qui est la manière classique de faire avancer le savoir. »

2011 … Le dernier volume est publié, couvrant un large Sud-Est, de la Bourgogne et de la Franche-Comté à la Provence, attentif aux minorités religieuses, franchissant la Méditerranée vers les diocèses algériens. Entre-temps, deux autres volumes ont été édités, l’un en 1987, tourné vers le Nord, l’Est et l’Ouest du pays, l’autre en 1992, orienté vers le Languedoc, une partie du Massif central et un grand Sud-Ouest.

Compte tenu du retard pris pour achever l’entreprise, le volume final peut apparaître comme un objet singulier, décalé, dans un paysage historiographique qui a changé de paradigme depuis trente ans. Fallait-il pour autant laisser s’achever dans le silence une entreprise qui a marqué au moins deux générations d’historiens du religieux et contribué à les faire connaître au-delà des frontières nationales ? Les responsables du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), au sein duquel le tome IV a été mis au point en 2010 par des membres de l’équipe « Religions, Sociétés et Acculturation » (RESEA), ne l’ont pas cru bon et ont programmé une journée d’étude quelques mois après sa publication. Il ne s’agissait ni de célébrer un triomphe, ni de cultiver la nostalgie, mais de porter des regards rétrospectifs et prospectifs sur les « Matériaux »

Cette journée a permis de réfléchir à l’usage que les historiens ont fait des données qu’il avait collectées et pourront encore en faire à l’avenir, alors que les paradigmes historiographiques ont changé depuis la décennie 1970 qui vit le projet des « Matériaux Boulard » prendre forme et de mettre en lumière la figure trop ignorée du chanoine Fernand Boulard (1898-1977), pionnier de la sociologie religieuse pastorale.

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *