symogih.org, thèse et prosopographie

Jessica Kohn qui a soutenu en juin 2018 une thèse en histoire sous la direction de Laurent Martin et Jean-Paul Gabilliet, sous le titre Travailler dans les Petits Mickeys, les dessinateurs-illustrateurs en France et en Belgique de 1945 à 1968 a utilisé Symogih.org pour établir une prosopographie de ces hommes et de ces femmes touchant autant à l’illustration qu’au dessin politique ou à la bande dessinée.

Elle a saisi 3729 informations (formation artistique, segments de carrière…) dans la BHP (Base d’hébergement de projet) concernant 400 acteurs individuels (personnes) et 96 acteurs collectifs (institutions de formation, journaux…) qui lui ont permis de retracer le parcours des professionnels du dessin et d’appréhender leur positionnement économique et social par rapport au journalisme, leur rôle de transmission culturelle et montrer la polyvalence du métier de dessinateur est  dans les années 1950 et 1960.

Jessica Kohn publiera prochainement quelques graphes permettant de visualiser dynamiquement ses résultats de recherche.

Le Pôle histoire numérique suit actuellement cinq autres doctorantes et doctorants qui utilisent les outils et la méthode du projet symogih.org pour leur thèse. Ils et elles seront invité.e.s à exposer leurs premiers résultats sur ce blog.

Rencontre DBpedia à Lyon le 3 juillet 2018

À l’initiative de Thomas Riechert, professeur à l’Université des sciences appliquées de Leipzig et invité au laboratoire de février à juillet 2018, le LARHRA accueillera le 3 juillet la prochaine rencontre de DBpedia :

https://wiki.dbpedia.org/meetings/Lyon2018

DBpedia est un projet universitaire et communautaire, à l’origine développé dans les universités de Berlin et de Leipzig, qui propose une version structurée de Wikipedia permettant son exploration comme dans une base de données tout en la connectant aux autres bases de données ouvertes du web. DBpedia est un des projets phare du web des données qui vise à constituer un réseau global d’informations et dont fait partie, à son modeste niveau, le projet symogih.org.

Le développement de DBpedia en France est soutenu par l’INRIA et le Ministère de la Culture et de la Communication dans le cadre de la plateforme Sémanticpédia.

DBpedia permet aux détenteurs de données d’ouvrir de nouveaux moyens d’accès à leurs données et d’en accroître la valeur et fournit aux développeurs des données pour alimenter les applications et répondre aux besoins des utilisateurs. D’autres utilisations peuvent être imaginées, par exemple la recherche de descripteurs partagés à l’échelle du Web pour les reprendre dans d’autres référentiels (classifications bibliothéconomiques, thésaurus, etc.).

DBpedia propose,  entre autres, un éditeur sparql assisté pour les débutants en sparql et les étudiants (Editeur Sparql Flint), la visualization de données, un service « live » (DBpedia Fr Live), base qui se met à jour en continu en fonction des modifications faites en direct sur Wikipedia , etc.

Deuxième atelier du consortium international Data for History

Organisé à l’Université Jean-Moulin Lyon 3, les 24-25 mai 2018 par le Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes                                            

 http://dataforhistory.org/2nd-data-for-history

Présentation de projets en cours :

  • ANY-ARTEFACT-O : une ontologie développée pour l’histoire du paysage culturel industriel, Sylvain Laubé (Université de Bretagne occidentale, Centre François Viète d’épistémologie et d’histoire des sciences et des techniques – Brest)
  • Oronce Fine : plate-forme collaborative pour l’annotation sémantique de sources numérisées avec un accent sur l’information spatio-temporelle et s’appuyant sur des données ouvertes liées entre elles, Carmen Brando (EHESS, Centre de recherches historiques – Paris)
  • CLARIAH – une infrastructure de recherche néerlandaise répartie pour les sciences humaines et sociales, Lodewijk Petram (Huygens ING – Amsterdam)

Présentation et exemples d’utilisation d’outils de gestion d’ontologies :

Atelier fondateur du consortium international Data for History, Lyon

le Pôle histoire numérique du laboratoire LARHRA organise les 23 et 24 novembre, l’atelier fondateur du consortium international Data for History  (Présentation en français / Presentation in  english).

La session du 23 novembre (15h – 18h30) est ouverte à tous, mais avec inscription obligatoire, et sera consacrée à la discussion du projet Data for History et aux présentations de différents projets s’intéressant à la modélisation des données en histoire. Les présentations et les discussions seront en anglais.

L’atelier se déroulera à l’École normale supérieure de Lyon – site Jacques Monod, salle Condorcet « Place de l’école ».

Programme

Venir à l’ENS de Lyon
Plan de l’ENS de Lyon campus

Inscription auprès de Vincent Alamercery :  vincent.alamercery@ens-lyon.fr

Le consortium Data for History

Le consortium Data for History a pour but d’établir une méthode commune de modélisation, de conservation et de gestion des données en recherche historique. Une telle méthode permettrait d’apporter un soutien fondamental aux projets de recherche historique qui adopteraient un cadre de production et d’investigation concertée, cumulative et interopérable de données scientifiques. L’objectif du consortium est de constituer une communauté internationale d’historiens et d’informaticiens afin de développer puis de maintenir un modèle ontologique commun qui permettrait une intégration et une interopérabilité des données sémantiquement rigoureuses et spécifiques à chaque domaine. Le consortium vise à construire ce modèle en tant qu’extension du CIDOC-CRM, afin de l’intégrer à une communauté interdisciplinaire plus large de modélisation et de données. Cela commence déjà par l’expérience de la modélisation fondamentale et les données élaborées dans le cadre du projet symogih. org.

Pour soutenir ce processus, le consortium a entrepris le développement d’un environnement de gestion d’ontologie conçu pour faciliter la compréhension des différents modèles de données et ontologies liés au domaine de la recherche historique et soutenir un processus de développement d’ontologies ouvertes. Cette plateforme supportera un processus de développement contrôlé de l’ontologie où la modification du modèle (addition/modification/soustraction de classes et de propriétés) sera suivie et soumise à un processus de validation par la communauté d’experts. Ce processus ouvert et traçable vise à favoriser la cohérence et l’interopérabilité du développement du modèle ontologique dans le domaine de la recherche historique. Il permettra également de gérer des modèles de données spécifiques pour des projets de recherche et de les utiliser pour la production de données.

English version

L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne présentée aux journées Médici

Parmi les posters retenus lors des Septièmes Journées du réseau Médici du 9 au 11 octobre 2017 à la MSH de Dijon, a été présenté le poster autour de L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne.

Les synodes des églises réformées rassemblent les représentants des églises d’une province pour traiter des questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Chaque synode désigne un secrétaire pour transcrire les débats, plusieurs copies des ses actes sont ensuite réalisées. Au XIXe siècle, le pasteur Louis Auziére a recherché ces copies afin d’en faire une transcription conservée à la Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français. C’est d’après ce manuscrit que le projet d’édition électronique en Text Encoding Initiative a été construit, puis cette édition a été complétée à l’aide des copies du XVIIe siècle qui ont été conservées. Comme l’édition est réalisée au sein du Pôle histoire numérique du LARHRA, le projet a pu aller bien au-delà de la transcription de sources. L’édition est enrichie par des éléments récoltés dans d’autres documents en ayant la possibilité de croiser toutes ces données et d’autres provenant d’autres recherches grâce à l’utilisation d’une base de donnée cumulative et collaborative (Base d’hébergement de projet – BHP – du projet SyMoGIH.org (http://symogih.org/), Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) qui propose un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication sélective. À partir de ce modèle, une plateforme collaborative pour la recherche en histoire a été mise en place, utilisée par plusieurs chercheurs et projets. Cela permet le stockage de données primaires, d’images et de leurs métadonnées, de textes codés en XML-TEI via un portail dédié (http://xmlportal.symogih.org/index.html). Toutes les informations contenues dans les actes et celles récoltées en parallèle dans d’autres sources ou dans la bibliographie sont saisies dans la BHP. La publication n’est plus une fin en soi : non seulement le document est enrichi d’éléments non contenus dans le texte, mais il devient évolutif grâce au travail collaboratif. L’éditeur devient un acteur de la production de données historiques.

Voir le poster

Le projet de constitution d’un consortium autour du projet Symogih.org présenté aux DH 2016

Le projet symogih.org : vers un consortium international

La croissance du projet symogih.org, une plate-forme modulaire ouverte pour le stockage d’informations et de textes géo-historiques impliquant 16 projets en cours et une cinquantaine d’utilisateurs, nécessite de reconsidérer l’évolution de l’architecture de la plate-forme et la construction d’une communauté plus structurée d’utilisateurs internationaux. Le poster présente une proposition pour l’évolution de la plate-forme, tant pour le domaine technologique que pour la gestion de projet, et d’appeler à une collaboration internationale qui pourrait fonctionner comme un consortium.

Voir le poster

Le projet symogih.org présenté aux journées Humanités numériques et données ouvertes

Parmi les posters retenus lors des Journées Humanités numériques et données ouvertes les 24-25 mai 2016 à Lyon, a été présenté le poster autour du projet symogih.org, un système modulaire de gestion de l’information historique présenté.

Le projet symogih.org a conçu une plateforme modulaire et ouverte pour héberger les informations géo-historiques. La plateforme, accessible par le web, permet aux chercheurs de partager leurs données et leurs textes dans un environnement collaboratif et de produire ainsi des données structurées concernant tous les champs historiques. La richesse et l’hétérogénéité de l’information partagée requiert un modèle générique de données qui a été conçu avec la méthode Merise et intégré dans une base de données relationnelles PostgreSQL à laquelle les utilisateurs se connectent par une application web. En parallèle, le projet symogih.org a déployé un environnement pour analyser, partager et publier des textes encodés en XML/TEI en utilisant la plateforme eXist-db. L’annotation sémantique des entités nommées et des unités de connaissance est accomplie en reliant les balises sémantiques définies en ligne avec la Text Encoding Initiative (TEI) aux ressources créées dans la base de données relationnelles. L’ensemble du système est interopérable et en cours d’alignement avec d’autres ressources du web des données et référentiels d’autorité. Une portion croissante des informations sont accessibles au format RDF par un point d’accès SPARQL par un point d’accès SPARQL, permettant une interrogation des données du projet symogih.org et, en même temps, de celles issues d’autres entrepôts du web des données.

Pour voir le poster