L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne présentée aux journées Médici

Parmi les posters retenus lors des Septièmes Journées du réseau Médici du 9 au 11 octobre 2017 à la MSH de Dijon, a été présenté le poster autour de L’édition des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne.

Les synodes des églises réformées rassemblent les représentants des églises d’une province pour traiter des questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Chaque synode désigne un secrétaire pour transcrire les débats, plusieurs copies des ses actes sont ensuite réalisées. Au XIXe siècle, le pasteur Louis Auziére a recherché ces copies afin d’en faire une transcription conservée à la Bibliothèque de la Société d’histoire du protestantisme français. C’est d’après ce manuscrit que le projet d’édition électronique en Text Encoding Initiative a été construit, puis cette édition a été complétée à l’aide des copies du XVIIe siècle qui ont été conservées. Comme l’édition est réalisée au sein du Pôle histoire numérique du LARHRA, le projet a pu aller bien au-delà de la transcription de sources. L’édition est enrichie par des éléments récoltés dans d’autres documents en ayant la possibilité de croiser toutes ces données et d’autres provenant d’autres recherches grâce à l’utilisation d’une base de donnée cumulative et collaborative (Base d’hébergement de projet – BHP – du projet SyMoGIH.org (http://symogih.org/), Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) qui propose un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication sélective. À partir de ce modèle, une plateforme collaborative pour la recherche en histoire a été mise en place, utilisée par plusieurs chercheurs et projets. Cela permet le stockage de données primaires, d’images et de leurs métadonnées, de textes codés en XML-TEI via un portail dédié (http://xmlportal.symogih.org/index.html). Toutes les informations contenues dans les actes et celles récoltées en parallèle dans d’autres sources ou dans la bibliographie sont saisies dans la BHP. La publication n’est plus une fin en soi : non seulement le document est enrichi d’éléments non contenus dans le texte, mais il devient évolutif grâce au travail collaboratif. L’éditeur devient un acteur de la production de données historiques.

Voir le poster

Publication de l’article : “Le portail XML du projet symogih.org”

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’article :

“Le portail XML du projet symogih.org : un projet d’édition numérique collaborative de sources et d’informations historiques”, F. Beretta et R. Letricot

Dans l’ouvrage :

Ecrilecture augmentée dans les communautés scientifiques
Humanités numériques et construction des savoirs

sous la direction de

Gérald Kembellec et Evelyne Broudoux, CNAM

ISTE Éditions

ISBN : 978-1-78406-220-0 (ebook)
€9.90 EUR
Prix réservé aux particuliers.

170 pages – Février 2017
Ouvrage papier en couleur : 35,00 EUR
ISBN : 978-1-78405-220-1 (papier)

Collection Systèmes d’information, web et société
dirigée par Jean-Charles Pomerol

Cet ouvrage a pour objectif d’examiner à l’heure de l’écrilecture informatisée les conditions matérielles de coconstruction des savoirs scientifiques et leur augmentation.

Les pratiques liées aux usages de lecture « savante » se sont perpétuées au cours des siècles. Les annotations sont elles-mêmes devenues des objets d’études. Elles représentent une véritable « plus-value » des textes originaux. Historiquement reconnues depuis le XIIe siècle, les premières techniques de lecture dites « savantes » réunissaient la lecture et l’écriture dans un processus de lettrure, mêlant lecture attentive et commentaire.

Le Web a transformé ce processus par l’ajout de couches techniques concernant à la fois les processus d’écriture et de lecture, mais également la circulation des textes, leur augmentation potentielle et réalisée, leur diffusion et leur réception. Ecrilecture augmentée dans les communautés scientifiques présente des études et des retours d’expérience concernant les processus intellectuels instrumentés, les espaces de critique ouverts, l’édition savante collaborative, les modalités de circulation et de médiatisation des savoirs, les techniques élaborées et les outils employés.
Les coordonnateurs

Gérald Kembellec et Evelyne Broudoux sont enseignants-chercheurs en sciences de l’information et de la communication à l’Institut national des techniques de documentation au CNAM, Paris.

Sommaire

1. Introduction à l’écrilecture scientifique et aux modalités techniques de son augmentation
2. L’écrilecture, une pratique révélatrice de la construction de connaissances au sein de communautés professionnelles
3. « Les espaces de la critique » : une étude des conditions de possibilité d’une lecture savante et multimédia
4. « Annoter le monde et améliorer l’humanité » : les imaginaires matériels d’un logiciel d’annotation du web
5. La construction de normes d’écrilecture pour la transcription collaborative du patrimoine numérisé
6. Le défi de l’interopérabilité entre plates-formes pour la construction de savoirs augmentés en sciences humaines et sociales
7. Le portail XML du projet symogih.org : un projet d’édition numérique collaborative de sources et d’informations historiques
8. Enjeux des « revues hypermédiatisées » pour l’édition scientifique

Téléchargez la préface de l’ouvrage

Téléchargez la table des matières de l’ouvrage

Pour en savoir plus

Deux projets d’édition numérique dans le cadre du projet symogih.org : le Journal de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne

Communication présentée aux DH 2016, Cracovie

Christine Chadier et Rosemonde Letricot
avec la collaboration de Francesco Beretta et Sylvain Boschetto

Le portail d’édition numérique de sources http://xml-portal.symogih.org/ que nous présentons aux DH2016 au travers de deux projets d’édition numérique n’est pas un outil de visualisation d’images ou de textes comme pourraient l’être des systèmes de type Omeka ou Drupal. Il s’agit de mettre à disposition de manière dynamique à la fois le texte d’une source mais aussi les données d’une base relationnelle qui constituent son apparat critique. Il faut concevoir ce portail d’édition davantage comme une brique de développement du projet symogih.org.

Le projet symogih.org (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) a développé un modèle générique de stockage des données historiques permettant leur interopérabilité et leur publication. À partir de ce modèle a été mis en place un système d’information collaboratif pour la recherche en histoire qui est aujourd’hui utilisé par 15 projets de recherche et environ 50 utilisateurs individuels. La plateforme du projet symogih.org offre un outillage numérique accessible et pérenne pour le stockage et la publication de données extraites de l’étude de documents archivistiques et bibliographiques. Il est possible d’intégrer des données de nature variée qui décrivent l’activité humaine, sociale, économique ou intellectuelle rassemblant, autour d’évènements datés et sourcés, des acteurs individuels ou collectifs, des concepts ou des objets géographiques. Le système autorise également l’articulation de ces données avec des textes codés en XML – traités selon les recommandations de la Text Encoding Initiative – (https://groupes.renater.fr/wiki/symogih/symogih_manuel/edition_de_textes_en_xml-tei.) ou encore la mise en relation avec des images et leurs métadonnées. La réalisation d’un système d’information géographique [SIG] (http://geo-larhra.org) joue un rôle essentiel dans ce modèle afin d’associer à ces différents objets leur “empreinte spatiale” et ainsi permettre des analyses spatiales diachroniques.

capture-decran-2016-10-25-a-11-44-45

L’un des derniers développements du projet symogih.org a été la mise en ligne d’un portail de publication des éditions numériques élaborées au sein du LARHRA. Si symogih.org permettait aux chercheurs de mettre à disposition les données structurées issues de leur travail analytique, le portail d’édition rend désormais possible la contextualisation d’une source écrite grâce à ces mêmes données. Les textes encodés en XML/TEI sont stockés sur un serveur eXist à partir duquel sont développés différents services (visualisations du texte et des données, géolocalisation, possibilité d’export, moteur de recherche). Le point de jonction entre le texte numérique et la base de données se situe à l’intérieur même des balises TEI où sont intégrés les identifiants du système d’information qui font le lien avec les données structurées. Des fonctionnalités de visualisation peuvent être développées à partir des textes encodés stockés dans une base de données native XML, offrant davantage d’interactivité avec les données et augmentant l’expérience de lecture. De plus, comme les textes sont encodés dans une base eXist-db, grâce aux technologies web, via les langages XQuery + HTML/Javascript, le portail d’édition numérique permet de collecter des données au-delà du référentiel commun de symogih.org sur le web de données (DBpedia, IdRef, …).

À ce jour, la partie publique du portail recueillent trois projets, deux d’édition de sources (les Mémoires de Léonard Michon et les Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIe siècle), l’autre d’annotation sémantique et de contextualisation de documents [Society religion science] (http://xml-portal.symogih.org/web-publications.html).

L’édition numérique des Mémoires de Léonard Michon fait partie d’une recherche doctorale (Letricot, Rosemonde. Edition critique numérique des Mémoires de Léonard Michon (1715-1744). Sous la direction de Hours, Bernard. Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA UMR5190) qui vise à mettre à disposition du public et de la communauté scientifique l’édition critique du Journal historique d’un notable lyonnais relatant la vie des élites bourgeoises de la ville de Lyon de la première moitié du XVIIIe siècle. Le travail d’encodage XML/TEI s’est principalement centré sur l’identification des segments d’information et des entités nommées (personnes, institutions, lieux, etc.) ce qui permettra de recourir à des analyses quantitatives sur les pratiques d’écriture (fréquence, récurrence de noms, etc.) et sur la nature des informations données dans l’ouvrage, que nous pourrons ensuite traduire en parcours de lecture pour le public (parcours thématique, biographique, chronologique, etc.).

Quant aux Actes des synodes des églises réformées, ils représentent une source essentielle pour la connaissance du protestantisme français sous l’ancien régime. Ces assemblées rassemblent régulièrement des représentants de toutes les églises d’une province pour traiter des affaires qui leur sont communes : questions financières, disciplinaires, doctrinales, etc. Si les sources sur le protestantisme français font l’objet d’une édition chez Droz dans une sous-série de la collection “Travaux d’Humanisme et Renaissance” intitulée “Archives des Églises réformées de France”, il n’y avait pas de projet en Humanités numériques sur le sujet (Une édition “papier” des Actes des Synodes Provinciaux des Églises Réformées est en cours chez Droz, le premier volume édité par Didier Boisson a été publié en 2012 et concerne l’Anjou-Touraine-Maine [1594-1683]. Le second volume proposera les actes des églises de Bourgogne et sera édité par Yves Krumenacker). Ce sera bientôt le cas avec l’édition sur le portail XML du projet symogih.org des Actes des synodes des églises réformées de Bourgogne au XVIIe siècle, réalisée sous la direction de Yves Krumenacker de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

Ces deux projets d’édition ne se limitent pas à la seule publication de sources mais proposent une édition enrichie par des renseignement récoltés dans des sources complémentaires, saisis dans la base collaborative du projet symogih.org et utilisés non seulement pour préciser l’un ou l’autre renseignement fourni par le texte, selon la démarche d’annotation classique d’une édition papier, mais en proposant une explication contextuelle dynamique – que permet l’édition numérique – en croisant toute sorte de données et tout en conservant leur traçabilité, par l’enregistrement des sources et de la bibliographie de chaque information. Il est ainsi possible de reconstituer la généalogie et la carrière d’un pasteur, ou sa bibliographie (L’utilisation d’une base de données collaborative et cumulative permettant de multiplier les sources : journal de pasteur [Bernus, Auguste (1888). Le ministre Antoine de Chandieu d’après son journal autographe inédit 1534-1591. Bulletin historique et littéraire publié par la Société de l’histoire du protestantisme français, Tome XXXVII], sources régionales [Papillon, Philibert (1742). Bibliothèque des auteurs de Bourgogne. Dijon: Philippe Marteret], Registres de la Compagnie des pasteurs de Genève, édités chez Droz).

Les lieux mentionnés dans les écrits et dans la documentation annexe, sont renseignés et géolocalisés dans le gazeteer du projet symogih.org. À partir des données spatiales encodées dans le texte XML, on pourra ainsi réaliser des cartes interactives illustrant différents aspects du codage : villes organisatrices des synodes, lieux d’origine des pasteurs, carte des églises absentes, parcours professionnels des pasteurs. Des fonctions interactives permettront de rebondir de la carte vers les textes ou les informations respectives.

Nous soulignerons lors de la présentation l’apport de la visualisation dynamique des documents pour les deux éditions, chacune avec ces spécificités. En particulier, l’intégration directe des données de la recherche permet une plus grande interactivité : l’apparat critique peut être à tout moment complété au fil des découvertes des chercheurs par la mobilisation simultanée de données provenant d’un silo d’information commun. De plus, les interfaces de visualisation spatiale, ou les graphes mettant en évidence les relations entre les textes et leurs contenus, facilitent l’accès aux documents édités. Les nombreuses possibilités d’enrichissement et d’exploitation des textes amènent les chercheurs en histoire, mais aussi le public, à une découverte sous d’autres angles et avec de nouvelles perspectives du contenu des textes édités.

Nous souhaitons montrer l’apport pour la recherche historique d’un portail d’édition numérique de sources, en insistant sur les bénéfices d’une utilisation croisée de textes encodés en XML/TEI et d’une base de données collaborative. Les projets présentés permettent de retracer le processus de traitement de l’information, de la source à son édition numérique dynamique.

Chadier, C., Letricot, R., Beretta, F., Boschetto, S. (2016). Deux Projets D’Édition Numérique Dans Le Cadre Du Projet SyMoGIH: Le Journal De Léonard Michon Et Les Actes Des Synodes Des Églises Réformées De Bourgogne. In Digital Humanities 2016: Conference Abstracts. Jagiellonian University & Pedagogical University, Kraków, pp. 448-450.

Présentation en anglais / Presentation in English

Enregistrer

Le projet d’édition critique des Mémoires de Léonard Michon (ou Journal de Lyon) présenté au Congrès TEI 2015 à Lyon

Interconnexion du contenu textuel et des données historiques : “Journal de Lyon (1715-1744), édition critique

Le projet d’édition critique des Mémoires de Léonard Michon (ou Journal de Lyon), chronique lyonnaise en 7 volumes conservée aux Musées Gadagne de Lyon, souhaite s’inscrire dans le tournant des humanités numériques afin de mettre à profit la puissance computationnelle au sein d’un projet de recherche. Développé en collaboration avec le Pôle Histoire numérique du LARHRA (UMR 5190), ce projet vise à diffuser en ligne l’édition d’un manuscrit du XVIIIe siècle. Pour sa version numérique, la transcription du texte a été faite selon la formalisation XML/TEI. Y sont décrits non seulement les éléments structuraux du texte mais aussi les éléments qui intéressent plus particulièrement la recherche historique, à savoir les entités nommées, les dates et les lieux. Par ailleurs, le LARHRA dispose d’un système d’information (symogih.org) pour centraliser de manière collaborative et cumulative les informations historiques extraites de l’étude des sources. Il était important de pouvoir relier ce travail d’édition et d’encodage avec les données biographiques, relationnelles et factuelles collectées, c’est pourquoi nous utilisons des identifiants uniques déréférençables à l’intérieur même des balises XML/TEI. De cette manière, à l’issue du développement du site Internet de l’édition critique (http://journal-michon.symogih.org), il sera possible de présenter aux lecteurs une version augmentée de ce texte en proposant, par exemple, les extraits de texte se rapportant à une entité nommée accompagnés des données historiques recueillies et éventuellement enrichies par des référentiels extérieurs. Le poster vise à présenter un exemple d’articulation entre une édition de source en XML/TEI et son apparat critique constitué selon les méthodes du projet symogih.org.

Voir le poster

Journée annuelle Symogih – 26 juin 2014

Le pôle Histoire Numérique du LARHRA organise une journée annuelle pour présenter le projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique, http://symogih.org/)

le 26 juin 2014

à l’Institut des Sciences de l’Homme

salle André Bollier, de 10h à 17h

SyMoGIH est un système de modélisation et une plate-forme de stockage et de publication d’informations géo-historiques. Cette journée a pour objectif de permettre aux utilisateurs de la plate-forme d’échanger et de prendre connaissance des évolutions du système. Elle servira aussi à identifier des besoins méconnus, de suggérer des améliorations et peut-être même d’envisager de nouvelles collaborations.

La première partie de la journée sera consacrée à la présentation de différents projets illustrant certains aspects particuliers du traitement des données. La deuxième partie se présente comme une série de petits tutoriels adressés aux utilisateurs afin de les introduire aux nouvelles fonctionnalités et leur donner des perspectives de travail avec leurs données.

Pour des raisons d’organisation, une inscription préalable est souhaitée. Veuillez vous adresser à severine.gedzelman@ens-lyon.fr ou à charlotte.butez@ish-lyon.cnrs.fr

Programme

Matinée : 10h à 13h

– “De la source à l’article avec la BHP” par Bernard Hours

– “De l’importation des données à la publication web : le projet des professeurs des universités en France” par Séverine Gedzelman

– “Créer un atlas géo-historique avec Symogih” par Charlotte Butez

– “Encoder en TEI : du texte à l’analyse de réseaux” par Francesco Beretta

– “Quelles nouvelles perspectives pour Symogih” par Pierre Vernus

Après-midi : 14h à 17h (réservée aux utilisateurs)

– Divers tutoriels prévus ainsi qu’un tour de table pour clôturer la journée