Deux projets d’édition numérique dans le cadre du projet symogih.org : le Journal de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne

Communication présentée aux DH 2016, Cracovie

Christine Chadier et Rosemonde Letricot
avec la collaboration de Francesco Beretta et Sylvain Boschetto

Le portail d’édition numérique de sources http://xml-portal.symogih.org/ que nous présentons aux DH2016 au travers de deux projets d’édition numérique n’est pas un outil de visualisation d’images ou de textes comme pourraient l’être des systèmes de type Omeka ou Drupal. Il s’agit de mettre à disposition de manière dynamique à la fois le texte d’une source mais aussi les données d’une base relationnelle qui constituent son apparat critique. Il faut concevoir ce portail d’édition davantage comme une brique de développement du projet symogih.org.

Le projet symogih.org (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) a développé un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication. À partir de ce modèle a été mis en place un système d’information collaboratif pour la recherche en histoire qui est aujourd’hui utilisé par 15 projets de recherche et environ 50 utilisateurs individuels. La plateforme du projet symogih.org offre un outillage numérique accessible et pérenne pour le stockage et la publication de données extraites de l’étude de documents archivistiques et bibliographiques. Il est possible d’intégrer des données de nature variée qui décrivent l’activité humaine, sociale, économique ou intellectuelle rassemblant, autour d’évènements datés et sourcés, des acteurs individuels ou collectifs, des concepts ou des objets géographiques. Le système autorise également l’articulation de ces données avec des textes codés en XML – traités selon les recommandations de la Text Encoding Initiative – (https://groupes.renater.fr/wiki/symogih/symogih_manuel/edition_de_textes_en_xml-tei.) ou encore la mise en relation avec des images et leurs métadonnées. La réalisation d’un système d’information géographique [SIG] (http://geo-larhra.org) joue un rôle essentiel dans ce modèle afin d’associer à ces différents objets leur “empreinte spatiale” et ainsi permettre des analyses spatiales diachroniques.

capture-decran-2016-10-25-a-11-44-45

L’un des derniers développements du projet symogih.org a été la mise en ligne d’un portail de publication des éditions numériques élaborées au sein du LARHRA. Si symogih.org permettait aux chercheurs de mettre à disposition les données structurées issues de leur travail analytique, le portail d’édition rend désormais possible la contextualisation d’une source écrite grâce à ces mêmes données. Les textes encodés en XML/TEI sont stockés sur un serveur eXist à partir duquel sont développés différents services (visualisations du texte et des données, géolocalisation, possibilité d’export, moteur de recherche). Le point de jonction entre le texte numérique et la base de données se situe à l’intérieur même des balises TEI où sont intégrés les identifiants du système d’information qui font le lien avec les données structurées. Des fonctionnalités de visualisation peuvent être développées à partir des textes encodés stockés dans une base de données native XML, offrant davantage d’interactivité avec les données et augmentant l’expérience de lecture. De plus, comme les textes sont encodés dans une base eXist-db, grâce aux technologies web, via les langages XQuery + HTML/Javascript, le portail d’édition numérique permet de collecter des données au-delà du référentiel commun de symogih.org sur le web de données (DBpedia, IdRef, …).

À ce jour, la partie publique du portail recueillent trois projets, deux d’édition de sources (les Mémoires de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIe siècle), l’autre d’annotation sémantique et de contextualisation de documents [Society religion science] (http://xml-portal.symogih.org/web-publications.html).

L’édition numérique des Mémoires de Léonard Michon fait partie d’une recherche doctorale (Letricot, Rosemonde. Edition critique numérique des Mémoires de Léonard Michon (1715-1744). Sous la direction de Hours, Bernard. Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA UMR5190) qui vise à mettre à disposition du public et de la communauté scientifique l’édition critique du Journal historique d’un notable lyonnais relatant la vie des élites bourgeoises de la ville de Lyon de la première moitié du XVIIIe siècle. Le travail d’encodage XML/TEI s’est principalement centré sur l’identification des segments d’information et des entités nommées (personnes, institutions, lieux, etc.) ce qui permettra de recourir à des analyses quantitatives sur les pratiques d’écriture (fréquence, récurrence de noms, etc.) et sur la nature des informations données dans l’ouvrage, que nous pourrons ensuite traduire en parcours de lecture pour le public (parcours thématique, biographique, chronologique, etc.).

Quant aux Actes des synodes des églises réformées, ils représentent une source essentielle pour la connaissance du protestantisme français sous l’ancien régime. Ces assemblées rassemblent régulièrement des représentants de toutes les églises d’une province pour traiter des affaires qui leur sont communes : questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Si les sources sur le protestantisme français font l’objet d’une édition chez Droz dans une sous-série de la collection “Travaux d’Humanisme et Renaissance” intitulée “Archives des Églises réformées de France”, il n’y avait pas de projet en Humanités numériques sur le sujet (Une édition “papier” des Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées est en cours chez Droz, le premier volume édité par Didier Boisson a été publié en 2012 et concerne l’Anjou-Touraine-Maine [1594-1683]. Le second volume proposera les actes des églises de Bourgogne et sera édité par Yves Krumenacker). Ce sera bientôt le cas avec l’édition sur le portail XML du projet symogih.org des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de Yves Krumenacker de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Ces deux projets d’édition ne se limitent pas à la seule publication de sources mais proposent une édition enrichie par des renseignement récoltés dans des sources complémentaires, saisis dans la base collaborative du projet symogih.org et utilisés non seulement pour préciser l’un ou l’autre renseignement fourni par le texte, selon la démarche d’annotation classique d’une édition papier, mais en proposant une explication contextuelle dynamique – que permet l’édition numérique – en croisant toute sorte de données et tout en conservant leur traçabilité, par l’enregistrement des sources et de la bibliographie de chaque information. Il est ainsi possible de reconstituer la généalogie et la carrière d’un pasteur, ou sa bibliographie (L’utilisation d’une base de données collaborative et cumulative permettant de multiplier les sources : journal de pasteur [Bernus, Auguste (1888). Le ministre Antoine de Chandieu d’après son journal autographe inédit 1534-1591. Bulletin historique et littéraire publié par la Société de l’histoire du protestantisme français, Tome XXXVII], sources régionales [Papillon, Philibert (1742). Bibliothèque des auteurs de Bourgogne. Dijon: Philippe Marteret], Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève, édités chez Droz).

Les lieux mentionnés dans les écrits et dans la documentation annexe, sont renseignés et géolocalisés dans le gazeteer du projet symogih.org. À partir des données spatiales encodées dans le texte XML, on pourra ainsi réaliser des cartes interactives illustrant différents aspects du codage : villes organisatrices des synodes, lieux d’origine des pasteurs, carte des églises absentes, parcours professionnels des pasteurs. Des fonctions interactives permettront de rebondir de la carte vers les textes ou les informations respectives.

Nous soulignerons lors de la présentation l’apport de la visualisation dynamique des documents pour les deux éditions, chacune avec ces spécificités. En particulier, l’intégration directe des données de la recherche permet une plus grande interactivité : l’apparat critique peut être à tout moment complété au fil des découvertes des chercheurs par la mobilisation simultanée de données provenant d’un silo d’information commun. De plus, les interfaces de visualisation spatiale, ou les graphes mettant en évidence les relations entre les textes et leurs contenus, facilitent l’accès aux documents édités. Les nombreuses possibilités d’enrichissement et d’exploitation des textes amènent les chercheurs en histoire, mais aussi le public, à une découverte sous d’autres angles et avec de nouvelles perspectives du contenu des textes édités.

Nous souhaitons montrer l’apport pour la recherche historique d’un portail d’édition numérique de sources, en insistant sur les bénéfices d’une utilisation croisée de textes encodés en XML/TEI et d’une base de données collaborative. Les projets présentés permettent de retracer le processus de traitement de l’information, de la source à son édition numérique dynamique.

Chadier, C., Letricot, R., Beretta, F., Boschetto, S. (2016). Deux Projets D’Édition Numérique Dans Le Cadre Du Projet SyMoGIH: Le Journal De Léonard Michon Et Les Actes Des Synodes Des Églises Réformées De Bourgogne. In Digital Humanities 2016: Conference Abstracts. Jagiellonian University & Pedagogical University, Kraków, pp. 448-450.

Présentation en anglais / Presentation in English

Enregistrer

Parution: Le traitement des données avant l’histoire numérique

Parution, sous le direction de Christian Sorrel, du volume Des chiffres et des cartes… Approches sérielles et spatiales en histoire religieuse. Les « matériaux Boulard » trente ans après (Lyon, LARHRA, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n°21, 2013, 193 p.)


1982… Le premier volume des Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles voit le jour sous la direction du chanoine Fernand Boulard, disparu cinq ans plus tôt. Il concerne la région parisienne, ses prolongements normands et ligériens et pousse des antennes jusqu’au Massif central. Dans un avant-propos chaleureux, François Furet écrit : « Ce livre bourré de graphiques et de tables n’apporte sous la précision des chiffres que des mystères. Derrière les évolutions chronologiques et les frontières territoriales qu’il trace, il ne pose que des questions nouvelles : sur l’origine historique des phénomènes décrits, sur leur répartition dans l’espace, enfin sur leur interprétation, c’est-à-dire leur rapport à d’autres niveaux de la vie sociale. Le chanoine Boulard a été un inventeur de problèmes, ce qui est la manière classique de faire avancer le savoir. »

2011 … Le dernier volume est publié, couvrant un large Sud-Est, de la Bourgogne et de la Franche-Comté à la Provence, attentif aux minorités religieuses, franchissant la Méditerranée vers les diocèses algériens. Entre-temps, deux autres volumes ont été édités, l’un en 1987, tourné vers le Nord, l’Est et l’Ouest du pays, l’autre en 1992, orienté vers le Languedoc, une partie du Massif central et un grand Sud-Ouest.

Compte tenu du retard pris pour achever l’entreprise, le volume final peut apparaître comme un objet singulier, décalé, dans un paysage historiographique qui a changé de paradigme depuis trente ans. Fallait-il pour autant laisser s’achever dans le silence une entreprise qui a marqué au moins deux générations d’historiens du religieux et contribué à les faire connaître au-delà des frontières nationales ? Les responsables du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), au sein duquel le tome IV a été mis au point en 2010 par des membres de l’équipe « Religions, Sociétés et Acculturation » (RESEA), ne l’ont pas cru bon et ont programmé une journée d’étude quelques mois après sa publication. Il ne s’agissait ni de célébrer un triomphe, ni de cultiver la nostalgie, mais de porter des regards rétrospectifs et prospectifs sur les « Matériaux »

Cette journée a permis de réfléchir à l’usage que les historiens ont fait des données qu’il avait collectées et pourront encore en faire à l’avenir, alors que les paradigmes historiographiques ont changé depuis la décennie 1970 qui vit le projet des « Matériaux Boulard » prendre forme et de mettre en lumière la figure trop ignorée du chanoine Fernand Boulard (1898-1977), pionnier de la sociologie religieuse pastorale.

Enregistrer