Nouvelle publication en ligne :

La prosopographie des réguliers :
pour l’interopérabilité des bases de données.
Retour sur expérience

Bernard Hours

Prosopography of regulars: for database interoperability. Return on experience

Publié dans le volume Penser l’histoire religieuse au XXIe siècle / Thinking about Religious History in the 21st Century, Yves Krumenacker et Raymond A. Mentzer (dir.), Chrétiens et Sociétés. Documents et Mémoires N° 42, Lyon, LARHRA, 2020

L’approche prosopographique peut renouveler la compréhension de l’histoire des religions en introduisant la notion de cursus et de carrières dans une historiographie nourrie par une approche sociologique, par une analyse de la gouvernance institutionnelle ou économique, ou par l’histoire de la spiritualité.
De nombreuses études ont accumulé des données plus ou moins structurées, collectées de manière plus ou moins systématique et qui restent plus ou moins accessibles à la communauté scientifique. Nous sommes donc confrontés à l’hétérogénéité et à la dispersion des données.
Plusieurs projets sont déjà en cours pour tenter de remédier à cette situation. En France, dans le cadre du LARHRA, Bernard Hours pilote le projet Monastica. Il permettra de recueillir des données sur les carmélites françaises, sur les moniales de plusieurs ordres qui vivaient dispersés sur une vaste zone allant de l’Italie du Nord aux Pays-Bas espagnols, puis autrichiens du XVIe au XVIIIe siècle, et enfin les moines cisterciens au début de la période moderne.
La carrière d’une nonne ou d’un moine se décompose en étapes obligatoires (postulat, vêture, noviciat, vœux) et comprend souvent l’exercice de diverses fonctions perpétuelles ou à durée déterminée, selon des procédures de désignation variables. Elle a lieu au sein de l’institution, mais elle peut se dérouler également au niveau provincial ou au niveau de l’ordre dans son ensemble. Elle peut donc conduire à une mobilité géographique plus ou moins grande. De plus, dans certains pays et à certaines époques, les nonnes ou les moines ont pu connaître l’expérience de l’exil.
Une réflexion sur la modélisation des données prosopographiques a déjà été menée dans le cadre de l’ontologie du projet symogih.org. Le défi de l’intégration du projet au sein du consortium Data for History est d’aligner le modèle existant sur la norme CIDOC CRM afin de faciliter l’interopérabilité entre les différents projets traitant du même problème historiographique. L’utilisation du CIDOC-CRM offre la possibilité de faire converger les approches au sein du consortium Data for History et de son groupe dédié à la prosopographie. En effet, l’extension du CIDOC CRM pour le monde social, dans lequel le LARHRA s’implique activement, permettra d’avoir une ontologie standard grâce à laquelle les données sur les carrières monastiques et religieuses peuvent être alignées.
The prosopographical approach can renew the understanding of the history of religious orders by introducing the notion of curricula and careers into a historiography nourished by a sociological approach, by an analysis of political or economic governance, or by the history of spirituality. Many studies have accumulated more or less structured data, collected in a more or less systematic way and which remain more or less accessible to the scientific community. We are therefore confronted with data heterogeneity and dispersion. Several projects are already underway to try to remedy this situation. In France within the LARHRA (CNRS Research Center for early modern and modern History), Professor Bernard Hours directs the Monastica project. The latter project will gather data about French Carmelite nuns, nuns of several orders who were living dispersed across a large area from North Italy to the Spanish and later Austrian Netherlands from the 16th to 18th century, and finally Cistercians monks in the early modern period.
The career of a nun or a monk is broken down into compulsory stages (postulancy, taking the habit, novitiate, and vows) and into the exercise of various formal offices, or fixed period offices, according to variable designation procedures. It takes place within the local convent or monastery, but it can also take place at the provincial level or at that of the order as a whole. It can therefore lead to greater or lesser geographical mobility. Moreover, in some countries and at certain times, nuns or monks would undergo the experience of exile, which is an important phenomenon to investigate and understand.
A reflection on the data modelling of this information has already been developed within the symogih.org ontology. The challenge of integrating the project within the DfH consortium is therefore to align the existing model with the CIDOC CRM standard in order to facilitate interoperability between the various projects dealing with the same historiographic problem. The use of CIDOC-CRM offers an opportunity for convergence of the approaches within the DfH Consortium and its interest group « Prosopography use case overview »’. Indeed, the extension of the CIDOC CRM for the social world, in which the LARHRA is actively involved, will make it possible to have a standard ontology thanks to which data on monastic and religious careers can be organized.

 

La méthodologie relève-t-elle de la recherche disciplinaire ?

A l’heure où tend à se généraliser, dans les appels à projet, l’exigence d’un plan de gestion de données et du respect des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable), il semble que la communauté historienne soit encore assez loin d’en avoir mesuré tous les enjeux. Le sujet est vaste, tant il relève à la fois de la réflexion disciplinaire et de choix politiques, donc d’une vraie vision du développement de la recherche en histoire sur les moyen et long termes. A partir de l’expérience développée depuis une dizaine d’années au sein du Pôle Histoire Numérique du Larhra, je me limiterai ici, avec un peu d’humeur, à une réflexion sur un point : quelle est la place de l’historien dans la mise en place des outils et des méthodologies numériques de la recherche en histoire ?

Quels que soient les débats qu’ils ont pu susciter, nul n’a estimé que, vénérables professeurs de l’université républicaine, Langlois et Seignobos s’écartaient de leur champ de compétence lorsque, dans l’Introduction aux études historiques (1898), ils expliquaient les avantages et les limites du dépouillement des sources à l’aide de fiches. Ils citaient d’ailleurs Renan : « ces arrangements personnels de bibliothèque qui sont la moitié du travail scientifique », pour renchérir : « Tel érudit doit une bonne part de sa légitime réputation à l’art qu’il a de colliger ; tel autre est, pour ainsi dire, paralysé par sa maladresse à cet égard ». Il leur paraissait donc naturel que l’historien réfléchisse à « sa manière de colliger ».

Ces remarques ne sont pas frappées d’obsolescence à l’âge du numérique. Qu’il s’agisse de fichiers papier ou de caractères numériques, la question pour l’historien est la même, et là réside la vraie question méthodologique : selon quelle architecture organiser la masse des données que l’on stocke ? Ce n’est pas sur la pertinence de cette question que l’on constate des divergences, mais sur la réponse, ou plutôt sur le rôle de l’historien dans sa formulation. Il est assez commun d’entendre affirmer de façon péremptoire, y compris au plus haut niveau des instances qui « encadrent » la recherche historique, que l’historien n’a pas à se préoccuper de cette architecture mais qu’il s’agit d’informatique, que ce n’est pas une question de recherche mais de technique. L’affirmation est d’ailleurs d’autant plus péremptoire que l’on déclare – ou que l’on tente de masquer – en même temps son incompétence technique. Construire l’architecture des données et de l’information, c’est-à-dire les structurer, cela suppose de modéliser,
et pour que cette modélisation soit robuste, de se référer à une ontologie adaptée. Ce travail qui doit être documenté, peut seul garantir l’adéquation aux principes FAIR. Or qui d’autre que l’historien peut définir un modèle de données pour l’histoire ? Qui d’autre que l’historien, une fois déterminés le modèle et l’ontologie de référence, peut concevoir l’architecture de la base données, avec l’ingénieur qui la réalisera ?

Soyons sérieux, affirmer que l’élaboration des outils adéquats pour la recherche historique est une pure affaire d’ingénieur et qu’elle ne relève pas de la recherche, c’est refuser de faire, selon les termes de Renan, « la moitié du travail scientifique ». On peut s’aveugler, on sait ce qui arrive à l’autruche…

Bernard Hours, directeur du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR 5190).

Le texte de ce billet a été publié antérieurement dans La Lettre du LARHRA, n° 15, 2019.

 

« Data for History » très représenté à l’EADH2018

Le consortium Data for History sera présent à la première Conférence de l’European Association for Digital Humanities (EADH2018), à la National University of Ireland Galway, du 7 au 9 décembre 2018.

National University of Ireland Galway by paddy (Patrick-Emil Zörner) – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17843266
Avec un panel de plusieurs articles :
On the Way to Semantic Interoperability for Historical Data: the Data for History Consortium – 9 décembre, 14:00-16:30 – Panel 29 (GO11)
[En route vers l’interopérabilité sémantique des données historiques : le consortium Data for History mettant en lumière différentes actions du consortium]
  • Introduction: The Semantic Data Challenge in Historical Research [Le défi des données sémantiques dans la recherche historique], George Bruseker – FORTH-ICS Héraklion
  • A standard model for a prosopography of religious orders [Un modèle standard pour une prosopographie des ordres religieux],  Bernard Hours – Université de Lyon LARHRA, Georg Vogeler – Université de Graz ZIM-ACDH
  • APIS: Mapping the Austrian Biographic Dictionary to CIDOC CRM [APIS : Aligner le Dictionnaire biographique autrichien avec le CIDOC CRM], Matthias Schlögl – Académie autrichienne des sciences ACDH
  • Best practices for making data generated in automated linkage procedures readily re-usable  [Les bonnes pratiques pour rendre facilement réutilisables les données obtenues dans les procédures de lien automatisées], Lodewijk Petram – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Rutger Van Koert – Académie royale néerlandaise des arts et des sciences
  • Building a domain specific Research Ontology from external Databases of Academic History [Construire une ontologie de recherche spécifique à un domaine à partir de bases de données en histoire des universités], Thomas Riechert, Edgar Marx – Université des sciences appliquées de Leipzig AKSW, Jennifer Blanke – Bibliothèque Herzog August
  • OntoME : an ontology management environment for extending the CIDOC CRM to historical research sub-domains [OntoME : un environnement de gestion d’ontologie pour étendre le CIDOC CRM aux sous-domaines de la recherche historique], Francesco Beretta, Djamel Ferhod, Vincent Alamercery – Université de Lyon LARHRA
Et deux articles courts :

Lab In Virtuo. A Intelligent Virtual Environment dedicated to History and Heritage of Industrial Landscapes – 9 décembre, 11:00-12:30 – Panel 26 Visualisations (GO10) [Lab In Virtuo. Un environnement virtuel intelligent dédié à l’histoire et au patrimoine des paysages industriels], Sylvain Laubé, Ronan Querrec, Serge Garlatti, Marie-Morgane Abiven – Université Bretagne Loire CFV Lab-STICC

The Shape of Time and Storifying Data. Modeling Historical Processes and their Temporal Dimension in Knowledge Graphs – 9 décembre, 9:00-10:30 – Panel 21 DH Data Modelling 2 (AC201)  [Les formes du temps et le stockage des données. La modélisation des processus historiques et de leur dimension temporelle dans les graphiques de connaissance], Charles van den Heuvel – Institut Huygens d’histoire des Pays-Bas, Veruska Carretta Zamborlini – Université d’Amsterdam

EADH 2018