symogih.org, thèse et prosopographie

Jessica Kohn qui a soutenu en juin 2018 une thèse en histoire sous la direction de Laurent Martin et Jean-Paul Gabilliet, sous le titre Travailler dans les Petits Mickeys, les dessinateurs-illustrateurs en France et en Belgique de 1945 à 1968 a utilisé Symogih.org pour établir une prosopographie de ces hommes et de ces femmes touchant autant à l’illustration qu’au dessin politique ou à la bande dessinée.

Elle a saisi 3729 informations (formation artistique, segments de carrière…) dans la BHP (Base d’hébergement de projet) concernant 400 acteurs individuels (personnes) et 96 acteurs collectifs (institutions de formation, journaux…) qui lui ont permis de retracer le parcours des professionnels du dessin et d’appréhender leur positionnement économique et social par rapport au journalisme, leur rôle de transmission culturelle et montrer la polyvalence du métier de dessinateur est  dans les années 1950 et 1960.

Jessica Kohn publiera prochainement quelques graphes permettant de visualiser dynamiquement ses résultats de recherche.

Le Pôle histoire numérique suit actuellement cinq autres doctorantes et doctorants qui utilisent les outils et la méthode du projet symogih.org pour leur thèse. Ils et elles seront invité.e.s à exposer leurs premiers résultats sur ce blog.

Deuxième atelier du consortium international Data for History

Organisé à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, les 24-25 mai 2018 par le Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes                                            

 http://dataforhistory.org/2nd-data-for-history

Présentation de projets en cours :

  • ANY-ARTEFACT-O : une ontologie développée pour l’histoire du paysage culturel industriel, Sylvain Laubé (Université de Bretagne occidentale, Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques – Brest)
  • Oronce Fine : plate-forme collaborative pour l’annotation sémantique de sources numérisées avec un accent sur l’information spatio-temporelle et s’appuyant sur des données ouvertes liées entre elles, Carmen Brando (EHESS, Centre de recherches historiques – Paris)
  • CLARIAH – une infrastructure de recherche néerlandaise répartie pour les sciences humaines et sociales, Lodewijk Petram (Huygens ING – Amsterdam)

Présentation et exemples d’utilisation d’outils de gestion d’ontologies :

The 41st joined meeting of the CIDOC CRM SIG and ISO/TC46/SC4/WG9 and the 34th FRBR – CIDOC CRM Harmonization meeting

Le LARHRA accueille La 41e réunion du CIDOC CRM SIG et ISO/TC46/SC4/WG9 et la 34e réunion d’harmonisation FRBR – CIDOC CRM du 22 au 25 mai 2018 à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

http://www.cidoc-crm.org/Meeting/41st-cidoc-crm-and-34th-frbr-crm

Le CIDOC CRM est une ontologie empirique, c’est à dire qu’il est basé sur la documentation des modèles et des pratiques.
C’est un modèle conceptuel de référence orienté objet.
Il est général (cependant, il peut être spécifié par des extensions précisant certains concepts).
Il est indépendant de toute implémentation technique. En effet, la conception d’une représentation des connaissances ne doit pas être basée sur ou dépendante d’une technologie particulière. Toutefois, il est généralement employé avec le RDF (Resource Description Framework), le standard du Linked Data.
Le CIDOC CRM n’est pas prescriptif, il ne dicte pas une structure commune de données (pas de champs ou de valeurs obligatoires). Il ne se préoccupe pas des différentes terminologies utilisées par les institutions culturelles, tout en permettant de “brancher” des terminologies locales.

Atelier fondateur du consortium international Data for History, Lyon

le Pôle histoire numérique du laboratoire LARHRA organise les 23 et 24 novembre, l’atelier fondateur du consortium international Data for History  (Présentation en français / Presentation in  english).

La session du 23 novembre (15h – 18h30) est ouverte à tous, mais avec inscription obligatoire, et sera consacrée à la discussion du projet Data for History et aux présentations de différents projets s’intéressant à la modélisation des données en histoire. Les présentations et les discussions seront en anglais.

L’atelier se déroulera à l’École normale supérieure de Lyon – site Jacques Monod, salle Condorcet « Place de l’école ».

Programme

Venir à l’ENS de Lyon
Plan de l’ENS de Lyon campus

Inscription auprès de Vincent Alamercery :  vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Le consortium Data for History

Le consortium Data for History a pour but d’établir une méthode commune de modélisation, de conservation et de gestion des données en recherche historique. Une telle méthode permettrait d’apporter un soutien fondamental aux projets de recherche historique qui adopteraient un cadre de production et d’investigation concertée, cumulative et interopérable de données scientifiques. L’objectif du consortium est de constituer une communauté internationale d’historiens et d’informaticiens afin de développer puis de maintenir un modèle ontologique commun qui permettrait une intégration et une interopérabilité des données sémantiquement rigoureuses et spécifiques à chaque domaine. Le consortium vise à construire ce modèle en tant qu’extension du CIDOC-CRM, afin de l’intégrer à une communauté interdisciplinaire plus large de modélisation et de données. Cela commence déjà par l’expérience de la modélisation fondamentale et les données élaborées dans le cadre du projet symogih. org.

Pour soutenir ce processus, le consortium a entrepris le développement d’un environnement de gestion d’ontologie conçu pour faciliter la compréhension des différents modèles de données et ontologies liés au domaine de la recherche historique et soutenir un processus de développement d’ontologies ouvertes. Cette plateforme supportera un processus de développement contrôlé de l’ontologie où la modification du modèle (addition/modification/soustraction de classes et de propriétés) sera suivie et soumise à un processus de validation par la communauté d’experts. Ce processus ouvert et traçable vise à favoriser la cohérence et l’interopérabilité du développement du modèle ontologique dans le domaine de la recherche historique. Il permettra également de gérer des modèles de données spécifiques pour des projets de recherche et de les utiliser pour la production de données.

English version

Naissance d’un nouveau carnet Hypothèses : Arsenaux de Brest et Venise

Nous sommes heureux de signaler la naissance d’un nouveau carnet au catalogue Hypothèses :

Arsenaux de Brest et Venise – Humanités numériques et méthodes de conservation et de valorisation des patrimoines maritimes. L’exemple des arsenaux de Brest et Venise
http://www.openedition.org/18555

Carnet de Recherche de Marie-Morgane Abiven, Doctorante au Centre François Viète (UBO Brest), encadrée par Serge Garlatti (Lab-STICC), Sylvain Laubé (CFV) et Ronan Querec (Lab-STICC) dont la partie Web sémantique de l’approche « Humanités numériques » de sa thèse contribue à la production d’une extension de CIDOC-CRM en histoire dans le cadre du consortium « Données pour l’histoire numérique » (Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, LARHRA UMR5190, Laboratoire des Sciences et Techniques de l’Information, de la Communication et de la Connaissance, Lab-STICC UMR 6285, Centre François Viète, CFV EA 1161).

Ce carnet de recherche a pour objectif de présenter l’avancée des travaux sur la thèse « Humanités numériques et méthodes de conservation et valorisation des patrimoines maritimes. L’exemple des arsenaux de Brest et Venise » préparée au Centre François Viète de Brest.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne présentée aux journées Médici

Parmi les posters retenus lors des Septièmes Journées du réseau Médici du 9 au 11 octobre 2017 à la MSH de Dijon, a été présenté le poster autour de L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne.

Les synodes des églises réformées rassemblent les représentants des églises d’une province pour traiter des questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Chaque synode désigne un secrétaire pour transcrire les débats, plusieurs copies des ses actes sont ensuite réalisées. Au XIXe siècle, le pasteur Louis Auziére a recherché ces copies afin d’en faire une transcription conservée à la Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français. C’est d’après ce manuscrit que le projet d’édition électronique en Text Encoding Initiative a été construit, puis cette édition a été complétée à l’aide des copies du XVIIe siècle qui ont été conservées. Comme l’édition est réalisée au sein du Pôle histoire numérique du LARHRA, le projet a pu aller bien au-delà de la transcription de sources. L’édition est enrichie par des éléments récoltés dans d’autres documents en ayant la possibilité de croiser toutes ces données et d’autres provenant d’autres recherches grâce à l’utilisation d’une base de donnée cumulative et collaborative (Base d’hébergement de projet – BHP – du projet SyMoGIH.org (http://symogih.org/), Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) qui propose un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication sélective. À partir de ce modèle, une plateforme collaborative pour la recherche en histoire a été mise en place, utilisée par plusieurs chercheurs et projets. Cela permet le stockage de données primaires, d’images et de leurs métadonnées, de textes codés en XML-TEI via un portail dédié (http://xmlportal.symogih.org/index.html). Toutes les informations contenues dans les actes et celles récoltées en parallèle dans d’autres sources ou dans la bibliographie sont saisies dans la BHP. La publication n’est plus une fin en soi : non seulement le document est enrichi d’éléments non contenus dans le texte, mais il devient évolutif grâce au travail collaboratif. L’éditeur devient un acteur de la production de données historiques.

Voir le poster

Le prix Valorisation MESHS remis à Marie Debarre-Delcourte pour sa thèse réalisée avec la méthode symogih.org

Marie Debarre-Delcourte a reçu le prix Valorisation de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (Lille) pour sa thèse soutenue en 2016 à l’Université de Valenciennes et du Haut-Cambrésis.Sa thèse est intitulée Espaces forestiers et sociétés en Avesnois (XIVe-début du XVIIIe siècle). Étude du paysage, a travaillé en partenariat étroit avec le Pôle histoire numérique pour la réalisation du volet numérique.
Elle a ainsi utilisé la méthode et les outils de la plateforme symogih.org pour la constitution d’un système d’information géo-historique lui permettant d’analyser dynamiquement l’évolution des territoires forestiers de l’Avesnois sur une période longue.

Extrait du modèle de données de SyMoGIH, http://cem.revues.org/docannexe/image/13774/img-6.jpg, in Francesco Beretta, Claire-Charlotte Butez, Adrien Carpentier et Marie Delcourte, « Reconstituer les évolutions des espaces forestiers de l’Avesnois aux XIVe – XVIIIe siècles. Approches méthodologiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 9 | 2016, mis en ligne le 04 novembre 2016, URL : http://cem.revues.org/13774
Suivi temporel des boisements de l’Avesnois, http://cem.revues.org/docannexe/image/1377/img-9.jpg in Francesco Beretta, Claire-Charlotte Butez, Adrien Carpentier et Marie Delcourte, « Reconstituer les évolutions des espaces forestiers de l’Avesnois aux XIVe – XVIIIe siècles. Approches méthodologiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], Hors-série n° 9 | 2016, mis en ligne le 04 novembre 2016, URL : http://cem.revues.org/13774 
Liens :

Constitution du consortium « Données pour l’histoire »

le Centre François Viète, le Lab-STICC, le Centre européen de réalité virtuelle et le LARHRA organisent à Brest du 9 au 11 mai 2017 les journées « Histoire numérique et web sémantique ».

Ces journées sont destinées aux participants du groupe de travail pour la constitution du consortium « Données pour l’histoire ». Ce groupe est ouvert à toute personne intéressée par l’histoire numérique et la modélisation des données, n’hésitez pas à nous contacter :
Aurélie Hess : aurelie.hess@univ-ubs.fr   /   Vincent Alamercery : vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Programme :

Mardi 9 mai

14h-14h30 : Introduction aux journées
14h30-15h15 : Le système d’autorité IdRef – François Mistral (ABES équipe IdRef)
15h15-16h00 : La gestion des autorités aux Archives de France – Hélène Zettel (Archives de France)
16h-16h30 : pause
16h30-17h15 : Modélisation et alignement en CIDOC-CRM (présentation en anglais, discussion en français) – George Bruseker (FORTH ICS).
17h15-18h15 : Projet d’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – Francesco Beretta (CNRS LARHRA)
18h15-18h30 : Organisation des ateliers du lendemain

Mercredi 10 mai

9h-12h : Ateliers en parallèle
Thématiques communes (mais discussion en petits groupes) : « Quel type de données je souhaite produire ? », « Quelle est la différence entre objets / entités temporelles ? », « Quelles difficultés je rencontre à modéliser mes données avec le CIDOC-CRM ? », dans le contexte de la modélisation des données en CIDOC-CRM / l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire / symogih.org.
14h-14h30 : Bilan rapide des ateliers
14h30-15h30 : Pause et visite du Centre européen de réalité virtuelle
15h30-16h30 : Présentation de l’ontologie MASCARET – Ronan Querrec (ENIB CERV / Lab-STICC), Sylvain Laubé (UBO Centre François Viète)
16h30-18h : Discussion, l’extension du CIDOC-CRM pour l’histoire – animation Francesco Beretta

Jeudi 11 mai

9h-11h30 : Discussion, le consortium et la plateforme en cours de développement : état d’avancement ; programmation des chantiers communs (modélisation et ontologies) ; perspectives et feuille de route ; planification d’une journée d’études en vue du lancement public du consortium.

Deux projets d’édition numérique dans le cadre du projet symogih.org : le Journal de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne

Communication présentée aux DH 2016, Cracovie

Christine Chadier et Rosemonde Letricot
avec la collaboration de Francesco Beretta et Sylvain Boschetto

Le portail d’édition numérique de sources http://xml-portal.symogih.org/ que nous présentons aux DH2016 au travers de deux projets d’édition numérique n’est pas un outil de visualisation d’images ou de textes comme pourraient l’être des systèmes de type Omeka ou Drupal. Il s’agit de mettre à disposition de manière dynamique à la fois le texte d’une source mais aussi les données d’une base relationnelle qui constituent son apparat critique. Il faut concevoir ce portail d’édition davantage comme une brique de développement du projet symogih.org.

Le projet symogih.org (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) a développé un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication. À partir de ce modèle a été mis en place un système d’information collaboratif pour la recherche en histoire qui est aujourd’hui utilisé par 15 projets de recherche et environ 50 utilisateurs individuels. La plateforme du projet symogih.org offre un outillage numérique accessible et pérenne pour le stockage et la publication de données extraites de l’étude de documents archivistiques et bibliographiques. Il est possible d’intégrer des données de nature variée qui décrivent l’activité humaine, sociale, économique ou intellectuelle rassemblant, autour d’évènements datés et sourcés, des acteurs individuels ou collectifs, des concepts ou des objets géographiques. Le système autorise également l’articulation de ces données avec des textes codés en XML – traités selon les recommandations de la Text Encoding Initiative – (https://groupes.renater.fr/wiki/symogih/symogih_manuel/edition_de_textes_en_xml-tei.) ou encore la mise en relation avec des images et leurs métadonnées. La réalisation d’un système d’information géographique [SIG] (http://geo-larhra.org) joue un rôle essentiel dans ce modèle afin d’associer à ces différents objets leur “empreinte spatiale” et ainsi permettre des analyses spatiales diachroniques.

capture-decran-2016-10-25-a-11-44-45

L’un des derniers développements du projet symogih.org a été la mise en ligne d’un portail de publication des éditions numériques élaborées au sein du LARHRA. Si symogih.org permettait aux chercheurs de mettre à disposition les données structurées issues de leur travail analytique, le portail d’édition rend désormais possible la contextualisation d’une source écrite grâce à ces mêmes données. Les textes encodés en XML/TEI sont stockés sur un serveur eXist à partir duquel sont développés différents services (visualisations du texte et des données, géolocalisation, possibilité d’export, moteur de recherche). Le point de jonction entre le texte numérique et la base de données se situe à l’intérieur même des balises TEI où sont intégrés les identifiants du système d’information qui font le lien avec les données structurées. Des fonctionnalités de visualisation peuvent être développées à partir des textes encodés stockés dans une base de données native XML, offrant davantage d’interactivité avec les données et augmentant l’expérience de lecture. De plus, comme les textes sont encodés dans une base eXist-db, grâce aux technologies web, via les langages XQuery + HTML/Javascript, le portail d’édition numérique permet de collecter des données au-delà du référentiel commun de symogih.org sur le web de données (DBpedia, IdRef, …).

À ce jour, la partie publique du portail recueillent trois projets, deux d’édition de sources (les Mémoires de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIe siècle), l’autre d’annotation sémantique et de contextualisation de documents [Society religion science] (http://xml-portal.symogih.org/web-publications.html).

L’édition numérique des Mémoires de Léonard Michon fait partie d’une recherche doctorale (Letricot, Rosemonde. Edition critique numérique des Mémoires de Léonard Michon (1715-1744). Sous la direction de Hours, Bernard. Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA UMR5190) qui vise à mettre à disposition du public et de la communauté scientifique l’édition critique du Journal historique d’un notable lyonnais relatant la vie des élites bourgeoises de la ville de Lyon de la première moitié du XVIIIe siècle. Le travail d’encodage XML/TEI s’est principalement centré sur l’identification des segments d’information et des entités nommées (personnes, institutions, lieux, etc.) ce qui permettra de recourir à des analyses quantitatives sur les pratiques d’écriture (fréquence, récurrence de noms, etc.) et sur la nature des informations données dans l’ouvrage, que nous pourrons ensuite traduire en parcours de lecture pour le public (parcours thématique, biographique, chronologique, etc.).

Quant aux Actes des synodes des églises réformées, ils représentent une source essentielle pour la connaissance du protestantisme français sous l’ancien régime. Ces assemblées rassemblent régulièrement des représentants de toutes les églises d’une province pour traiter des affaires qui leur sont communes : questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Si les sources sur le protestantisme français font l’objet d’une édition chez Droz dans une sous-série de la collection “Travaux d’Humanisme et Renaissance” intitulée “Archives des Églises réformées de France”, il n’y avait pas de projet en Humanités numériques sur le sujet (Une édition “papier” des Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées est en cours chez Droz, le premier volume édité par Didier Boisson a été publié en 2012 et concerne l’Anjou-Touraine-Maine [1594-1683]. Le second volume proposera les actes des églises de Bourgogne et sera édité par Yves Krumenacker). Ce sera bientôt le cas avec l’édition sur le portail XML du projet symogih.org des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de Yves Krumenacker de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Ces deux projets d’édition ne se limitent pas à la seule publication de sources mais proposent une édition enrichie par des renseignement récoltés dans des sources complémentaires, saisis dans la base collaborative du projet symogih.org et utilisés non seulement pour préciser l’un ou l’autre renseignement fourni par le texte, selon la démarche d’annotation classique d’une édition papier, mais en proposant une explication contextuelle dynamique – que permet l’édition numérique – en croisant toute sorte de données et tout en conservant leur traçabilité, par l’enregistrement des sources et de la bibliographie de chaque information. Il est ainsi possible de reconstituer la généalogie et la carrière d’un pasteur, ou sa bibliographie (L’utilisation d’une base de données collaborative et cumulative permettant de multiplier les sources : journal de pasteur [Bernus, Auguste (1888). Le ministre Antoine de Chandieu d’après son journal autographe inédit 1534-1591. Bulletin historique et littéraire publié par la Société de l’histoire du protestantisme français, Tome XXXVII], sources régionales [Papillon, Philibert (1742). Bibliothèque des auteurs de Bourgogne. Dijon: Philippe Marteret], Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève, édités chez Droz).

Les lieux mentionnés dans les écrits et dans la documentation annexe, sont renseignés et géolocalisés dans le gazeteer du projet symogih.org. À partir des données spatiales encodées dans le texte XML, on pourra ainsi réaliser des cartes interactives illustrant différents aspects du codage : villes organisatrices des synodes, lieux d’origine des pasteurs, carte des églises absentes, parcours professionnels des pasteurs. Des fonctions interactives permettront de rebondir de la carte vers les textes ou les informations respectives.

Nous soulignerons lors de la présentation l’apport de la visualisation dynamique des documents pour les deux éditions, chacune avec ces spécificités. En particulier, l’intégration directe des données de la recherche permet une plus grande interactivité : l’apparat critique peut être à tout moment complété au fil des découvertes des chercheurs par la mobilisation simultanée de données provenant d’un silo d’information commun. De plus, les interfaces de visualisation spatiale, ou les graphes mettant en évidence les relations entre les textes et leurs contenus, facilitent l’accès aux documents édités. Les nombreuses possibilités d’enrichissement et d’exploitation des textes amènent les chercheurs en histoire, mais aussi le public, à une découverte sous d’autres angles et avec de nouvelles perspectives du contenu des textes édités.

Nous souhaitons montrer l’apport pour la recherche historique d’un portail d’édition numérique de sources, en insistant sur les bénéfices d’une utilisation croisée de textes encodés en XML/TEI et d’une base de données collaborative. Les projets présentés permettent de retracer le processus de traitement de l’information, de la source à son édition numérique dynamique.

Chadier, C., Letricot, R., Beretta, F., Boschetto, S. (2016). Deux Projets D’Édition Numérique Dans Le Cadre Du Projet SyMoGIH: Le Journal De Léonard Michon Et Les Actes Des Synodes Des Églises Réformées De Bourgogne. In Digital Humanities 2016: Conference Abstracts. Jagiellonian University & Pedagogical University, Kraków, pp. 448-450.

Présentation en anglais / Presentation in English

Enregistrer