Les Carnets du LARHRA sont en ligne

Les Carnets du LARHRA, à raison d’une à deux livraisons par an, proposent des articles autour des thématiques de recherche du laboratoire. Après avoir alterné numéros Varia présentant des recherches en cours et numéros thématiques proposant des textes issus de séminaires, ils ont été confiés aux doctorants en 2016. La ligne éditoriale a donc été réorientée vers des numéros proposant d’une part un dossier issu des communications présentées aux journées d’études organisées par et pour les doctorants et d’autre part une section consacrée aux positions de thèses permettant aux docteurs du LARHRA de présenter leurs travaux.

La revue permet ainsi l’échange et la collaboration entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés selon le principe du Peer Review : les dossiers dirigés par les doctorants sont encadrés par des chercheurs du laboratoire ou extérieurs selon les thématiques. Ainsi le numéro 2016-1 propose un dossier sur « Les archives de la répression ».

L’ensemble des numéros des Carnets, ancienne et nouvelle formule, sera mis en ligne de façon rétrospective sur la plateforme de revues de l’université Jean Moulin – Lyon 3 créée sur le modèle d’OpenEdition Journals en lien avec les équipes d’OpenEdition. La plateforme est portée par les Bibliothèques Universitaires de Lyon 3 à l’initiative de Jean-Luc De Ochandiano.

« Data for History » très représenté à l’EADH2018

Le consortium Data for History sera présent à la première Conférence de l’European Association for Digital Humanities (EADH2018), à la National University of Ireland Galway, du 7 au 9 décembre 2018.

National University of Ireland Galway by paddy (Patrick-Emil Zörner) – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17843266
Avec un panel de plusieurs articles :
On the Way to Semantic Interoperability for Historical Data: the Data for History Consortium
[En route vers l’interopérabilité sémantique des données historiques : le consortium Data for History mettant en lumière différentes actions du consortium]
  • Introduction: The Semantic Data Challenge in Historical Research [Le défi des données sémantiques dans la recherche historique], George Bruseker – FORTH-ICS Héraklion
  • A standard model for a prosopography of religious orders [Un modèle standard pour une prosopographie des ordres religieux],  Bernard Hours – Université de Lyon LARHRA, Georg Vogeler – Université de Graz ZIM-ACDH
  • APIS: Mapping the Austrian Biographic Dictionary to CIDOC CRM [APIS : Aligner le Dictionnaire biographique autrichien avec le CIDOC CRM], Matthias Schlögl – Académie autrichienne des sciences ACDH
  • Best practices for making data generated in automated linkage procedures readily re-usable  [Les bonnes pratiques pour rendre facilement réutilisables les données obtenues dans les procédures de lien automatisées], Lodewijk Petram – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Rutger Van Koert – Académie royale néerlandaise des arts et des sciences
  • Building a domain specific Research Ontology from external Databases of Academic History [Construire une ontologie de recherche spécifique à un domaine à partir de bases de données en histoire des universités], Thomas Riechert, Edgar Marx – Université des sciences appliquées de Leipzig AKSW, Jennifer Blanke – Bibliothèque Herzog August
  • OntoME : an ontology management environment for extending the CIDOC CRM to historical research sub-domains [OntoME : un environnement de gestion d’ontologie pour étendre le CIDOC CRM aux sous-domaines de la recherche historique], Francesco Beretta, Djamel Ferhod, Vincent Alamercery – Université de Lyon LARHRA
Et deux articles courts :

Lab In Virtuo. A Intelligent Virtual Environment dedicated to History and Heritage of Industrial Landscapes [Lab In Virtuo. Un environnement virtuel intelligent dédié à l’histoire et au patrimoine des paysages industriels], Sylvain Laubé, Ronan Querrec, Serge Garlatti, Marie-Morgane Abiven – Université Bretagne Loire CFV Lab-STICC

The Shape of Time and Storifying Data. Modeling Historical Processes and their Temporal Dimension in Knowledge Graphs  [Les formes du temps et le stockage des données. La modélisation des processus historiques et de leur dimension temporelle dans les graphiques de connaissance], Charles van den Heuvel – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Veruska Carretta Zamborlini – Université d’Amsterdam

EADH 2018

Rencontre DBpedia à Lyon le 3 juillet 2018

À l’initiative de Thomas Riechert, professeur à l’Université des sciences appliquées de Leipzig et invité au laboratoire de février à juillet 2018, le LARHRA accueillera le 3 juillet la prochaine rencontre de DBpedia :

https://wiki.dbpedia.org/meetings/Lyon2018

DBpedia est un projet universitaire et communautaire, à l’origine développé dans les universités de Berlin et de Leipzig, qui propose une version structurée de Wikipedia permettant son exploration comme dans une base de données tout en la connectant aux autres bases de données ouvertes du web. DBpedia est un des projets phare du web des données qui vise à constituer un réseau global d’informations et dont fait partie, à son modeste niveau, le projet symogih.org.

Le développement de DBpedia en France est soutenu par l’INRIA et le Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre de la plateforme Sémanticpédia.

DBpedia permet aux détenteurs de données d’ouvrir de nouveaux moyens d’accès à leurs données et d’en accroître la valeur et fournit aux développeurs des données pour alimenter les applications et répondre aux besoins des utilisateurs. D’autres utilisations peuvent être imaginées, par exemple la recherche de descripteurs partagés à l’échelle du Web pour les reprendre dans d’autres référentiels (classifications bibliothéconomiques, thésaurus, etc.).

DBpedia propose,  entre autres, un éditeur sparql assisté pour les débutants en sparql et les étudiants (Editeur Sparql Flint), la visualization de données, un service « live » (DBpedia Fr Live), base qui se met à jour en continu en fonction des modifications faites en direct sur Wikipedia , etc.

Deuxième atelier du consortium international Data for History

Organisé à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, les 24-25 mai 2018 par le Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes                                            

 http://dataforhistory.org/2nd-data-for-history

Présentation de projets en cours :

  • ANY-ARTEFACT-O : une ontologie développée pour l’histoire du paysage culturel industriel, Sylvain Laubé (Université de Bretagne occidentale, Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques – Brest)
  • Oronce Fine : plate-forme collaborative pour l’annotation sémantique de sources numérisées avec un accent sur l’information spatio-temporelle et s’appuyant sur des données ouvertes liées entre elles, Carmen Brando (EHESS, Centre de recherches historiques – Paris)
  • CLARIAH – une infrastructure de recherche néerlandaise répartie pour les sciences humaines et sociales, Lodewijk Petram (Huygens ING – Amsterdam)

Présentation et exemples d’utilisation d’outils de gestion d’ontologies :

The 41st joined meeting of the CIDOC CRM SIG and ISO/TC46/SC4/WG9 and the 34th FRBR – CIDOC CRM Harmonization meeting

Le LARHRA accueille La 41e réunion du CIDOC CRM SIG et ISO/TC46/SC4/WG9 et la 34e réunion d’harmonisation FRBR – CIDOC CRM du 22 au 25 mai 2018 à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

http://www.cidoc-crm.org/Meeting/41st-cidoc-crm-and-34th-frbr-crm

Le CIDOC CRM est une ontologie empirique, c’est à dire qu’il est basé sur la documentation des modèles et des pratiques.
C’est un modèle conceptuel de référence orienté objet.
Il est général (cependant, il peut être spécifié par des extensions précisant certains concepts).
Il est indépendant de toute implémentation technique. En effet, la conception d’une représentation des connaissances ne doit pas être basée sur ou dépendante d’une technologie particulière. Toutefois, il est généralement employé avec le RDF (Resource Description Framework), le standard du Linked Data.
Le CIDOC CRM n’est pas prescriptif, il ne dicte pas une structure commune de données (pas de champs ou de valeurs obligatoires). Il ne se préoccupe pas des différentes terminologies utilisées par les institutions culturelles, tout en permettant de “brancher” des terminologies locales.

Atelier fondateur du consortium international Data for History, Lyon

le Pôle histoire numérique du laboratoire LARHRA organise les 23 et 24 novembre, l’atelier fondateur du consortium international Data for History  (Présentation en français / Presentation in  english).

La session du 23 novembre (15h – 18h30) est ouverte à tous, mais avec inscription obligatoire, et sera consacrée à la discussion du projet Data for History et aux présentations de différents projets s’intéressant à la modélisation des données en histoire. Les présentations et les discussions seront en anglais.

L’atelier se déroulera à l’École normale supérieure de Lyon – site Jacques Monod, salle Condorcet « Place de l’école ».

Programme

Venir à l’ENS de Lyon
Plan de l’ENS de Lyon campus

Inscription auprès de Vincent Alamercery :  vincent.alamercery@ens-lyon.fr

L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne présentée aux journées Médici

Parmi les posters retenus lors des Septièmes Journées du réseau Médici du 9 au 11 octobre 2017 à la MSH de Dijon, a été présenté le poster autour de L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne.

Les synodes des églises réformées rassemblent les représentants des églises d’une province pour traiter des questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Chaque synode désigne un secrétaire pour transcrire les débats, plusieurs copies des ses actes sont ensuite réalisées. Au XIXe siècle, le pasteur Louis Auziére a recherché ces copies afin d’en faire une transcription conservée à la Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français. C’est d’après ce manuscrit que le projet d’édition électronique en Text Encoding Initiative a été construit, puis cette édition a été complétée à l’aide des copies du XVIIe siècle qui ont été conservées. Comme l’édition est réalisée au sein du Pôle histoire numérique du LARHRA, le projet a pu aller bien au-delà de la transcription de sources. L’édition est enrichie par des éléments récoltés dans d’autres documents en ayant la possibilité de croiser toutes ces données et d’autres provenant d’autres recherches grâce à l’utilisation d’une base de donnée cumulative et collaborative (Base d’hébergement de projet – BHP – du projet SyMoGIH.org (http://symogih.org/), Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) qui propose un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication sélective. À partir de ce modèle, une plateforme collaborative pour la recherche en histoire a été mise en place, utilisée par plusieurs chercheurs et projets. Cela permet le stockage de données primaires, d’images et de leurs métadonnées, de textes codés en XML-TEI via un portail dédié (http://xmlportal.symogih.org/index.html). Toutes les informations contenues dans les actes et celles récoltées en parallèle dans d’autres sources ou dans la bibliographie sont saisies dans la BHP. La publication n’est plus une fin en soi : non seulement le document est enrichi d’éléments non contenus dans le texte, mais il devient évolutif grâce au travail collaboratif. L’éditeur devient un acteur de la production de données historiques.

Voir le poster

Journée-atelier — « Un pont entre sciences historiques et sciences informatiques »

Journée-atelier organisée dans le cadre de la restitution du projet PEPS – CNRS Réseau National des MSH

Watteau, Gersaint et le pont Notre-Dame en 1720 :
Exploration virtuelle du pont habité le plus monumental de l’histoire de Paris

30 Juin 2017
Pole SCV, Imaginarium – Tourcoing

Pont Notre-Dame, restitution en images de synthèse, Chromelight Studio, Claudio Gallego, Prosper Groux, www.chromelight-studio.fr

La Joute des mariniers, entre le pont Notre-Dame et le Pont-au-Change, 1751, Paris, musée Carnavalet, Wikimedia Commons

À l’intersection de l’histoire urbaine, de l’histoire de l’art, de la culture matérielle et visuelle, de la musicologie et de l’informatique, la restitution numérique du pont Notre-Dame offre une exploration visuelle, spatiale et sonore inédite du pont habité le plus monumental de l’histoire de Paris. Mené par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs en informatique, en sciences historiques et de professionnels spécialisés en infographie 3D et en traitement sonore, il s’attache à restituer non seulement le sens des espaces, des matériaux et des volumes de cette architecture disparue, mais aussi à rendre sensible l’ambiance lumineuse et sonore de son environnement. Ces relectures du passé (tant du point de vue de l’éclairage que du son) offrent l’intérêt de recontextualiser finement la maquette du pont Notre-Dame et de révéler la distance qui existe entre passé et présent par le prisme du sensible.

L’enseigne de Gersaint, Antoine Watteau

Une attention particulière sera portée à la restitution de la boutique du plus célèbre marchand du pont, Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint, (Berlin, Schloss Charlottenburg). Le choix de la date retenue se justifie donc par un évènement artistique majeur dans l’histoire du pont Notre-Dame et plus généralement dans l’histoire de l’art : la présentation éphémère, en façade de la boutique de Gersaint, de ce tableau singulier, unique en son genre. L’apport de la restitution en 3D permettra d’avancer de nouvelles propositions quant au dispositif de présentation de cette peinture qui permettront de mieux en apprécier l’originalité et la portée provocatrice.

=> Programme

=> Contact : Sophie Raux sophie.raux@univ-lyon2.fr

=> Partenaires IRHiS, CREHS, ISH Lyon, LISIC, CRISTaL , LARHRA

Constitution du consortium « Données pour l’histoire »

le Centre François Viète, le Lab-STICC, le Centre européen de réalité virtuelle et le LARHRA organisent à Brest du 9 au 11 mai 2017 les journées « Histoire numérique et web sémantique ».

Ces journées sont destinées aux participants du groupe de travail pour la constitution du consortium « Données pour l’histoire ». Ce groupe est ouvert à toute personne intéressée par l’histoire numérique et la modélisation des données, n’hésitez pas à nous contacter :
Aurélie Hess : aurelie.hess@univ-ubs.fr   /   Vincent Alamercery : vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Programme :

Mardi 9 mai

14h-14h30 : Introduction aux journées
14h30-15h15 : Le système d’autorité IdRef – François Mistral (ABES équipe IdRef)
15h15-16h00 : La gestion des autorités aux Archives de France – Hélène Zettel (Archives de France)
16h-16h30 : pause
16h30-17h15 : Modélisation et alignement en CIDOC-CRM (présentation en anglais, discussion en français) – George Bruseker (FORTH ICS).
17h15-18h15 : Projet d’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – Francesco Beretta (CNRS LARHRA)
18h15-18h30 : Organisation des ateliers du lendemain

Mercredi 10 mai

9h-12h : Ateliers en parallèle
Thématiques communes (mais discussion en petits groupes) : « Quel type de données je souhaite produire ? », « Quelle est la différence entre objets / entités temporelles ? », « Quelles difficultés je rencontre à modéliser mes données avec le CIDOC-CRM ? », dans le contexte de la modélisation des données en CIDOC-CRM / l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire / symogih.org.
14h-14h30 : Bilan rapide des ateliers
14h30-15h30 : Pause et visite du Centre européen de réalité virtuelle
15h30-16h30 : Présentation de l’ontologie MASCARET – Ronan Querrec (ENIB CERV / Lab-STICC), Sylvain Laubé (UBO Centre François Viète)
16h30-18h : Discussion, l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – animation Francesco Beretta

Jeudi 11 mai

9h-11h30 : Discussion, le consortium et la plateforme en cours de développement : état d’avancement ; programmation des chantiers communs (modélisation et ontologies) ; perspectives et feuille de route ; planification d’une journée d’études en vue du lancement public du consortium.

Le projet de constitution d’un consortium autour du projet Symogih.org présenté aux DH 2016

Le projet symogih.org : vers un consortium international

La croissance du projet symogih.org, une plate-forme modulaire ouverte pour le stockage d’informations et de textes géo-historiques impliquant 16 projets en cours et une cinquantaine d’utilisateurs, nécessite de reconsidérer l’évolution de l’architecture de la plate-forme et la construction d’une communauté plus structurée d’utilisateurs internationaux. Le poster présente une proposition pour l’évolution de la plate-forme, tant pour le domaine technologique que pour la gestion de projet, et d’appeler à une collaboration internationale qui pourrait fonctionner comme un consortium.

Voir le poster