Nouvelle publication en ligne :

La prosopographie des réguliers :
pour l’interopérabilité des bases de données.
Retour sur expérience

Bernard Hours

Prosopography of regulars: for database interoperability. Return on experience

Publié dans le volume Penser l’histoire religieuse au XXIe siècle / Thinking about Religious History in the 21st Century, Yves Krumenacker et Raymond A. Mentzer (dir.), Chrétiens et Sociétés. Documents et Mémoires N° 42, Lyon, LARHRA, 2020

L’approche prosopographique peut renouveler la compréhension de l’histoire des religions en introduisant la notion de cursus et de carrières dans une historiographie nourrie par une approche sociologique, par une analyse de la gouvernance institutionnelle ou économique, ou par l’histoire de la spiritualité.
De nombreuses études ont accumulé des données plus ou moins structurées, collectées de manière plus ou moins systématique et qui restent plus ou moins accessibles à la communauté scientifique. Nous sommes donc confrontés à l’hétérogénéité et à la dispersion des données.
Plusieurs projets sont déjà en cours pour tenter de remédier à cette situation. En France, dans le cadre du LARHRA, Bernard Hours pilote le projet Monastica. Il permettra de recueillir des données sur les carmélites françaises, sur les moniales de plusieurs ordres qui vivaient dispersés sur une vaste zone allant de l’Italie du Nord aux Pays-Bas espagnols, puis autrichiens du XVIe au XVIIIe siècle, et enfin les moines cisterciens au début de la période moderne.
La carrière d’une nonne ou d’un moine se décompose en étapes obligatoires (postulat, vêture, noviciat, vœux) et comprend souvent l’exercice de diverses fonctions perpétuelles ou à durée déterminée, selon des procédures de désignation variables. Elle a lieu au sein de l’institution, mais elle peut se dérouler également au niveau provincial ou au niveau de l’ordre dans son ensemble. Elle peut donc conduire à une mobilité géographique plus ou moins grande. De plus, dans certains pays et à certaines époques, les nonnes ou les moines ont pu connaître l’expérience de l’exil.
Une réflexion sur la modélisation des données prosopographiques a déjà été menée dans le cadre de l’ontologie du projet symogih.org. Le défi de l’intégration du projet au sein du consortium Data for History est d’aligner le modèle existant sur la norme CIDOC CRM afin de faciliter l’interopérabilité entre les différents projets traitant du même problème historiographique. L’utilisation du CIDOC-CRM offre la possibilité de faire converger les approches au sein du consortium Data for History et de son groupe dédié à la prosopographie. En effet, l’extension du CIDOC CRM pour le monde social, dans lequel le LARHRA s’implique activement, permettra d’avoir une ontologie standard grâce à laquelle les données sur les carrières monastiques et religieuses peuvent être alignées.
The prosopographical approach can renew the understanding of the history of religious orders by introducing the notion of curricula and careers into a historiography nourished by a sociological approach, by an analysis of political or economic governance, or by the history of spirituality. Many studies have accumulated more or less structured data, collected in a more or less systematic way and which remain more or less accessible to the scientific community. We are therefore confronted with data heterogeneity and dispersion. Several projects are already underway to try to remedy this situation. In France within the LARHRA (CNRS Research Center for early modern and modern History), Professor Bernard Hours directs the Monastica project. The latter project will gather data about French Carmelite nuns, nuns of several orders who were living dispersed across a large area from North Italy to the Spanish and later Austrian Netherlands from the 16th to 18th century, and finally Cistercians monks in the early modern period.
The career of a nun or a monk is broken down into compulsory stages (postulancy, taking the habit, novitiate, and vows) and into the exercise of various formal offices, or fixed period offices, according to variable designation procedures. It takes place within the local convent or monastery, but it can also take place at the provincial level or at that of the order as a whole. It can therefore lead to greater or lesser geographical mobility. Moreover, in some countries and at certain times, nuns or monks would undergo the experience of exile, which is an important phenomenon to investigate and understand.
A reflection on the data modelling of this information has already been developed within the symogih.org ontology. The challenge of integrating the project within the DfH consortium is therefore to align the existing model with the CIDOC CRM standard in order to facilitate interoperability between the various projects dealing with the same historiographic problem. The use of CIDOC-CRM offers an opportunity for convergence of the approaches within the DfH Consortium and its interest group « Prosopography use case overview »’. Indeed, the extension of the CIDOC CRM for the social world, in which the LARHRA is actively involved, will make it possible to have a standard ontology thanks to which data on monastic and religious careers can be organized.

 

La méthodologie relève-t-elle de la recherche disciplinaire ?

A l’heure où tend à se généraliser, dans les appels à projet, l’exigence d’un plan de gestion de données et du respect des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), il semble que la communauté historienne soit encore assez loin d’en avoir mesuré tous les enjeux. Le sujet est vaste, tant il relève à la fois de la réflexion disciplinaire et de choix politiques, donc d’une vraie vision du développement de la recherche en histoire sur les moyen et long termes. A partir de l’expérience développée depuis une dizaine d’années au sein du Pôle Histoire Numérique du Larhra, je me limiterai ici, avec un peu d’humeur, à une réflexion sur un point : quelle est la place de l’historien dans la mise en place des outils et des méthodologies numériques de la recherche en histoire ?

Quels que soient les débats qu’ils ont pu susciter, nul n’a estimé que, vénérables professeurs de l’université républicaine, Langlois et Seignobos s’écartaient de leur champ de compétence lorsque, dans l’Introduction aux études historiques (1898), ils expliquaient les avantages et les limites du dépouillement des sources à l’aide de fiches. Ils citaient d’ailleurs Renan : « ces arrangements personnels de bibliothèque qui sont la moitié du travail scientifique », pour renchérir : « Tel érudit doit une bonne part de sa légitime réputation à l’art qu’il a de colliger ; tel autre est, pour ainsi dire, paralysé par sa maladresse à cet égard ». Il leur paraissait donc naturel que l’historien réfléchisse à « sa manière de colliger ».

Ces remarques ne sont pas frappées d’obsolescence à l’âge du numérique. Qu’il s’agisse de fichiers papier ou de caractères numériques, la question pour l’historien est la même, et là réside la vraie question méthodologique : selon quelle architecture organiser la masse des données que l’on stocke ? Ce n’est pas sur la pertinence de cette question que l’on constate des divergences, mais sur la réponse, ou plutôt sur le rôle de l’historien dans sa formulation. Il est assez commun d’entendre affirmer de façon péremptoire, y compris au plus haut niveau des instances qui « encadrent » la recherche historique, que l’historien n’a pas à se préoccuper de cette architecture mais qu’il s’agit d’informatique, que ce n’est pas une question de recherche mais de technique. L’affirmation est d’ailleurs d’autant plus péremptoire que l’on déclare – ou que l’on tente de masquer – en même temps son incompétence technique. Construire l’architecture des données et de l’information, c’est-à-dire les structurer, cela suppose de modéliser,
et pour que cette modélisation soit robuste, de se référer à une ontologie adaptée. Ce travail qui doit être documenté, peut seul garantir l’adéquation aux principes FAIR. Or qui d’autre que l’historien peut définir un modèle de données pour l’histoire ? Qui d’autre que l’historien, une fois déterminés le modèle et l’ontologie de référence, peut concevoir l’architecture de la base données, avec l’ingénieur qui la réalisera ?

Soyons sérieux, affirmer que l’élaboration des outils adéquats pour la recherche historique est une pure affaire d’ingénieur et qu’elle ne relève pas de la recherche, c’est refuser de faire, selon les termes de Renan, « la moitié du travail scientifique ». On peut s’aveugler, on sait ce qui arrive à l’autruche…

Bernard Hours, directeur du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190).

Le texte de ce billet a été publié antérieurement dans La Lettre du LARHRA, n° 15, 2019.

 

Histoire numérique et histoire religieuse

Une session du colloque international de la CIHEC (Commission Internationale pour l’Histoire et l’Étude du
Christianisme) «Histoire religieuse et autres types d’histoire » qui se tient à l’Université Jean Moulin – Lyon 3 les 11 et 12 juin 2019 croise histoire numérique et histoire religieuse avec les interventions de

  • Katharina Kunter (Éditrice de Global
    History of Christianity
    ), « A new methodological
    approach or just a useful tool ? Church History and
    Digital History »
  • Bernard Hours (Université Jean Moulin
    Lyon 3), « A standard model for a prosopography
    of religious orders »
  • Pierre Mesplé (Université Clermont
    Auvergne), « Histoire religieuse et musicologie, un
    dialogue fructueux : l’exemple du réseau
    Muséfrem »

Le 11 juin 2019, 16h15, salle 202, Bâtiment Eugène Chevreul, 18 rue Chevreul, Lyon 7e

« Les outils numériques : de nouvelles manières de penser et de pratiquer l’histoire ? »

Journée d’études des doctorant.es du LARHRA, Le 27 mai 2019, MSH de Lyon, salle Élise Rivet

Programme

9h30 : accueil-café des participant.es (MSH, cafétéria, RDC)

10h : ouverture de la journée par les organisatrices

10h15 : communication introductive : Gaëtan Bonnot (PIREH) et Léo Dumont (PIREH) : « ‘Faire des choses qui tiennent’ avec le numérique en histoire : retours d’expériences pédagogiques et scientifiques »

11h : Discussion par Bernard Hours

Premier panel : Travailler avec les humanités numériques au sein d’un laboratoire : l’exemple
du Pôle histoire numérique

discutant : Julien Caranton (Labex ITEM)

  • 11h30 : Raphaël Lachello (LARHRA) : « Retracer l’évolution des socio-écosystèmes forestiers à l’aide des outils numériques : l’exemple des forêts de la vallée de la Maurienne (Savoie) 1822-1940 »
  • 11h50 : Contrepoint/temps d’échange : Julie Cosson (LARHRA), Eric Sergent (LARHRA) : retour d’expériences sur des collaborations en cours avec le PHN
  • 12h30 : Temps d’échange avec la salle

Second panel : Usages et applications historiques d’outils numériques

discutant : Pierre Vernus (LARHRA)

  • 14h30 : Amandine Charvet (CERLIS) : « Construire une prosopographie enseignante avec une base de données relationnelles (Access) »
  • 15h : Claire-Lise Gaillard (Centre d’histoire du XIXème siècle) : « Ecrire une histoire des attentes matrimoniales par la textométrie ? De l’usage des méthodes quantitatives sur les petites annonces de la fin du XIXe siècle »
  • 15h30 : Johanna Daniel (LARHRA) : « Composer et structurer un corpus de vues d’optique avecOmeka : retour d’expérience »
  • 16h : Temps d’échange avec la salle

16h30 : Conclusions : Pierre Vernus

17h : fin de la journée d’études

Les Carnets du LARHRA sont en ligne

Les Carnets du LARHRA, à raison d’une à deux livraisons par an, proposent des articles autour des thématiques de recherche du laboratoire. Après avoir alterné numéros Varia présentant des recherches en cours et numéros thématiques proposant des textes issus de séminaires, ils ont été confiés aux doctorants en 2016. La ligne éditoriale a donc été réorientée vers des numéros proposant d’une part un dossier issu des communications présentées aux journées d’études organisées par et pour les doctorants et d’autre part une section consacrée aux positions de thèses permettant aux docteurs du LARHRA de présenter leurs travaux.

La revue permet ainsi l’échange et la collaboration entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés selon le principe du Peer Review : les dossiers dirigés par les doctorants sont encadrés par des chercheurs du laboratoire ou extérieurs selon les thématiques.

Numéros en ligne : 

2017/2018-1 Étudier les sources des savoirs à l’époque moderne

2016-1  Les archives de la répression

 

2015-1 Appréhender le passé par le bâti

 

L’ensemble des numéros des Carnets, ancienne et nouvelle formule, sera mis en ligne de façon rétrospective sur la plateforme de revues de l’université Jean Moulin – Lyon 3 créée sur le modèle d’OpenEdition Journals. Un partenariat a été signé en septembre 2018 avec OpenEdition, éditeur de référence hébergeant 500 revues en ligne spécialisées en sciences humaines et sociales.

Le portail de revues de l’Université Jean Moulin – Lyon 3 est membre du réseau REPÈRES (REseau de PEpinières de REvues Scientifiques), composé de 12 membres en France et en Belgique (MSH de Clermont-Ferrand et Université Clermont-Auvergne [POLEN], MSH de Dijon [PREO], MSH Nantes Ange-Guépin, MSH Sud Montpellier [NUMEREV], MSH Paris-Nord [Portail de revues], Université de Bordeaux [Portail de revues], Le Mans Université [Portail de revues], Université de Liège [PoPuPs], Université de Lille, Université Jean Moulin Lyon 3 [Portail de revues], Université Nice Sophia Antipolis [REVEL]), Université Toulouse – Jean Jaurès [Portail de revues]). Un partenariat a été signé entre Les Bibliothèques de l’Université Lyon 3 et OpenEdition, éditeur de référence hébergeant 500 revues en ligne spécialisées en sciences humaines et sociales.

Réformation et votations dans la Suisse du XVIe siècle

Le 4 novembre 1530, les bourgeois de Neuchâtel adoptent la Réforme à une courte majorité de 18 voix. Contre l’avis de leur suzeraine catholique, la comtesse Jeanne de Hochberg, les citoyens se sont librement prononcés sur leur choix de religion. Loin d’être un cas isolé, ce vote est révélateur des modalités de diffusion de la nouvelle foi dans l’Ancienne Confédération helvétique et dans ses territoires alliés ou sujets.

Helvetia cum finitimis regionibus confoederatis, [Duisburg] : [S.N.], [1585]. Universitätsbibliothek Basel, Kartenslg Schw A 139b, http://doi.org/10.3931/e-rara-13773 / Public Domain Mark.

Au sein de plusieurs cantons, les idées réformées ont connu un vif succès dès le début des années 1520. Ulrich Zwingli, prêtre à la collégiale de Zurich et premier réformateur suisse, fonde comme Martin Luther sa vision de la Chrétienté sur le retour aux Écritures et la seule médiation du Christ entre Dieu et les hommes. Il érige la communauté des fidèles en incarnation sur Terre de l’Église invisible du Christ et tisse un lien indissoluble entre l’ecclesia réformée et la communauté civique. Pétri de l’idéal communal helvétique, Zwingli voit dans les conseils de ville, instances fondées sur le principe du « gouvernement de plusieurs », l’incarnation du bon magistrat qui saura protéger la vraie foi. Cette lecture des rapports entre magistrat, communauté de citoyens et communauté de foi trouve un écho favorable dans plusieurs cantons suisses : Zurich embrasse progressivement la Réforme à partir de 1523, Berne fait voter la nouvelle foi en 1528, les bourgeois de Bâle l’imposent à leur magistrat en 1529.

Dans de nombreuses cités et territoires, la Réforme se greffe ainsi sur une tradition civique qui célèbre le vote comme la voie de la décision juste : faire voter ceux qui ont droit de cité et suivre les décisions de la majorité revient à confier la conduite des affaires publiques à la sanior pars de la communauté et à protéger la cité des intérêts particuliers ou de la tyrannie, selon le principe que la « sagesse du nombre » évitera erreurs et malversations. Rapidement, plusieurs cantons suisses considèrent donc le vote comme une solution à la division religieuse. Pourtant, lorsque les cantons votent la fidélité à l’Église romaine au sein de la Diète fédérale en 1524, Zurich refuse de se rallier à la majorité et plonge dans la crise le Corps helvétique en révélant l’incapacité de ses membres à restaurer le consensus sur la question religieuse.

Le recours au vote n’en est cependant pas complètement délégitimé : de 1525 à 1557, plusieurs cantons organisent des votes – au sein des conseils, des Landsgemeinden ou des communes – pour décider du retrait des images ou de l’abolition de la messe ; des « plus »[1] scellent le sort religieux d’innombrables communautés situées dans les territoires sous influence des cantons réformés ou dans les bailliages communs sur lesquels s’exerce la souveraineté de plusieurs cantons en désaccord sur le choix de religion – les votes d’Orbe, de Grandson ou du Rheintal sont les plus connus.

« La dispute de Zurich en janvier 1523 », in Heinrich Bullingers Reformationsgeschichte, ms. Thomann, 1605/1606, Zentralbibliothek Zürich, ms. B 216. Public Domain.

Or, l’historiographie n’a guère envisagé ces votes autrement que comme des phénomènes marginaux, peu dignes d’intérêt par rapport à l’étude de la marche des idées ou à l’analyse des choix politiques des cantons suisses. Une plongée dans les archives cantonales, les recès des Diètes fédérales, les chroniques et histoires de la Réformation, ainsi que dans les correspondances des acteurs de ces votes révèle pourtant un phénomène d’une ampleur étonnante, qui constitue le cœur même du processus de Réformation au sein de nombreux territoires helvétiques ou alliés des cantons suisses. C’est en vue de reconstituer les modalités de ces votes et de mettre en lumière les défis posés par le recours au principe majoritaire dans les décisions portant sur la foi qu’a été initié le projet « Réformation et votations », qui a obtenu un financement sur trois ans du Fonds national suisse de la recherche scientifique (2016-2019)[2].

Au vu du nombre de cas identifiés, qui approche la centaine, partir en quête d’un modèle explicatif général permettant de donner la recette du vote sur la foi dans les terres helvétiques semble fort tentant. Un tel choix menacerait toutefois d’uniformisation et d’écrasement une mosaïque complexe d’acteurs, de procédures et de pratiques, dont il importe de saisir la diversité dans le temps et dans l’espace pour arriver à comprendre les modalités exactes de l’adoption ou du rejet de la Réforme. Celles-ci découlent en effet d’une multitude de facteurs politiques, religieux et sociaux spécifiques à chaque communauté, font l’objet d’âpres négociations et de longues tractations, et dépendent fortement des relations de pouvoir entre les cantons souverains et les acteurs locaux, mais aussi des droits politiques et paroissiaux spécifiques aux communautés consultées.

Le recours aux outils et solutions des humanités numériques permet de mener à bien cette tâche : c’est pourquoi l’équipe du projet « Réformation et votations » s’est associée au Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (PHN-LARHRA). Les données recueillies au fil des sources sont systématiquement saisies dans la Base d’Hébergement de Projets (BHP) du programme symogih.org, dont l’architecture et le fonctionnement ont été validés par les nombreux projets menés à bien grâce à cet outil (GEO-LARHRA, SIPROJURIS, Patrons de France…). Les données y sont classées en catégories d’objets (acteurs individuels et collectifs, lieux, concepts, etc.) et d’informations (exercices de fonction, relations de pouvoir, événements, etc.), afin de pouvoir être extraites et recombinées en vue de produire cartes, visualisations de données, analyses de réseaux, etc. En application des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), toutes ces données sont en outre réutilisables par les équipes d’autres projets que ces informations pourraient aussi intéresser, et seront publiées sur un point d’accès SPARQL.

La saisie des données de « Réformation et votations » dans la BHP se double du développement par les partenaires lyonnais d’un site web dédié qui permettra l’analyse par Traitement Automatique des Langues Naturelles (TALN) des textes (chroniques, correspondances, recès des Diètes) transcrits durant la première phase du projet, ouvrant la voie à des analyses lexicales sur le corpus et à leur couplage aux données de la BHP[3].

Ces outils de modélisation des données permettront de poser les fondements d’une véritable typologie des modalités du passage des communautés à la nouvelle foi, et de dépasser l’image simplificatrice d’une Réforme adoptée ou rejetée comme un tout monolithique. En effet, choisir la Réforme, ce n’était pas adopter un corps de doctrine tout prêt et l’appliquer comme un programme cohérent ; en ces années d’expérimentations et de tâtonnements, les communautés votaient sur le retrait des images de dévotion, décidaient l’abolition de la messe ou demandaient l’élection d’un pasteur prêchant les Écritures, autant de coups de force qui substituaient progressivement à la liturgie et aux dogmes romains les principes de la confession réformée naissante. Le recours aux outils développés par le PHN du LARHRA pour le dépouillement des sources et le classement des informations recueillies permet de saisir ces changements au plus près, libérant d’une part l’analyse historique d’un récit qui privilégierait anecdotes et cas isolés, et prévenant d’autre part les généralisations qui empêcheraient de saisir la plasticité du phénomène. Le projet révélera ainsi, avec un niveau de granularité inédit à ce jour, la variété et la complexité des pratiques et procédures qui, mises bout à bout, font le passage à la Réforme, et mettra en lumière la dynamique du changement religieux à l’œuvre dans l’Ancienne Confédération helvétique entre 1523 et 1551. En portant au jour les relations qui s’établissent entre droits de la conscience et droits politiques, entre système presbytèro-synodal et Gemeinde ou entre communauté de salut et collectivité politique, l’enquête menée grâce aux ressources du PHN permettra ainsi d’éprouver les grands paradigmes interprétatifs appliqués à la fracture confessionnelle et à la diffusion du protestantisme[4].

Équipe de recherche

Olivier Christin (Université de Neuchâtel/CEDRE PSL, directeur du projet)

Marc Aberle (Université de Neuchâtel/FNS)
Vincent Alamercery (Université de Lyon/LARHRA)
Francesco Beretta (CNRS/Université de Lyon/LARHRA)
Fabrice Flückiger (Université de Neuchâtel/FNS/CEDRE PSL)
Bernard Hours (Université de Lyon/LARHRA)
Raphaële Rasina (Université de Neuchâtel/FNS)


[1] Le terme « plus » renvoie à l’idée que ceux qui remportent le majorité des voix gagne le scrutin. Il vient du terme « meren » en usage dans les cantons germanophones.

[2] Voir le projet sur le site du FNS : http://p3.snf.ch/project-162968

[3] http://pyprojects.symogih.org/refovote/index, site en cours de développement.

[4] Premières publications : M. Aberle, F. Flückiger, O. Christin, « La Réformation des clercs. Ancienne Confédération helvétique, 1525-1535 », RHP 3/1, 2018, p. 9-30 ; M. Aberle, « Cantonner la France. La circulation du modèle politique de Suisse au cours des guerres de religion », traverse 1, 2019, à paraître.

« Data for History » très représenté à l’EADH2018

Le consortium Data for History sera présent à la première Conférence de l’European Association for Digital Humanities (EADH2018), à la National University of Ireland Galway, du 7 au 9 décembre 2018.

National University of Ireland Galway by paddy (Patrick-Emil Zörner) – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17843266
Avec un panel de plusieurs articles :
On the Way to Semantic Interoperability for Historical Data: the Data for History Consortium – 9 décembre, 14:00-16:30 – Panel 29 (GO11)
[En route vers l’interopérabilité sémantique des données historiques : le consortium Data for History mettant en lumière différentes actions du consortium]
  • Introduction: The Semantic Data Challenge in Historical Research [Le défi des données sémantiques dans la recherche historique], George Bruseker – FORTH-ICS Héraklion
  • A standard model for a prosopography of religious orders [Un modèle standard pour une prosopographie des ordres religieux],  Bernard Hours – Université de Lyon LARHRA, Georg Vogeler – Université de Graz ZIM-ACDH
  • APIS: Mapping the Austrian Biographic Dictionary to CIDOC CRM [APIS : Aligner le Dictionnaire biographique autrichien avec le CIDOC CRM], Matthias Schlögl – Académie autrichienne des sciences ACDH
  • Best practices for making data generated in automated linkage procedures readily re-usable  [Les bonnes pratiques pour rendre facilement réutilisables les données obtenues dans les procédures de lien automatisées], Lodewijk Petram – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Rutger Van Koert – Académie royale néerlandaise des arts et des sciences
  • Building a domain specific Research Ontology from external Databases of Academic History [Construire une ontologie de recherche spécifique à un domaine à partir de bases de données en histoire des universités], Thomas Riechert, Edgar Marx – Université des sciences appliquées de Leipzig AKSW, Jennifer Blanke – Bibliothèque Herzog August
  • OntoME : an ontology management environment for extending the CIDOC CRM to historical research sub-domains [OntoME : un environnement de gestion d’ontologie pour étendre le CIDOC CRM aux sous-domaines de la recherche historique], Francesco Beretta, Djamel Ferhod, Vincent Alamercery – Université de Lyon LARHRA
Et deux articles courts :

Lab In Virtuo. A Intelligent Virtual Environment dedicated to History and Heritage of Industrial Landscapes – 9 décembre, 11:00-12:30 – Panel 26 Visualisations (GO10) [Lab In Virtuo. Un environnement virtuel intelligent dédié à l’histoire et au patrimoine des paysages industriels], Sylvain Laubé, Ronan Querrec, Serge Garlatti, Marie-Morgane Abiven – Université Bretagne Loire CFV Lab-STICC

The Shape of Time and Storifying Data. Modeling Historical Processes and their Temporal Dimension in Knowledge Graphs – 9 décembre, 9:00-10:30 – Panel 21 DH Data Modelling 2 (AC201)  [Les formes du temps et le stockage des données. La modélisation des processus historiques et de leur dimension temporelle dans les graphiques de connaissance], Charles van den Heuvel – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Veruska Carretta Zamborlini – Université d’Amsterdam

EADH 2018

symogih.org, thèse et prosopographie

Jessica Kohn qui a soutenu en juin 2018 une thèse en histoire sous la direction de Laurent Martin et Jean-Paul Gabilliet, sous le titre Travailler dans les Petits Mickeys, les dessinateurs-illustrateurs en France et en Belgique de 1945 à 1968 a utilisé Symogih.org pour établir une prosopographie de ces hommes et de ces femmes touchant autant à l’illustration qu’au dessin politique ou à la bande dessinée.

Elle a saisi 3729 informations (formation artistique, segments de carrière…) dans la BHP (Base d’hébergement de projet) concernant 400 acteurs individuels (personnes) et 96 acteurs collectifs (institutions de formation, journaux…) qui lui ont permis de retracer le parcours des professionnels du dessin et d’appréhender leur positionnement économique et social par rapport au journalisme, leur rôle de transmission culturelle et montrer la polyvalence du métier de dessinateur est  dans les années 1950 et 1960.

Jessica Kohn publiera prochainement quelques graphes permettant de visualiser dynamiquement ses résultats de recherche.

Le Pôle histoire numérique suit actuellement cinq autres doctorantes et doctorants qui utilisent les outils et la méthode du projet symogih.org pour leur thèse. Ils et elles seront invité.e.s à exposer leurs premiers résultats sur ce blog.

cchadier

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Deuxième atelier du consortium international Data for History

Organisé à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, les 24-25 mai 2018 par le Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes                                            

 http://dataforhistory.org/2nd-data-for-history

Présentation de projets en cours :

  • ANY-ARTEFACT-O : une ontologie développée pour l’histoire du paysage culturel industriel, Sylvain Laubé (Université de Bretagne occidentale, Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques – Brest)
  • Oronce Fine : plate-forme collaborative pour l’annotation sémantique de sources numérisées avec un accent sur l’information spatio-temporelle et s’appuyant sur des données ouvertes liées entre elles, Carmen Brando (EHESS, Centre de recherches historiques – Paris)
  • CLARIAH – une infrastructure de recherche néerlandaise répartie pour les sciences humaines et sociales, Lodewijk Petram (Huygens ING – Amsterdam)

Présentation et exemples d’utilisation d’outils de gestion d’ontologies :

cchadier

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

The 41st joined meeting of the CIDOC CRM SIG and ISO/TC46/SC4/WG9 and the 34th FRBR – CIDOC CRM Harmonization meeting

Le LARHRA accueille La 41e réunion du CIDOC CRM SIG et ISO/TC46/SC4/WG9 et la 34e réunion d’harmonisation FRBR – CIDOC CRM du 22 au 25 mai 2018 à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

http://www.cidoc-crm.org/Meeting/41st-cidoc-crm-and-34th-frbr-crm

Le CIDOC CRM est une ontologie empirique, c’est à dire qu’il est basé sur la documentation des modèles et des pratiques.
C’est un modèle conceptuel de référence orienté objet.
Il est général (cependant, il peut être spécifié par des extensions précisant certains concepts).
Il est indépendant de toute implémentation technique. En effet, la conception d’une représentation des connaissances ne doit pas être basée sur ou dépendante d’une technologie particulière. Toutefois, il est généralement employé avec le RDF (Resource Description Framework), le standard du Linked Data.
Le CIDOC CRM n’est pas prescriptif, il ne dicte pas une structure commune de données (pas de champs ou de valeurs obligatoires). Il ne se préoccupe pas des différentes terminologies utilisées par les institutions culturelles, tout en permettant de “brancher” des terminologies locales.

cchadier

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn