La méthodologie relève-t-elle de la recherche disciplinaire ?

A l’heure où tend à se généraliser, dans les appels à projet, l’exigence d’un plan de gestion de données et du respect des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), il semble que la communauté historienne soit encore assez loin d’en avoir mesuré tous les enjeux. Le sujet est vaste, tant il relève à la fois de la réflexion disciplinaire et de choix politiques, donc d’une vraie vision du développement de la recherche en histoire sur les moyen et long termes. A partir de l’expérience développée depuis une dizaine d’années au sein du Pôle Histoire Numérique du Larhra, je me limiterai ici, avec un peu d’humeur, à une réflexion sur un point : quelle est la place de l’historien dans la mise en place des outils et des méthodologies numériques de la recherche en histoire ?

Quels que soient les débats qu’ils ont pu susciter, nul n’a estimé que, vénérables professeurs de l’université républicaine, Langlois et Seignobos s’écartaient de leur champ de compétence lorsque, dans l’Introduction aux
études historiques (1898), ils expliquaient les avantages et les limites du dépouillement des sources à l’aide de fiches. Ils citaient d’ailleurs Renan : « ces arrangements personnels de bibliothèque qui sont la moitié du travail scientifique », pour renchérir : « Tel érudit doit une bonne part de sa légitime réputation à l’art qu’il a de colliger ; tel autre est, pour ainsi dire, paralysé par sa maladresse à cet égard ». Il leur paraissait donc naturel que l’historien réfléchisse à « sa manière de colliger ».

Ces remarques ne sont pas frappées d’obsolescence à l’âge du numérique. Qu’il s’agisse de fichiers papier ou de caractères numériques, la question pour l’historien est la même, et là réside la vraie question méthodologique : selon quelle architecture organiser la masse des données que l’on stocke ? Ce n’est pas sur la pertinence de cette question que l’on constate des divergences, mais sur la réponse, ou plutôt sur le rôle de l’historien dans sa formulation. Il est assez commun d’entendre affirmer de façon péremptoire, y compris au plus haut niveau des instances qui « encadrent » la recherche historique, que l’historien n’a pas à se préoccuper de cette architecture mais qu’il s’agit d’informatique, que ce n’est pas une question de recherche mais de technique. L’affirmation est d’ailleurs d’autant plus péremptoire que l’on déclare – ou que l’on tente de masquer – en même temps son incompétence technique. Construire l’architecture des données et de l’information, c’est-à-dire les structurer, cela suppose de modéliser,
et pour que cette modélisation soit robuste, de se référer à une ontologie adaptée. Ce travail qui doit être documenté, peut seul garantir l’adéquation aux principes FAIR. Or qui d’autre que l’historien peut définir un modèle de données pour l’histoire ? Qui d’autre que l’historien, une fois déterminés le modèle et l’ontologie de référence, peut concevoir l’architecture de la base données, avec l’ingénieur qui la réalisera ?

Soyons sérieux, affirmer que l’élaboration des outils adéquats pour la recherche historique est une pure affaire d’ingénieur et qu’elle ne relève pas de la recherche, c’est refuser de faire, selon les termes de Renan, « la moitié du travail scientifique ». On peut s’aveugler, on sait ce qui arrive à l’autruche…

Bernard Hours, directeur du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190).

Le texte de ce billet a été publié antérieurement dans La Lettre du LARHRA, n° 15, 2019.

 

Réformation et votations dans la Suisse du XVIe siècle

Le 4 novembre 1530, les bourgeois de Neuchâtel adoptent la Réforme à une courte majorité de 18 voix. Contre l’avis de leur suzeraine catholique, la comtesse Jeanne de Hochberg, les citoyens se sont librement prononcés sur leur choix de religion. Loin d’être un cas isolé, ce vote est révélateur des modalités de diffusion de la nouvelle foi dans l’Ancienne Confédération helvétique et dans ses territoires alliés ou sujets.

Helvetia cum finitimis regionibus confoederatis, [Duisburg] : [S.N.], [1585]. Universitätsbibliothek Basel, Kartenslg Schw A 139b, http://doi.org/10.3931/e-rara-13773 / Public Domain Mark.

Au sein de plusieurs cantons, les idées réformées ont connu un vif succès dès le début des années 1520. Ulrich Zwingli, prêtre à la collégiale de Zurich et premier réformateur suisse, fonde comme Martin Luther sa vision de la Chrétienté sur le retour aux Écritures et la seule médiation du Christ entre Dieu et les hommes. Il érige la communauté des fidèles en incarnation sur Terre de l’Église invisible du Christ et tisse un lien indissoluble entre l’ecclesia réformée et la communauté civique. Pétri de l’idéal communal helvétique, Zwingli voit dans les conseils de ville, instances fondées sur le principe du “gouvernement de plusieurs”, l’incarnation du bon magistrat qui saura protéger la vraie foi. Cette lecture des rapports entre magistrat, communauté de citoyens et communauté de foi trouve un écho favorable dans plusieurs cantons suisses : Zurich embrasse progressivement la Réforme à partir de 1523, Berne fait voter la nouvelle foi en 1528, les bourgeois de Bâle l’imposent à leur magistrat en 1529.

Dans de nombreuses cités et territoires, la Réforme se greffe ainsi sur une tradition civique qui célèbre le vote comme la voie de la décision juste : faire voter ceux qui ont droit de cité et suivre les décisions de la majorité revient à confier la conduite des affaires publiques à la sanior pars de la communauté et à protéger la cité des intérêts particuliers ou de la tyrannie, selon le principe que la « sagesse du nombre » évitera erreurs et malversations. Rapidement, plusieurs cantons suisses considèrent donc le vote comme une solution à la division religieuse. Pourtant, lorsque les cantons votent la fidélité à l’Église romaine au sein de la Diète fédérale en 1524, Zurich refuse de se rallier à la majorité et plonge dans la crise le Corps helvétique en révélant l’incapacité de ses membres à restaurer le consensus sur la question religieuse.

Le recours au vote n’en est cependant pas complètement délégitimé : de 1525 à 1557, plusieurs cantons organisent des votes – au sein des conseils, des Landsgemeinden ou des communes – pour décider du retrait des images ou de l’abolition de la messe ; des « plus »[1] scellent le sort religieux d’innombrables communautés situées dans les territoires sous influence des cantons réformés ou dans les bailliages communs sur lesquels s’exerce la souveraineté de plusieurs cantons en désaccord sur le choix de religion – les votes d’Orbe, de Grandson ou du Rheintal sont les plus connus.

“La dispute de Zurich en janvier 1523”, in Heinrich Bullingers Reformationsgeschichte, ms. Thomann, 1605/1606, Zentralbibliothek Zürich, ms. B 216. Public Domain.

Or, l’historiographie n’a guère envisagé ces votes autrement que comme des phénomènes marginaux, peu dignes d’intérêt par rapport à l’étude de la marche des idées ou à l’analyse des choix politiques des cantons suisses. Une plongée dans les archives cantonales, les recès des Diètes fédérales, les chroniques et histoires de la Réformation, ainsi que dans les correspondances des acteurs de ces votes révèle pourtant un phénomène d’une ampleur étonnante, qui constitue le cœur même du processus de Réformation au sein de nombreux territoires helvétiques ou alliés des cantons suisses. C’est en vue de reconstituer les modalités de ces votes et de mettre en lumière les défis posés par le recours au principe majoritaire dans les décisions portant sur la foi qu’a été initié le projet « Réformation et votations », qui a obtenu un financement sur trois ans du Fonds national suisse de la recherche scientifique (2016-2019)[2].

Au vu du nombre de cas identifiés, qui approche la centaine, partir en quête d’un modèle explicatif général permettant de donner la recette du vote sur la foi dans les terres helvétiques semble fort tentant. Un tel choix menacerait toutefois d’uniformisation et d’écrasement une mosaïque complexe d’acteurs, de procédures et de pratiques, dont il importe de saisir la diversité dans le temps et dans l’espace pour arriver à comprendre les modalités exactes de l’adoption ou du rejet de la Réforme. Celles-ci découlent en effet d’une multitude de facteurs politiques, religieux et sociaux spécifiques à chaque communauté, font l’objet d’âpres négociations et de longues tractations, et dépendent fortement des relations de pouvoir entre les cantons souverains et les acteurs locaux, mais aussi des droits politiques et paroissiaux spécifiques aux communautés consultées.

Le recours aux outils et solutions des humanités numériques permet de mener à bien cette tâche : c’est pourquoi l’équipe du projet « Réformation et votations » s’est associée au Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (PHN-LARHRA). Les données recueillies au fil des sources sont systématiquement saisies dans la Base d’Hébergement de Projets (BHP) du programme symogih.org, dont l’architecture et le fonctionnement ont été validés par les nombreux projets menés à bien grâce à cet outil (GEO-LARHRA, SIPROJURIS, Patrons de France…). Les données y sont classées en catégories d’objets (acteurs individuels et collectifs, lieux, concepts, etc.) et d’informations (exercices de fonction, relations de pouvoir, événements, etc.), afin de pouvoir être extraites et recombinées en vue de produire cartes, visualisations de données, analyses de réseaux, etc. En application des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), toutes ces données sont en outre réutilisables par les équipes d’autres projets que ces informations pourraient aussi intéresser, et seront publiées sur un point d’accès SPARQL.

La saisie des données de « Réformation et votations » dans la BHP se double du développement par les partenaires lyonnais d’un site web dédié qui permettra l’analyse par Traitement Automatique des Langues Naturelles (TALN) des textes (chroniques, correspondances, recès des Diètes) transcrits durant la première phase du projet, ouvrant la voie à des analyses lexicales sur le corpus et à leur couplage aux données de la BHP[3].

Ces outils de modélisation des données permettront de poser les fondements d’une véritable typologie des modalités du passage des communautés à la nouvelle foi, et de dépasser l’image simplificatrice d’une Réforme adoptée ou rejetée comme un tout monolithique. En effet, choisir la Réforme, ce n’était pas adopter un corps de doctrine tout prêt et l’appliquer comme un programme cohérent ; en ces années d’expérimentations et de tâtonnements, les communautés votaient sur le retrait des images de dévotion, décidaient l’abolition de la messe ou demandaient l’élection d’un pasteur prêchant les Écritures, autant de coups de force qui substituaient progressivement à la liturgie et aux dogmes romains les principes de la confession réformée naissante. Le recours aux outils développés par le PHN du LARHRA pour le dépouillement des sources et le classement des informations recueillies permet de saisir ces changements au plus près, libérant d’une part l’analyse historique d’un récit qui privilégierait anecdotes et cas isolés, et prévenant d’autre part les généralisations qui empêcheraient de saisir la plasticité du phénomène. Le projet révélera ainsi, avec un niveau de granularité inédit à ce jour, la variété et la complexité des pratiques et procédures qui, mises bout à bout, font le passage à la Réforme, et mettra en lumière la dynamique du changement religieux à l’œuvre dans l’Ancienne Confédération helvétique entre 1523 et 1551. En portant au jour les relations qui s’établissent entre droits de la conscience et droits politiques, entre système presbytèro-synodal et Gemeinde ou entre communauté de salut et collectivité politique, l’enquête menée grâce aux ressources du PHN permettra ainsi d’éprouver les grands paradigmes interprétatifs appliqués à la fracture confessionnelle et à la diffusion du protestantisme[4].

Équipe de recherche

Olivier Christin (Université de Neuchâtel/CEDRE PSL, directeur du projet)

Marc Aberle (Université de Neuchâtel/FNS)
Vincent Alamercery (Université de Lyon/LARHRA)
Francesco Beretta (CNRS/Université de Lyon/LARHRA)
Fabrice Flückiger (Université de Neuchâtel/FNS/CEDRE PSL)
Bernard Hours (Université de Lyon/LARHRA)
Raphaële Rasina (Université de Neuchâtel/FNS)


[1] Le terme « plus » renvoie à l’idée que ceux qui remportent le majorité des voix gagne le scrutin. Il vient du terme « meren » en usage dans les cantons germanophones.

[2] Voir le projet sur le site du FNS : http://p3.snf.ch/project-162968

[3] http://pyprojects.symogih.org/refovote/index, site en cours de développement.

[4] Premières publications : M. Aberle, F. Flückiger, O. Christin, « La Réformation des clercs. Ancienne Confédération helvétique, 1525-1535 », RHP 3/1, 2018, p. 9-30 ; M. Aberle, « Cantonner la France. La circulation du modèle politique de Suisse au cours des guerres de religion », traverse 1, 2019, à paraître.