La méthodologie relève-t-elle de la recherche disciplinaire ?

A l’heure où tend à se généraliser, dans les appels à projet, l’exigence d’un plan de gestion de données et du respect des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), il semble que la communauté historienne soit encore assez loin d’en avoir mesuré tous les enjeux. Le sujet est vaste, tant il relève à la fois de la réflexion disciplinaire et de choix politiques, donc d’une vraie vision du développement de la recherche en histoire sur les moyen et long termes. A partir de l’expérience développée depuis une dizaine d’années au sein du Pôle Histoire Numérique du Larhra, je me limiterai ici, avec un peu d’humeur, à une réflexion sur un point : quelle est la place de l’historien dans la mise en place des outils et des méthodologies numériques de la recherche en histoire ?

Quels que soient les débats qu’ils ont pu susciter, nul n’a estimé que, vénérables professeurs de l’université républicaine, Langlois et Seignobos s’écartaient de leur champ de compétence lorsque, dans l’Introduction aux
études historiques (1898), ils expliquaient les avantages et les limites du dépouillement des sources à l’aide de fiches. Ils citaient d’ailleurs Renan : « ces arrangements personnels de bibliothèque qui sont la moitié du travail scientifique », pour renchérir : « Tel érudit doit une bonne part de sa légitime réputation à l’art qu’il a de colliger ; tel autre est, pour ainsi dire, paralysé par sa maladresse à cet égard ». Il leur paraissait donc naturel que l’historien réfléchisse à « sa manière de colliger ».

Ces remarques ne sont pas frappées d’obsolescence à l’âge du numérique. Qu’il s’agisse de fichiers papier ou de caractères numériques, la question pour l’historien est la même, et là réside la vraie question méthodologique : selon quelle architecture organiser la masse des données que l’on stocke ? Ce n’est pas sur la pertinence de cette question que l’on constate des divergences, mais sur la réponse, ou plutôt sur le rôle de l’historien dans sa formulation. Il est assez commun d’entendre affirmer de façon péremptoire, y compris au plus haut niveau des instances qui « encadrent » la recherche historique, que l’historien n’a pas à se préoccuper de cette architecture mais qu’il s’agit d’informatique, que ce n’est pas une question de recherche mais de technique. L’affirmation est d’ailleurs d’autant plus péremptoire que l’on déclare – ou que l’on tente de masquer – en même temps son incompétence technique. Construire l’architecture des données et de l’information, c’est-à-dire les structurer, cela suppose de modéliser,
et pour que cette modélisation soit robuste, de se référer à une ontologie adaptée. Ce travail qui doit être documenté, peut seul garantir l’adéquation aux principes FAIR. Or qui d’autre que l’historien peut définir un modèle de données pour l’histoire ? Qui d’autre que l’historien, une fois déterminés le modèle et l’ontologie de référence, peut concevoir l’architecture de la base données, avec l’ingénieur qui la réalisera ?

Soyons sérieux, affirmer que l’élaboration des outils adéquats pour la recherche historique est une pure affaire d’ingénieur et qu’elle ne relève pas de la recherche, c’est refuser de faire, selon les termes de Renan, « la moitié du travail scientifique ». On peut s’aveugler, on sait ce qui arrive à l’autruche…

Bernard Hours, directeur du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190).

Le texte de ce billet a été publié antérieurement dans La Lettre du LARHRA, n° 15, 2019.

 

“Data for History” très représenté à l’EADH2018

Le consortium Data for History sera présent à la première Conférence de l’European Association for Digital Humanities (EADH2018), à la National University of Ireland Galway, du 7 au 9 décembre 2018.

National University of Ireland Galway by paddy (Patrick-Emil Zörner) – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17843266
Avec un panel de plusieurs articles :
On the Way to Semantic Interoperability for Historical Data: the Data for History Consortium – 9 décembre, 14:00-16:30 – Panel 29 (GO11)
[En route vers l’interopérabilité sémantique des données historiques : le consortium Data for History mettant en lumière différentes actions du consortium]
  • Introduction: The Semantic Data Challenge in Historical Research [Le défi des données sémantiques dans la recherche historique], George Bruseker – FORTH-ICS Héraklion
  • A standard model for a prosopography of religious orders [Un modèle standard pour une prosopographie des ordres religieux],  Bernard Hours – Université de Lyon LARHRA, Georg Vogeler – Université de Graz ZIM-ACDH
  • APIS: Mapping the Austrian Biographic Dictionary to CIDOC CRM [APIS : Aligner le Dictionnaire biographique autrichien avec le CIDOC CRM], Matthias Schlögl – Académie autrichienne des sciences ACDH
  • Best practices for making data generated in automated linkage procedures readily re-usable  [Les bonnes pratiques pour rendre facilement réutilisables les données obtenues dans les procédures de lien automatisées], Lodewijk Petram – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Rutger Van Koert – Académie royale néerlandaise des arts et des sciences
  • Building a domain specific Research Ontology from external Databases of Academic History [Construire une ontologie de recherche spécifique à un domaine à partir de bases de données en histoire des universités], Thomas Riechert, Edgar Marx – Université des sciences appliquées de Leipzig AKSW, Jennifer Blanke – Bibliothèque Herzog August
  • OntoME : an ontology management environment for extending the CIDOC CRM to historical research sub-domains [OntoME : un environnement de gestion d’ontologie pour étendre le CIDOC CRM aux sous-domaines de la recherche historique], Francesco Beretta, Djamel Ferhod, Vincent Alamercery – Université de Lyon LARHRA
Et deux articles courts :

Lab In Virtuo. A Intelligent Virtual Environment dedicated to History and Heritage of Industrial Landscapes – 9 décembre, 11:00-12:30 – Panel 26 Visualisations (GO10) [Lab In Virtuo. Un environnement virtuel intelligent dédié à l’histoire et au patrimoine des paysages industriels], Sylvain Laubé, Ronan Querrec, Serge Garlatti, Marie-Morgane Abiven – Université Bretagne Loire CFV Lab-STICC

The Shape of Time and Storifying Data. Modeling Historical Processes and their Temporal Dimension in Knowledge Graphs – 9 décembre, 9:00-10:30 – Panel 21 DH Data Modelling 2 (AC201)  [Les formes du temps et le stockage des données. La modélisation des processus historiques et de leur dimension temporelle dans les graphiques de connaissance], Charles van den Heuvel – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Veruska Carretta Zamborlini – Université d’Amsterdam

EADH 2018