La méthodologie relève-t-elle de la recherche disciplinaire ?

A l’heure où tend à se généraliser, dans les appels à projet, l’exigence d’un plan de gestion de données et du respect des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), il semble que la communauté historienne soit encore assez loin d’en avoir mesuré tous les enjeux. Le sujet est vaste, tant il relève à la fois de la réflexion disciplinaire et de choix politiques, donc d’une vraie vision du développement de la recherche en histoire sur les moyen et long termes. A partir de l’expérience développée depuis une dizaine d’années au sein du Pôle Histoire Numérique du Larhra, je me limiterai ici, avec un peu d’humeur, à une réflexion sur un point : quelle est la place de l’historien dans la mise en place des outils et des méthodologies numériques de la recherche en histoire ?

Quels que soient les débats qu’ils ont pu susciter, nul n’a estimé que, vénérables professeurs de l’université républicaine, Langlois et Seignobos s’écartaient de leur champ de compétence lorsque, dans l’Introduction aux
études historiques (1898), ils expliquaient les avantages et les limites du dépouillement des sources à l’aide de fiches. Ils citaient d’ailleurs Renan : « ces arrangements personnels de bibliothèque qui sont la moitié du travail scientifique », pour renchérir : « Tel érudit doit une bonne part de sa légitime réputation à l’art qu’il a de colliger ; tel autre est, pour ainsi dire, paralysé par sa maladresse à cet égard ». Il leur paraissait donc naturel que l’historien réfléchisse à « sa manière de colliger ».

Ces remarques ne sont pas frappées d’obsolescence à l’âge du numérique. Qu’il s’agisse de fichiers papier ou de caractères numériques, la question pour l’historien est la même, et là réside la vraie question méthodologique : selon quelle architecture organiser la masse des données que l’on stocke ? Ce n’est pas sur la pertinence de cette question que l’on constate des divergences, mais sur la réponse, ou plutôt sur le rôle de l’historien dans sa formulation. Il est assez commun d’entendre affirmer de façon péremptoire, y compris au plus haut niveau des instances qui « encadrent » la recherche historique, que l’historien n’a pas à se préoccuper de cette architecture mais qu’il s’agit d’informatique, que ce n’est pas une question de recherche mais de technique. L’affirmation est d’ailleurs d’autant plus péremptoire que l’on déclare – ou que l’on tente de masquer – en même temps son incompétence technique. Construire l’architecture des données et de l’information, c’est-à-dire les structurer, cela suppose de modéliser,
et pour que cette modélisation soit robuste, de se référer à une ontologie adaptée. Ce travail qui doit être documenté, peut seul garantir l’adéquation aux principes FAIR. Or qui d’autre que l’historien peut définir un modèle de données pour l’histoire ? Qui d’autre que l’historien, une fois déterminés le modèle et l’ontologie de référence, peut concevoir l’architecture de la base données, avec l’ingénieur qui la réalisera ?

Soyons sérieux, affirmer que l’élaboration des outils adéquats pour la recherche historique est une pure affaire d’ingénieur et qu’elle ne relève pas de la recherche, c’est refuser de faire, selon les termes de Renan, « la moitié du travail scientifique ». On peut s’aveugler, on sait ce qui arrive à l’autruche…

Bernard Hours, directeur du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190).

Le texte de ce billet a été publié antérieurement dans La Lettre du LARHRA, n° 15, 2019.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.