Deuxième atelier du consortium international Data for History

Organisé à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, les 24-25 mai 2018 par le Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes                                            

 http://dataforhistory.org/2nd-data-for-history

Présentation de projets en cours :

  • ANY-ARTEFACT-O : une ontologie développée pour l’histoire du paysage culturel industriel, Sylvain Laubé (Université de Bretagne occidentale, Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques – Brest)
  • Oronce Fine : plate-forme collaborative pour l’annotation sémantique de sources numérisées avec un accent sur l’information spatio-temporelle et s’appuyant sur des données ouvertes liées entre elles, Carmen Brando (EHESS, Centre de recherches historiques – Paris)
  • CLARIAH – une infrastructure de recherche néerlandaise répartie pour les sciences humaines et sociales, Lodewijk Petram (Huygens ING – Amsterdam)

Présentation et exemples d’utilisation d’outils de gestion d’ontologies :

The 41st joined meeting of the CIDOC CRM SIG and ISO/TC46/SC4/WG9 and the 34th FRBR – CIDOC CRM Harmonization meeting

Le LARHRA accueille La 41e réunion du CIDOC CRM SIG et ISO/TC46/SC4/WG9 et la 34e réunion d’harmonisation FRBR – CIDOC CRM du 22 au 25 mai 2018 à l’Université Jean Moulin Lyon 3.

http://www.cidoc-crm.org/Meeting/41st-cidoc-crm-and-34th-frbr-crm

Le CIDOC CRM est une ontologie empirique, c’est à dire qu’il est basé sur la documentation des modèles et des pratiques.
C’est un modèle conceptuel de référence orienté objet.
Il est général (cependant, il peut être spécifié par des extensions précisant certains concepts).
Il est indépendant de toute implémentation technique. En effet, la conception d’une représentation des connaissances ne doit pas être basée sur ou dépendante d’une technologie particulière. Toutefois, il est généralement employé avec le RDF (Resource Description Framework), le standard du Linked Data.
Le CIDOC CRM n’est pas prescriptif, il ne dicte pas une structure commune de données (pas de champs ou de valeurs obligatoires). Il ne se préoccupe pas des différentes terminologies utilisées par les institutions culturelles, tout en permettant de “brancher” des terminologies locales.