Quelques ressources en ligne

Au moment où de nombreuses institutions décident de mettre à disposition du public leurs ressources numérisées, nous vous proposons d’assurer une veille documentaire et de vous indiquer quelques sites où vous pourrez trouver des ouvrages, des thèses et/ou des ressources iconographiques à utiliser en histoire de l’art comme en histoire moderne et contemporaine, quel que soit votre spécialité.
Ces images étant mises en ligne par les institutions conservant les œuvres originales, le référencement est précis et correspond aux standards en vigueur.
Ne sont indiqués que des sites proposant des images libres de droit et/ou sous licence Creative Commons.
S’il est bien évidemment impossible de faire une liste exhaustive, nous essayerons de vous proposer des mises à jour régulières et de maintenir des liens valides.
La liste proposée est encore courte, mais déjà riche en nombre de documents mis à disposition et ce n’est qu’un début.

N’hésitez pas à faire des propositions pour compléter la liste !!!

Au menu :

Iconographie

Ouvrages et documents

Thèses

Moteur de recherche

Iconographie

Le Met de New York donne un libre accès à 375 000 images de sa collection

Les images en accès libre et utilisables sans restrictions, représentent 200 000 œuvres d’art individuelles et d’autres viennent enrichir cette collection tous les jours.
Des œuvres appartenant à Rembrandt, Vermeer ou Degas sont disponibles, mais les trésors les plus précieux mis en ligne par le Met sont, selon le site Quartz, les photographies d’objets et de reliques.
Les photographies mises en ligne couvrent environ 13% de la collection permanente du musée qui compte 1,5 millions d’œuvres.
Pour en lire plus

url : http://metmuseum.org/art/collection/search#!?offset=0&perPage=20&sortBy=Relevance&sortOrder=asc&pageSize=0

New York Public Library

La Bibliothèque publique de New York vient de mettre à la disposition des internautes du monde entier un trésor de photographies numérisées, issues de sa collection et tombées dans le domaine public. Plus de 180 000 manuscrits, cartes, photographies, partitions, lithographies, cartes postales et autres images ont ainsi été mises en ligne le mercredi 6 janvier 2015 dans une résolution très haute. Elles peuvent être téléchargées gratuitement et réutilisées gratuitement. La NYPL incite d’ailleurs à leur réutilisation créative, notamment sous la forme de gif animé et propose une résidence Remix.
Pour en lire plus

url : https://www.nypl.org/blog/2016/01/05/share-public-domain-collections

The British Museum – Collection online

Le site propose plus de 2 million de références disponibles, qui représentent plus de 3 millions 500 000 objets.
La plupart des images en ligne sont publiées sous la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0) licence.
La base de données est un « work in progress ». De nouvelles références, des mises à jour et des images sont ajoutées chaque semaine.

url : http://www.britishmuseum.org/research/collection_online/search.aspx

Le Rijksstudio – Rijksmuseum

Avec le Rijksstudio, le Rijksmuseum ouvre ses collections et permet à chacun de puiser dans ses ressources iconographiques et de les utiliser à sa guise.
Une des innovations les plus remarquables du Rijksstudio est la possibilité de sélectionner n’importe quel détail des images proposées.
On peut y trouver plus de 145 000 images à consulter, partager, zoomer et télécharger gratuitement.
Pour en lire plus

url : https://www.rijksmuseum.nl/en/rijksstudio?ii=0&p=0&from=2017-02-10T12%3A33%3A20.0798332Z


Ouvrages et documents

Le Centre de Documentation et de Recherche Religieuses, Namur

Depuis mars 2013, le patrimoine précieux de l’Université de Namur, qu’il provienne de la Réserve précieuse de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin (BUMP) ou du Centre de Documentation et de Recherche Religieuses (CDRR) ou qu’il soit issu d’autres entités de l’Université de Namur est rendu accessible à tous sur le portail NEPTUN (NumErisation du Patrimoine de l’Université de Namur).

url : https://www.unamur.be/bump/info/numerisation

e-rara.ch, le portail pour les imprimés numérisés des bibliothèques suisses
e-rara.ch met à disposition en ligne les imprimés existants du 15e au 19e siècle des bibliothèques suisses et poursuit les objectifs suivants : numérisation coordonnée d’imprimés du 15e au 19e siècle des bibliothèques suisses.
e-rara.ch est une plateforme coopérative de la Bibliothèque de Genève, de ETH-Bibliothek Zürich, de la Universitätsbibliothek Basel, de la Universitätsbibliothek Bern et de la Zentralbibliothek Zürich. De nombreuses autres bibliothèques ont contribué à l’élargissement de l’offre grâce à leurs fonds. De nouveaux documents sont régulièrement mis en ligne.

url : http://www.e-rara.ch/

Münchener DigitalisierungsZentrum (MDZ)

Le Munich DigitiZation Center (MDZ) est chargé de la numérisation et de la mise en ligne des documents conservés par la Bayerischen Staatsbibliothek (BSB) et d’autres institutions. Il propose la plus importante collection de documents numérisés d’Allemagne qui comprend plus de 900 000 titres accessibles en ligne gratuitement. De nouveaux documents sont régulièrement mis en ligne.

url : https://www.digitale-sammlungen.de/index.html?&l=en

Le Dépôt d’Objets Numérisés (DONum) et l’Arm@rium Universitatis Leodiensis, Liège

L’Unité de recherches Transitions (Université de Liège) est heureuse d’annoncer la mise en ligne de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis, un nouvel outil numérique qui vise à accompagner la diffusion, en Open Access, des collections patrimoniales et artistiques de l’Université de Liège par son portail de Dépôt d’Objets Numérisés (DONum). L’UR Transitions profite ainsi d’une nouvelle fonctionnalité créée par le Réseau des Bibliothèques de l’Université de Liège pour son portail DONum : cette nouvelle fonctionnalité permet désormais d’associer aux objets numérisés de l’Université de Liège un contenu scientifique de grande rigueur, accessible gratuitement.
Les étagères virtuelles de la nouvelle bibliothèque Arm@rium offriront la possibilité de consulter une sélection de témoins de la culture écrite, imprimée et graphique du Moyen Âge à la première Modernité.
Les premières publications peuvent être consultées sur le site de l’Arm@rium Universitatis Leodiensis. Les publications suivantes seront mises en ligne en suivant une périodicité bimestrielle.

url : http://donum.ulg.ac.be, http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/armarium/


Thèses

DART-Europe

DART-Europe est un partenariat de bibliothèques de recherche et de consortiums de bibliothèques qui travaillent ensemble pour améliorer l’accès mondial aux thèses européennes.

Soutenue par LIBER (Ligue des Bibliothèques Européennes de Recherche), DART-Europe est le groupe de travail européen de Networked Digital Library of Theses and Dissertations (NDLTD).

Les partenaires DART-Europe fournissent les thèses en ligne aux chercheurs sur une plateforme européenne, participant de même au futur développement de celle-ci.

Le projet DART-Europe offre à ses partenaires un forum européen au sujet des thèses. Si l’occasion se presente, DART-Europe peut faire des demandes de financement pour le projet.

Certaines thèses peuvent être soumises à des restrictions d’accès.

Pour en lire plus

Contributeurs

url : http://www.dart-europe.eu/basic-search.php


Moteurs de recherche

WUD

Le WUD est un moteur de recherche spécialisé qui moissonne l’ensemble des ressources proposées par les projets Europeana.eu et par la Digital Public Library of America (DPLA). Il a été créé par la chaire interdisciplinaire Médecine et société de l’Université de Fribourg (Suisse).

url : http://www.unifr.ch/mh/wud/

Le prix Valorisation MESHS remis à Marie Debarre-Delcourte pour sa thèse réalisée avec la méthode symogih.org

Marie Debarre-Delcourte a reçu le prix Valorisation de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (Lille) pour sa thèse soutenue en 2016 à l’Université de Valenciennes et du Haut-Cambrésis.Sa thèse est intitulée Espaces forestiers et sociétés en Avesnois (XIVe-début du XVIIIe siècle). Étude du paysage, a travaillé en partenariat étroit avec le Pôle histoire numérique pour la réalisation du volet numérique.
Elle a ainsi utilisé la méthode et les outils de la plateforme symogih.org pour la constitution d’un système d’information géo-historique lui permettant d’analyser dynamiquement l’évolution des territoires forestiers de l’Avesnois sur une période longue.

Extrait du modèle de données de SyMoGIH, http://cem.revues.org/docannexe/image/13774/img-6.jpg, in Francesco Beretta, Claire-Charlotte Butez, Adrien Carpentier et Marie Delcourte, « Reconstituer les évolutions des espaces forestiers de l’Avesnois aux XIVe – XVIIIe siècles. Approches méthodologiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 9 | 2016, mis en ligne le 04 novembre 2016, URL : http://cem.revues.org/13774
Suivi temporel des boisements de l’Avesnois, http://cem.revues.org/docannexe/image/1377/img-9.jpg in Francesco Beretta, Claire-Charlotte Butez, Adrien Carpentier et Marie Delcourte, « Reconstituer les évolutions des espaces forestiers de l’Avesnois aux XIVe – XVIIIe siècles. Approches méthodologiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 9 | 2016, mis en ligne le 04 novembre 2016, URL : http://cem.revues.org/13774 
Liens :

Journée-atelier — « Un pont entre sciences historiques et sciences informatiques »

Journée-atelier organisée dans le cadre de la restitution du projet PEPS – CNRS Réseau National des MSH

Watteau, Gersaint et le pont Notre-Dame en 1720 :
Exploration virtuelle du pont habité le plus monumental de l’histoire de Paris

30 Juin 2017
Pole SCV, Imaginarium – Tourcoing

Pont Notre-Dame, restitution en images de synthèse, Chromelight Studio, Claudio Gallego, Prosper Groux, www.chromelight-studio.fr

La Joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change, 1751, Paris, musée Carnavalet, Wikimedia Commons

À l’intersection de l’histoire urbaine, de l’histoire de l’art, de la culture matérielle et visuelle, de la musicologie et de l’informatique, la restitution numérique du pont Notre-Dame offre une exploration visuelle, spatiale et sonore inédite du pont habité le plus monumental de l’histoire de Paris. Mené par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs en informatique, en sciences historiques et de professionnels spécialisés en infographie 3D et en traitement sonore, il s’attache à restituer non seulement le sens des espaces, des matériaux et des volumes de cette architecture disparue, mais aussi à rendre sensible l’ambiance lumineuse et sonore de son environnement. Ces relectures du passé (tant du point de vue de l’éclairage que du son) offrent l’intérêt de recontextualiser finement la maquette du pont Notre-Dame et de révéler la distance qui existe entre passé et présent par le prisme du sensible.

L’enseigne de Gersaint, Antoine Watteau

Une attention particulière sera portée à la restitution de la boutique du plus célèbre marchand du pont, Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint, (Berlin, Schloss Charlottenburg). Le choix de la date retenue se justifie donc par un évènement artistique majeur dans l’histoire du pont Notre-Dame et plus généralement dans l’histoire de l’art : la présentation éphémère, en façade de la boutique de Gersaint, de ce tableau singulier, unique en son genre. L’apport de la restitution en 3D permettra d’avancer de nouvelles propositions quant au dispositif de présentation de cette peinture qui permettront de mieux en apprécier l’originalité et la portée provocatrice.

=> Programme

=> Contact : Sophie Raux sophie.raux@univ-lyon2.fr

=> Partenaires IRHiS, CREHS, ISH Lyon, LISIC, CRISTaL , LARHRA

Publication de l’article : « Le portail XML du projet symogih.org »

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’article :

« Le portail XML du projet symogih.org : un projet d’édition numérique collaborative de sources et d’informations historiques », F. Beretta et R. Letricot

Dans l’ouvrage :

Ecrilecture augmentée dans les communautés scientifiques
Humanités numériques et construction des savoirs

sous la direction de

Gérald Kembellec et Evelyne Broudoux, CNAM

ISTE Éditions

ISBN : 978-1-78406-220-0 (ebook)
€9.90 EUR
Prix réservé aux particuliers.

170 pages – Février 2017
Ouvrage papier en couleur : 35,00 EUR
ISBN : 978-1-78405-220-1 (papier)

Collection Systèmes d’information, web et société
dirigée par Jean-Charles Pomerol

Cet ouvrage a pour objectif d’examiner à l’heure de l’écrilecture informatisée les conditions matérielles de coconstruction des savoirs scientifiques et leur augmentation.

Les pratiques liées aux usages de lecture « savante » se sont perpétuées au cours des siècles. Les annotations sont elles-mêmes devenues des objets d’études. Elles représentent une véritable « plus-value » des textes originaux. Historiquement reconnues depuis le XIIe siècle, les premières techniques de lecture dites « savantes » réunissaient la lecture et l’écriture dans un processus de lettrure, mêlant lecture attentive et commentaire.

Le Web a transformé ce processus par l’ajout de couches techniques concernant à la fois les processus d’écriture et de lecture, mais également la circulation des textes, leur augmentation potentielle et réalisée, leur diffusion et leur réception. Ecrilecture augmentée dans les communautés scientifiques présente des études et des retours d’expérience concernant les processus intellectuels instrumentés, les espaces de critique ouverts, l’édition savante collaborative, les modalités de circulation et de médiatisation des savoirs, les techniques élaborées et les outils employés.
Les coordonnateurs

Gérald Kembellec et Evelyne Broudoux sont enseignants-chercheurs en sciences de l’information et de la communication à l’Institut national des techniques de documentation au CNAM, Paris.

Sommaire

1. Introduction à l’écrilecture scientifique et aux modalités techniques de son augmentation
2. L’écrilecture, une pratique révélatrice de la construction de connaissances au sein de communautés professionnelles
3. « Les espaces de la critique » : une étude des conditions de possibilité d’une lecture savante et multimédia
4. « Annoter le monde et améliorer l’humanité » : les imaginaires matériels d’un logiciel d’annotation du web
5. La construction de normes d’écrilecture pour la transcription collaborative du patrimoine numérisé
6. Le défi de l’interopérabilité entre plates-formes pour la construction de savoirs augmentés en sciences humaines et sociales
7. Le portail XML du projet symogih.org : un projet d’édition numérique collaborative de sources et d’informations historiques
8. Enjeux des « revues hypermédiatisées » pour l’édition scientifique

Téléchargez la préface de l’ouvrage

Téléchargez la table des matières de l’ouvrage

Pour en savoir plus

Constitution du consortium « Données pour l’histoire »

le Centre François Viète, le Lab-STICC, le Centre européen de réalité virtuelle et le LARHRA organisent à Brest du 9 au 11 mai 2017 les journées « Histoire numérique et web sémantique ».

Ces journées sont destinées aux participants du groupe de travail pour la constitution du consortium « Données pour l’histoire ». Ce groupe est ouvert à toute personne intéressée par l’histoire numérique et la modélisation des données, n’hésitez pas à nous contacter :
Aurélie Hess : aurelie.hess@univ-ubs.fr   /   Vincent Alamercery : vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Programme :

Mardi 9 mai

14h-14h30 : Introduction aux journées
14h30-15h15 : Le système d’autorité IdRef – François Mistral (ABES équipe IdRef)
15h15-16h00 : La gestion des autorités aux Archives de France – Hélène Zettel (Archives de France)
16h-16h30 : pause
16h30-17h15 : Modélisation et alignement en CIDOC-CRM (présentation en anglais, discussion en français) – George Bruseker (FORTH ICS).
17h15-18h15 : Projet d’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – Francesco Beretta (CNRS LARHRA)
18h15-18h30 : Organisation des ateliers du lendemain

Mercredi 10 mai

9h-12h : Ateliers en parallèle
Thématiques communes (mais discussion en petits groupes) : « Quel type de données je souhaite produire ? », « Quelle est la différence entre objets / entités temporelles ? », « Quelles difficultés je rencontre à modéliser mes données avec le CIDOC-CRM ? », dans le contexte de la modélisation des données en CIDOC-CRM / l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire / symogih.org.
14h-14h30 : Bilan rapide des ateliers
14h30-15h30 : Pause et visite du Centre européen de réalité virtuelle
15h30-16h30 : Présentation de l’ontologie MASCARET – Ronan Querrec (ENIB CERV / Lab-STICC), Sylvain Laubé (UBO Centre François Viète)
16h30-18h : Discussion, l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – animation Francesco Beretta

Jeudi 11 mai

9h-11h30 : Discussion, le consortium et la plateforme en cours de développement : état d’avancement ; programmation des chantiers communs (modélisation et ontologies) ; perspectives et feuille de route ; planification d’une journée d’études en vue du lancement public du consortium.

Deux projets d’édition numérique dans le cadre du projet symogih.org : le Journal de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne

Communication présentée aux DH 2016, Cracovie

Christine Chadier et Rosemonde Letricot
avec la collaboration de Francesco Beretta et Sylvain Boschetto

Le portail d’édition numérique de sources http://xml-portal.symogih.org/ que nous présentons aux DH2016 au travers de deux projets d’édition numérique n’est pas un outil de visualisation d’images ou de textes comme pourraient l’être des systèmes de type Omeka ou Drupal. Il s’agit de mettre à disposition de manière dynamique à la fois le texte d’une source mais aussi les données d’une base relationnelle qui constituent son apparat critique. Il faut concevoir ce portail d’édition davantage comme une brique de développement du projet symogih.org.

Le projet symogih.org (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) a développé un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication. À partir de ce modèle a été mis en place un système d’information collaboratif pour la recherche en histoire qui est aujourd’hui utilisé par 15 projets de recherche et environ 50 utilisateurs individuels. La plateforme du projet symogih.org offre un outillage numérique accessible et pérenne pour le stockage et la publication de données extraites de l’étude de documents archivistiques et bibliographiques. Il est possible d’intégrer des données de nature variée qui décrivent l’activité humaine, sociale, économique ou intellectuelle rassemblant, autour d’évènements datés et sourcés, des acteurs individuels ou collectifs, des concepts ou des objets géographiques. Le système autorise également l’articulation de ces données avec des textes codés en XML – traités selon les recommandations de la Text Encoding Initiative – (https://groupes.renater.fr/wiki/symogih/symogih_manuel/edition_de_textes_en_xml-tei.) ou encore la mise en relation avec des images et leurs métadonnées. La réalisation d’un système d’information géographique [SIG] (http://geo-larhra.org) joue un rôle essentiel dans ce modèle afin d’associer à ces différents objets leur “empreinte spatiale” et ainsi permettre des analyses spatiales diachroniques.

capture-decran-2016-10-25-a-11-44-45

L’un des derniers développements du projet symogih.org a été la mise en ligne d’un portail de publication des éditions numériques élaborées au sein du LARHRA. Si symogih.org permettait aux chercheurs de mettre à disposition les données structurées issues de leur travail analytique, le portail d’édition rend désormais possible la contextualisation d’une source écrite grâce à ces mêmes données. Les textes encodés en XML/TEI sont stockés sur un serveur eXist à partir duquel sont développés différents services (visualisations du texte et des données, géolocalisation, possibilité d’export, moteur de recherche). Le point de jonction entre le texte numérique et la base de données se situe à l’intérieur même des balises TEI où sont intégrés les identifiants du système d’information qui font le lien avec les données structurées. Des fonctionnalités de visualisation peuvent être développées à partir des textes encodés stockés dans une base de données native XML, offrant davantage d’interactivité avec les données et augmentant l’expérience de lecture. De plus, comme les textes sont encodés dans une base eXist-db, grâce aux technologies web, via les langages XQuery + HTML/Javascript, le portail d’édition numérique permet de collecter des données au-delà du référentiel commun de symogih.org sur le web de données (DBpedia, IdRef, …).

À ce jour, la partie publique du portail recueillent trois projets, deux d’édition de sources (les Mémoires de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIe siècle), l’autre d’annotation sémantique et de contextualisation de documents [Society religion science] (http://xml-portal.symogih.org/web-publications.html).

L’édition numérique des Mémoires de Léonard Michon fait partie d’une recherche doctorale (Letricot, Rosemonde. Edition critique numérique des Mémoires de Léonard Michon (1715-1744). Sous la direction de Hours, Bernard. Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA UMR5190) qui vise à mettre à disposition du public et de la communauté scientifique l’édition critique du Journal historique d’un notable lyonnais relatant la vie des élites bourgeoises de la ville de Lyon de la première moitié du XVIIIe siècle. Le travail d’encodage XML/TEI s’est principalement centré sur l’identification des segments d’information et des entités nommées (personnes, institutions, lieux, etc.) ce qui permettra de recourir à des analyses quantitatives sur les pratiques d’écriture (fréquence, récurrence de noms, etc.) et sur la nature des informations données dans l’ouvrage, que nous pourrons ensuite traduire en parcours de lecture pour le public (parcours thématique, biographique, chronologique, etc.).

Quant aux Actes des synodes des églises réformées, ils représentent une source essentielle pour la connaissance du protestantisme français sous l’ancien régime. Ces assemblées rassemblent régulièrement des représentants de toutes les églises d’une province pour traiter des affaires qui leur sont communes : questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Si les sources sur le protestantisme français font l’objet d’une édition chez Droz dans une sous-série de la collection “Travaux d’Humanisme et Renaissance” intitulée “Archives des Églises réformées de France”, il n’y avait pas de projet en Humanités numériques sur le sujet (Une édition “papier” des Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées est en cours chez Droz, le premier volume édité par Didier Boisson a été publié en 2012 et concerne l’Anjou-Touraine-Maine [1594-1683]. Le second volume proposera les actes des églises de Bourgogne et sera édité par Yves Krumenacker). Ce sera bientôt le cas avec l’édition sur le portail XML du projet symogih.org des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de Yves Krumenacker de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Ces deux projets d’édition ne se limitent pas à la seule publication de sources mais proposent une édition enrichie par des renseignement récoltés dans des sources complémentaires, saisis dans la base collaborative du projet symogih.org et utilisés non seulement pour préciser l’un ou l’autre renseignement fourni par le texte, selon la démarche d’annotation classique d’une édition papier, mais en proposant une explication contextuelle dynamique – que permet l’édition numérique – en croisant toute sorte de données et tout en conservant leur traçabilité, par l’enregistrement des sources et de la bibliographie de chaque information. Il est ainsi possible de reconstituer la généalogie et la carrière d’un pasteur, ou sa bibliographie (L’utilisation d’une base de données collaborative et cumulative permettant de multiplier les sources : journal de pasteur [Bernus, Auguste (1888). Le ministre Antoine de Chandieu d’après son journal autographe inédit 1534-1591. Bulletin historique et littéraire publié par la Société de l’histoire du protestantisme français, Tome XXXVII], sources régionales [Papillon, Philibert (1742). Bibliothèque des auteurs de Bourgogne. Dijon: Philippe Marteret], Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève, édités chez Droz).

Les lieux mentionnés dans les écrits et dans la documentation annexe, sont renseignés et géolocalisés dans le gazeteer du projet symogih.org. À partir des données spatiales encodées dans le texte XML, on pourra ainsi réaliser des cartes interactives illustrant différents aspects du codage : villes organisatrices des synodes, lieux d’origine des pasteurs, carte des églises absentes, parcours professionnels des pasteurs. Des fonctions interactives permettront de rebondir de la carte vers les textes ou les informations respectives.

Nous soulignerons lors de la présentation l’apport de la visualisation dynamique des documents pour les deux éditions, chacune avec ces spécificités. En particulier, l’intégration directe des données de la recherche permet une plus grande interactivité : l’apparat critique peut être à tout moment complété au fil des découvertes des chercheurs par la mobilisation simultanée de données provenant d’un silo d’information commun. De plus, les interfaces de visualisation spatiale, ou les graphes mettant en évidence les relations entre les textes et leurs contenus, facilitent l’accès aux documents édités. Les nombreuses possibilités d’enrichissement et d’exploitation des textes amènent les chercheurs en histoire, mais aussi le public, à une découverte sous d’autres angles et avec de nouvelles perspectives du contenu des textes édités.

Nous souhaitons montrer l’apport pour la recherche historique d’un portail d’édition numérique de sources, en insistant sur les bénéfices d’une utilisation croisée de textes encodés en XML/TEI et d’une base de données collaborative. Les projets présentés permettent de retracer le processus de traitement de l’information, de la source à son édition numérique dynamique.

Chadier, C., Letricot, R., Beretta, F., Boschetto, S. (2016). Deux Projets D’Édition Numérique Dans Le Cadre Du Projet SyMoGIH: Le Journal De Léonard Michon Et Les Actes Des Synodes Des Églises Réformées De Bourgogne. In Digital Humanities 2016: Conference Abstracts. Jagiellonian University & Pedagogical University, Kraków, pp. 448-450.

Présentation en anglais / Presentation in English

Enregistrer

Parution: Le traitement des données avant l’histoire numérique

Parution, sous le direction de Christian Sorrel, du volume Des chiffres et des cartes… Approches sérielles et spatiales en histoire religieuse. Les « matériaux Boulard » trente ans après (Lyon, LARHRA, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n°21, 2013, 193 p.)


1982… Le premier volume des Matériaux pour lhistoire religieuse du peuple français XIXe-XXe siècles voit le jour sous la direction du chanoine Fernand Boulard, disparu cinq ans plus tôt. Il concerne la région parisienne, ses prolongements normands et ligériens et pousse des antennes jusqu’au Massif central. Dans un avant-propos chaleureux, François Furet écrit : « Ce livre bourré de graphiques et de tables n’apporte sous la précision des chiffres que des mystères. Derrière les évolutions chronologiques et les frontières territoriales qu’il trace, il ne pose que des questions nouvelles : sur l’origine historique des phénomènes décrits, sur leur répartition dans l’espace, enfin sur leur interprétation, c’est-à-dire leur rapport à d’autres niveaux de la vie sociale. Le chanoine Boulard a été un inventeur de problèmes, ce qui est la manière classique de faire avancer le savoir. »

2011 … Le dernier volume est publié, couvrant un large Sud-Est, de la Bourgogne et de la Franche-Comté à la Provence, attentif aux minorités religieuses, franchissant la Méditerranée vers les diocèses algériens. Entre-temps, deux autres volumes ont été édités, l’un en 1987, tourné vers le Nord, l’Est et l’Ouest du pays, l’autre en 1992, orienté vers le Languedoc, une partie du Massif central et un grand Sud-Ouest.

Compte tenu du retard pris pour achever l’entreprise, le volume final peut apparaître comme un objet singulier, décalé, dans un paysage historiographique qui a changé de paradigme depuis trente ans. Fallait-il pour autant laisser s’achever dans le silence une entreprise qui a marqué au moins deux générations d’historiens du religieux et contribué à les faire connaître au-delà des frontières nationales ? Les responsables du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), au sein duquel le tome IV a été mis au point en 2010 par des membres de l’équipe « Religions, Sociétés et Acculturation » (RESEA), ne l’ont pas cru bon et ont programmé une journée d’étude quelques mois après sa publication. Il ne s’agissait ni de célébrer un triomphe, ni de cultiver la nostalgie, mais de porter des regards rétrospectifs et prospectifs sur les « Matériaux »

Cette journée a permis de réfléchir à l’usage que les historiens ont fait des données qu’il avait collectées et pourront encore en faire à l’avenir, alors que les paradigmes historiographiques ont changé depuis la décennie 1970 qui vit le projet des « Matériaux Boulard » prendre forme et de mettre en lumière la figure trop ignorée du chanoine Fernand Boulard (1898-1977), pionnier de la sociologie religieuse pastorale.

Enregistrer

Journée d’information et d’échanges sur les aspects juridiques liés à la constitution et à la diffusion des corpus 24 novembre 2012

Le Consortium CAHIER (Corpus d’Auteurs pour les Humanités: Informatisation, Édition, Recherche) a organisé cette journée d’information et d’échanges partant du constat que de nombreuses difficultés, d’ordre juridique se font jour dans l’élaboration et la mise à disposition de la communauté des corpus auxquels participent les chercheurs.

Les problèmes peuvent concerner l’édition de travaux appuyés sur des résultats d’utilisation de corpus, la mise en ligne d’articles déjà publiés chez un éditeur, par l’auteur lui-même, ou en republication par un autre éditeur, des retranscriptions d’expériences impliquant des relations confidentielles, l’enregistrement de personnes physiques…

Le matin a été consacré aux droits de l’auteur scientifique et à l’utilisation de documents dans la constitution de corpus diffusés

Deux juristes étaient présentes pour répondre aux questions :

Nathalie Mallet-Poujol – ERCIM http://www.dynamiques-du-droit.cnrs.fr/spip.php?article23

Marie Cornu, Directrice du CECOJI http://www.cecoji.cnrs.fr/spip.php?article21

Droit d’auteur vs droit de l’éditeur commercial :

Le contrat d’éditeur est une cession des droits patrimoniaux de l’auteur au profit d’un éditeur.

Il est donc impératif de faire attention au contrat d’édition :

Si on ajoute du contenu multimédia à une œuvre : il s’agit d’une autre œuvre. Malgré l’avis réservé de certains juristes, le principe est défendable en justice.

Il faut demander un contrat séparé pour le numérique, ne pas s’aligner sur la durée du papier

Les contrats type mentionnent généralement la formule « la représentation par tout procédé actuel ou futur de communication au public ». Sinon, il s’agit d’une clause réputée non écrite.

S’agit-il d’une clause illégale ? On ne peut pas engager quelqu’un sur le futur… Avis divergents : on ne peut pas être engagé sur une œuvre future, mais on peut être engagé sur un procédé de diffusion .

S’il n’y a pas de signature de contrat il n’y a pas de cession des droits à l’éditeur : tout ce qui n’est pas expressément cédé n’est pas cédé. Le droit d’auteur prévaut.

La rémunération n’opère pas un transfert de droit.

Depuis 2006, s’est mis en place un nouveau droit de création des agents publics :

droit de création en toute indépendance,

droit de préférence de l’employeur

différences liés au statut des agents selon les organismes

La solution de coédition par le biais des tutelles (les labos n’ayant pas d’identité juridique) représente-t-elle une possibilité de protection face aux éditeurs commerciaux ?

Par exemple en cas de participation du labo par le biais de financement, travail d’édition , etc.

Cela implique une cession de droit par le chercheur au profit du labo à titre gratuit sur certains supports (site) ou la possibilité de ré-exploiter pour que ces droits sur l’œuvre soit retirer du contrat d’édition puisque déjà cédé.

Paris X Diderot, exige ainsi un contrat de coédition en cas d’aide à la publication versée en échange de la cession d’une partie des droits de l’auteur

Certains contrats de recherche (ANR) comportent une clause en vertu desquelles tous les droits sont cédés au programme.

Y-a-t-il des possibilités d’exploitation non couvertes par le droit d’auteur ?

Il s’agit par exemple de la question (récurente) du dépôt dans HAL. Il n’y a pas de liberté de réutilisation des pré print s’ils sont proches de la version éditée : il y a contrefaçon si l’on ne s’est pas réservé de droit dans le contrat d’édition. Par contre, c’est différent avec le draft, mais il faut rester prudent.

Une copie privée avec accès par mot de passe ne constitue pas un droit exclusif au droit d’auteur.

Il n’y pas de copie privée autorisée pour les bases de données pour éviter une récupération des données.

Le fait de posséder une image ne donne pas de droit d’auteur sur celle-ci. On parle de « copyfraude » : copyright abusif. Ainsi, les bibliothèques, musées, etc. ne peuvent pas prétendre détenir un copyright mais ils disposent droit d’utilisation fondé sur le service rendu. Le coût devant être en rapport avec le service rendu.

Il reste la « solution » du choix initial du libre accès : étant donné que le droit d’auteur ne rémunère de toute façon pas l’auteur, pourquoi les auteurs ne se tournent-ils pas vers le libre accès et l’édition ouverte plutôt que vers les éditeurs commerciaux ?

L’exploitation non commerciale du texte ne permet pas de déroger au droit d’auteur qui est un droit de regard sur la diffusion, mais l’auteur reste maître de son texte.

Le travail d’indexation réalisé à partir d’un texte n’est pas une représentation du texte.

L’exploitation est libre lorsque l’on est pas dans de la reproduction de forme : une œuvre se définit par une activité créatrice et une forme définie.

Le statut de l’œuvre collective vaut pour un ensemble (base, ouvrage, etc.) qui réunit des éléments, mais reste le droit d’auteur sur la notice sauf si l’on peut prouver un travail d’impulsion et de coordination.

En conclusion, vient la question sur la prise de risque : s’il convient de se protéger au maximum et de prendre toutes les précautions prévues par la loi, la nature même du travail du chercheur qui se doit d’être diffusé suppose une prise de risque. Tout ne peut pas être prévu dans la loi et c’est la jurisprudence qui la complète. Pour qu’il y ait jurisprudence, il faut qu’il y ait procédure…

Cas particulier des corpus

Définir juridiquement un corpus : le corpus comprend les transcriptions, les annotations et les métadonnées

Peut-on breveter un corpus ?

Celui-ci relève du domaine public ce qui implique l’accès libre et gratuit.

Le corpus relève de la propriété intellectuelle :

La propriété intellectuelle est implicite dans les droits d’auteur

droits d’auteur = droits patrimoniaux et prérogative du droit moral

La liberté d’accès = abandon des droits patrimoniaux mais la propriété intellectuelle est inaliénable

Le corpus contient-il des données personnelles ?

Tout traitement de donnée personnelle doit faire l’objet d’une déclaration à la CNIL sauf si elles sont correctement anonymisées

Bibliographie

 

Division des affaires juridiques du CNRS

www.dgdr.cnrs.fr/daj/propriete/droits/droits.htm

http://www.universites-numeriques.fr/content/protection-des-donn%C3%A9es-personnelles-et-autres-contraintes-li%C3%A9es-%C3%A0-lexploitation-dun-site

http://eduscol.education.fr/internet-responsable/ressources-originales/legamedia/droit-dauteur-des-fonctionnaires.html

http://fr.jurispedia.org/index.php/Droits_des_producteurs_de_base_de_donn%C3%A9es_%28fr%29

Anne-Laure Stérin, Guide pratique du droit d’auteur textes, photos, musique, internet, 2011, Maxima, Collection Droit Pratique (Ouvrage en consultation au LARHRA, centre de documentation secondaire, RESEA)